Insolite, j’ai testé un dîner dans le noir

0
Dans le noir / What about nice

Dîner dans l’obscurité absolue, guidé et servi par des personnes non-voyantes… voilà ce que vous propose le nouveau restaurant Dans le Noir ? à Sophia Antipolis.

Dans le noir / What about nice

Non, vous ne rêvez pas, vous êtes bien au restaurant, dans le noir absolu. En effet, Dans le Noir ? – la première chaine au monde de restaurants dans l’obscurité – a ouvert sa première adresse dans le sud de la France, plus précisément au Mercure Antibes Sophia Antipolis.

Plongés dans le noir total, vous dégustez un menu surprise – et raffiné – préparé par le Chef des lieux : Jean-Louis Delahaye, en collaboration avec les experts de l’enseigne. Des accords mets-vins inattendus enrichissent d’autant plus ce dîner incroyable.

Dans le noir, les a priori s’envolent

En plus d’être une expérience sensorielle unique, où la perception des saveurs, des odeurs et des textures est tout autre, il s’agit d’une belle expérience humaine et sociale.

Sans la vue et avec l’absence de jugement visuel, tous nos a priori s’envolent et nous réalisons à quel point la vue influence beaucoup nos sensations. Et puis, dans une surprenante inversion des rôles, une personne non-voyante devient nos yeux et notre guide, le temps de la soirée.

Ce dîner pas comme les autres a pour vocation de réveiller les consciences et invite à la réflexion sur notre perception de la différence. Prêts à éveiller vos sens ?

J’ai testé un dîner dans le noir…

J’ai eu la chance de découvrir en avant-première ce concept et j’en suis ressortie chamboulée. Déjà, en arrivant, on nous a demandé nos sacs, téléphones et autres montres ou accessoires… qui pourraient perturber l’expérience. Puis, des petits groupes ont été constitués. Des groupes de convives dans lesquels personne ne se connaissait.

Chaque groupe a été appelé au fur et à mesure. Arrivé devant la salle de restaurant, Emilie, notre serveuse à l’accent chantant (non-voyante je précise) nous attendait. Elle nous a demandé de nous positionner en file indienne puis de poser notre main gauche sur l’épaule gauche de notre voisin d’en face. J’étais la première de la file. Je me suis donc accrochée à Emilie qui nous a installés. Les premiers pas dans le noir sont assez impressionnants. Et c’est noir. Aucune lumière ni reflet de quoique ce soit n’apparait. Rien. Le noir total. Emilie nous a décrit les lieux et nous a placé chacun devant notre assiette.

C’est là que les mains prennent la relève pour définir l’espace qui m’entoure. Puis mon imagination. Comment sont les lieux ? A quoi ressemble la table ? Les chaises ? les verres ?… et surtout mes voisins ? Qui ai-je en face de moi ? A côté de moi ? Seul indice : leur voix m’indique si c’est une femme ou un homme. Une jeune femme peut-être en face de moi ? Un monsieur d’un certain âge à ses côtés ? Le moindre son, toucher et la moindre odeur… sont des indices. Et quels indices.

Bizarrement je redécouvre mes sens, voire même, je les découvre. Tout court. Et puis la parole prend la relève. Je commence à échanger avec mes voisins de table. Je parle de tout et de rien. De cette expérience incroyable. On se raconte rapidement nos vies. On se confie. On plaisante même.

Emilie, aux petits soins, nous apporte les plats au fur et à mesure. Un sans faute. Reste maintenant à deviner ce que je déguste. Mon nez m’aide. Je les connais ses odeurs… mais l’habitude fait qu’il n’est pas toujours aisé de raccorder une odeur à une image.

D’abord je m’essaye aux couverts puis, quand au bout du 4e coup de fourchette, elle revient vide de l’assiette, je n’hésite pas alors à utiliser mes doigts. Mais j’imagine que, sur ce point là, c’est une question d’habitude. Les plats sont savoureux et je me régale de l’entrée au dessert. D’ailleurs manger avec les mains c’est tellement mieux !

Autre épreuve là encore que de servir le vin. Comment remplir un verre de vin correctement ? Et d’ailleurs, c’est du rouge ou du blanc ? Sacré challenge !

Quand s’achève le dîner, il est temps de regagner la lumière, non pas sans un petit pincement au cœur. Je ne voyais certes strictement RIEN mais je ressentais véritablement TOUT.

Dans la lumière ce soir là, il n’y avait qu’Emilie et l’ensemble de l’équipe – d’une rare bienveillance – qui nous ont guidé dans le noir.

Plus qu’une expérience, c’est une véritable leçon de vie dont je suis ressortie émue et avec un regard nouveau sur la différence, sur l’autre et tout simplement sur la vie. A vivre absolument.

Plus d’infos : Dans le Noir ? Mercure Antibes Sophia Antipolis, rue Albert Caquot, 06560 Valbonne. Deux services sont proposés les vendredis et samedis soirs ainsi qu’un service les dimanches soirs. Réservations sur www.nice.sophia.danslenoir.com / Par mail mercure-sa@danslenoir.com ou par téléphone : +33 (0)4 92 96 04 04

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire.
Please enter your name here