Humeur // C’est la dernière clef du trousseau qui ouvre la porte

5
La dernière clef du trousseau / Whataboutnice.fr
Photo : Pixabay.com

« Ne vous découragez pas, c’est souvent la dernière clef du trousseau qui ouvre la porte » (Paulo Coelho). Il y a quelques mois, dans un long billet très personnel, je vous parlais de mon parcours, de ma vie de blogueuse et de sa face cachée, de ma vie de maman et aussi de mon travail, pas toujours facile, en tant qu’assistante d’éducation dans un collège à Nice. Je vous parlais également de mes découragements, notamment dans ma recherche d’un emploi correspondant plus à mes compétences. Bref, je m’étais, pour ainsi dire, mise à nue et je vous remercie d’ailleurs d’avoir été si nombreux à réagir, à me faire part de votre soutien mais également de vos parcours de vie et de vos expériences personnelles.

Aujourd’hui, quelques mois ce sont écoulés et j’ai eu, ces dernières semaines, une belle opportunité professionnelle et je suis ravie de cette nouvelle mission que je prends très à coeur. Du reste – et c’est mon coté bisounours – je ne vous cacherais pas que cela n’a pas été facile de dire au revoir aux élèves et à mes collègues. Dur de lâcher la main à ces enfants après ces trois années durant lesquelles j’ai appris à les connaitre et partagé leurs joies et leurs peines, au quotidien. Et tous leurs petits mots d’au revoir, plein d’amour, m’ont littéralement chaviré le coeur. Une très belle expérience humaine dont je suis ressortie plus forte et allégée de quelques maux car au final, c’est eux qui m’ont aidé à grandir et à voir la vie différemment.

Dans ce nouveau billet donc, je ne compte pas vous parler de cet autre chapitre de ma vie qui reste à écrire. En revanche, j’ai envie, et au même titre que vous m’avez soutenu, de vous dire qu’effectivement il ne faut jamais se décourager car oui, c’est souvent la dernière clef du trousseau qui ouvre la porte. Quand on s’y attend le moins et quand on lâche prise réellement… la porte s’ouvre. Quand on réalise surtout que si les choses ne se sont pas faites avant c’est que le meilleur restait tout simplement à venir. Et que de forcer les choses parfois, ce n’est pas toujours bon. Pousser des portes oui, les forcer, non.

La dernière clef du trousseau / Whataboutnice.fr
Once upon a time, Château de la Napoule / Whataboutnice.fr 2018

Pour ne rien vous cacher, des entretiens d’embauche j’en ai eu quelques-uns l’année dernière. Et à chaque fois j’y ai cru. Bêtement. Et à chaque fois, la douche froide. D’autant que – et je ne sais pas si c’est l’air du Sud qui provoque cela – les méthodes ne sont pas toujours très politiquement corrects. Vous savez, ce genre d’entretien où il y a des petits trucs qui clochent mais on ne veut pas les voir ou les entendre. Mais comme partout et dans toutes les situations, tout est signe !

Quand on vous reçoit et qu’on vous promet une réponse rapidement et que la réponse ne vient jamais. Quand on vous demande si vous comptez faire un deuxième enfant et qu’on vous demande si vous pensez être suffisamment disponible pour le poste. Ou encore, quand vous êtes reçus, à la dernière minute, par une responsable qui tente de vous déstabiliser en vous rabaissant devant sa petite protégée.

Tout cela, avec le recul, je réalise à quel point c’était une chance dans ma vie d’avoir croiser ces personnes et de vivre ces choses là. Je suis peut-être un peu perchée mais je crois vraiment qu’il s’agissait de signes pour m’indiquer que non, non et re-non je n’avais rien à faire dans un service qui n’assure pas le suivi des candidatures (qu’en est-t-il du personnel ?), ni même dans un univers sexiste (no comment) et encore moins dans un panier de crabes (on n’a plus 15 ans mesdames). Ces personnes là, je leur dit merci, et avec le sourire.

Toutes les rencontres quelles qu’elles soient doivent servir à cela : à nous apporter et à comprendre quelque chose, sur nous ou sur le sens de notre vie. La route est encore longue, mais au fond de moi, déjà, je me sens sur la bonne route et enfin à ma place. Et cela parce les expériences et les échecs m’ont (re)mis sur la voie. D’ailleurs, peu importe le domaine – qu’il soit professionnel, sentimental ou amical – il me semble que le plus important c’est de se sentir à sa place et surtout à celle que l’on mérite. Alors oui c’est long parfois mais on a toute la vie pour réussir… n’est-ce pas ?

Anne L.

5 Commentaires

  1. Je te remercie pour ce bel article ! En ce moment, je vis des heures difficiles. Cela fait plus de 3 mois que je recherche un travail. J’ai retrouvé le sourire grâce à tes quelques mots.

  2. Bien bel article. Cette dernière clé tu as su la trouver et t’en servir
    Tres heureuse pour toi et pour cette nouvelle vie pro.
    Je t’embrasse

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire.
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.