Ma vie de blogueuse : l’illusion de l’iceberg

34
Whataboutnice.fr / Ma vie de blogueuse

Cela fait un moment que j’avais envie d’écrire un billet d’humeur sur mon activité de blogueuse que j’exerce depuis 4 ans environ. Les raisons ? Déjà, je me suis dit que de livrer, en toute transparence, l’autre côté de ma vie « virtuelle » vous permettrez de mieux me connaître et d’appréhender autrement la face cachée de cet iceberg qu’est la blogosphère.

Puis, j’avoue, je suis lassée d’entendre des critiques infondées sur cet univers dans lequel j’évolue, agacée d’être parfois la cible de propos sournois et disons-le méchants, blasée aussi d’être à des moments utilisée pour être ensuite mieux méprisée… ! Vous me direz : c’est le jeu ma pauv’ Lucette et puis, les états d’âme d’une « blogueuse » on s’en moque un peu… il y a des choses bien plus graves dans cette société. Justement. Alors puisque que j’ai cette « chance » d’être blogueuse j’ai décidé de réquisitionner mon clavier pour faire une petite mise à jour sur ce qu’est vraiment ma vie 2.0.

Blogueuse, pas influenceuse

Déjà, je tiens à préciser que je suis « blogueuse » et non « influenceuse », parce que justement j’ai un blog – autrement dit le site Whataboutnice.fr – que j’alimente régulièrement avec des articles que je partage ensuite sur mes différentes réseaux sociaux : Facebook, Instagram, Twitter ou encore Google+. A la différence, les « influenceuses » n’ont pas de blog mais juste un compte Instagram sur lequel elles partagent leurs photos.

Bref je suis blogueuse. Je n’ai pas des millions de likes, ni de followers mais je suis fière de cette vraie communauté… vous, en l’occurence que je remercie tellement et que j’ai vu grandir en même temps que mon blog. Je ne suis pas obsédée par la course aux likes ou aux followers et je préfère clairement la qualité à la quantité. Comme dans la vraie vie : mieux vaut un seul et sincère « je t’aime » plutôt que plusieurs qui respirent le faux. Qui m’aime me suive !

Mon blog, ma carte de visite

Je suis tombée dans la marmite de la blogosphère après une première vie de journaliste spécialisé dans le tourisme. J’ai vécu à Marseille, puis en en Région Parisienne, puis à Paris et enfin à Nice où je suis revenue avec une petite famille en devenir et un bébé, Louise. Bien décidée à passer du temps avec elle (#miniWAN pour les intimes), j’ai quitté cet emploi que j’adorais et comme j’avais un joli réseau professionnel, j’ai eu l’idée de lancer un blog pour partager mes découvertes à Nice. Un blog pensé comme une carte de visite ou un CV qui montrerait mes compétences à mes futurs employeurs.

A l’époque d’ailleurs – en 2012 – le mot « blog » c’était juste une sorte de légende urbaine qui s’installait progressivement à Nice et sur la Côte d’Azur. Nous n’étions clairement pas beaucoup « dans le milieu ». Je pense notamment à mon amie Cécile (le blog de Cécile Na) ou à Céline (Le Journal d’une Niçoise) que je suis depuis la première heure.

Au départ, mon blog devait s’appeler « Une Fille du Sud » ou « Nice entre parenthèses » mais « What about Nice ? » a remporté tous les suffrages au bout de 3 bières à Bruxelles (mon premier voyage post-grossesse) ! J’ai donc créé ce blog – soutenu par mes proches et surtout par le père de ma fille – entre deux biberons, un changement de couche et trois petits pots. En jeune mère super-active, cela me permettait aussi de garder un pied dans l’univers de l’écriture et du journalisme : une journaleuse pour ainsi dire. Voilà le pourquoi du comment de ce blog « avec des vrais morceaux de journaliste dedans ». Pour la petite histoire, il y a même eu un petit test avant : Bahia Loulou, un mini-blog dédié à un long voyage au Brésil pour donner des nouvelles aux proches.

Mais revenons à Whataboutnice.fr. Au début donc, l’audience était à zéro. J’écrivais pour mes proches, ma mère et mes amis. Mais cela ne m’a pas découragé pour autant. Je me suis accrochée. Je me revois d’ailleurs en train d’écrire un de mes tous premiers billets sur un site proposant un service de location de matériel de puériculture à l’aéroport de Nice. La fondatrice m’a demandé pourquoi j’ai créé ce blog. Je lui ai expliqué brièvement et elle m’a répondu que j’avais raison de m’accrocher car on ne sait jamais ce vers quoi on tend, si on ne s’en donne pas les moyens. Cela ne m’a jamais quitté. Alors j’ai continué et persévéré jusqu’au premier commentaire d’un lecteur, puis un second etc. Et puis le blog a commencé à faire parler de lui…

Entre temps, j’ai retrouvé un travail de journaliste dans un magazine à Cannes. Mais je ne préfère pas m’y attarder. Ce fut une expérience de plus qui m’a renforcé. J’ai eu aussi quelques entretiens (ou missions) et même encore aujourd’hui… mais c’est un peu le miroir aux alouettes. On vous fait croire ou on vous promet que… puis non, rien. Bref, je reste concentrer sur le positif et me dis que ce n’est juste pas le moment.

Je blog donc je kiffe, mais pas que…

Aujourd’hui je fais tout pour faire de ce blog un reflet de ce que je suis et de ce que j’aime. J’y mets beaucoup d’amour. Alors oui je vis de belles choses. Très belles même : quand je me retrouve invitée dans un restaurant prestigieux ou dans une soirée où mes shoes brillent autant que mes yeux ; quand je repars avec des cadeaux plein les bras parce que j’étais présente à l’inauguration d’une boutique ; quand j’assiste à des spectacles incroyables ; quand je vis des expériences inédites. De très belles choses c’est vrai !

Mais avoir un blog et bloguer c’est du travail ! C’est un travail qui demande beaucoup d’investissement personnel. Car avoir un blog ne consiste pas seulement à faire tout ce que je viens de citer. Ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Cela me fait d’ailleurs penser à une illustration « The Iceberg Illusion ». Il y a ce que l’on voit, et ce que l’on ne voit pas (ou que l’on ne veut pas voir). Bloguer – et j’insiste – c’est donc réellement du travail !

Whataboutnice.fr / Ma vie de blogueuse

Je travaille très tard le soir – dès que ma fille dort – pour écrire et publier les articles sur le blog, les partager ou les programmer sur les réseaux, choisir les meilleures photos, répondre aux mails… tout ça, tout ça, c’est du travail. Comme faire un shooting. Oui, c’est « génial » de porter de belles fringues, d’être coiffée et maquillée. Mais c’est une journée entière à bloquer et c’est sans compter le travail en amont pour trouver une collaboration avec un photographe professionnel, une maquilleuse ou encore pour aller choisir les tenues. C’est fun mais c’est une véritable implication d’autant que le retour – même un merci – n’est pas toujours au rendez-vous du côté de la marque qui vous a démarché. Je ne me plains pas, j’explique juste.

Du reste, sur le blog, je parle aussi et surtout de ce que je découvre dans ma vie de tous les jours. Si j’ai visité un endroit ou déjeuné dans un restaurant pour lequel j’ai eu un coup de coeur, j’en parle alors sur le blog. Je suis libre. Je n’attends pas d’être invitée et je ne vais pas non plus me présenter comme « blogueuse » dans cet endroit en question pour tenter d’avoir des gratuités. Ce n’est pas mon créneau. Je ne suis pas soudoyée et je ne soudoie personne. J’essaye d’être le plus objective possible. Et j’ai pris le parti de parler de ce que j’aime seulement.

Niveau de revenus : zéro (ou presque)

Bloguer c’est du travail donc, mais un travail qui ne rapporte pas d’argent. Parce que non, je ne gagne pas d’argent avec mon blog. Rien du tout. Peanuts. Nada. Cela m’arrive d’accepter de facturer des articles dits « sponsorisés » parce que le sujet me plaît et colle à ma ligne éditoriale mais cela reste rare. C’est mon choix car je veux rester libre et ne dépendre de personne. Peut-être que demain je changerai d’avis mais pour l’instant j’ai choisi ce modèle économique (qui, du coup, n’en est pas un). Alors à défaut d’être payée, j’accepte certains avantages quand ils se présentent. Qui ne le ferait pas ? Ils ne me payent pas le loyer mais m’apportent des petits plus qui allègent mon quotidien. Et quand ma fille peut en profiter et vivre de chouettes moments alors je suis la maman la plus heureuse.

Au-delà de cet aspect matériel, mon blog est avant tout une histoire qui se construit de rencontres en rencontres. Depuis sa création, il me permet de faire de très belles rencontres et de créer des liens forts, authentiques et vrais. Quant aux mauvaises rencontres, elles m’enseignent toujours quelque chose !

Bien sûr, je ne suis pas idiote et je sais très bien qu’en tant que blogueuse, mon rôle est de véhiculer une information, tel un média à part entière. Une blogueuse n’est jamais invitée par hasard. Et il est normal qu’un établissement, une boutique, un hôtel, un restaurant – qui vous invite – attende quelque chose en retour. Normal. C’est même la moindre des choses.

Par contre, il y a, inversement, de l’abus. Cela existe. Pas de bonjour, pas de remerciement, pas de reconnaissance. Rien. Cela arrive et plus souvent que vous ne l’imaginez. Parce qu’autant on peut être chouchouté, autant on peut être méprisé. Sans raison d’ailleurs ou parce qu’on a eu le malheur de dire « non ». Cela fait partie du jeu également. Oui, la blogosphère est aussi un panier de crabes. Mais il suffit juste de rester lucide et d’écouter sa petite voix. Quand on le sait, on sait aussi quoi faire pour éviter les filets ou en sortir vite ! Et toujours avec le sourire… autant se montrer plus intelligent.

Blogueuse oui, jongleuse surtout

Aujourd’hui je suis donc blogueuse mais pas seulement puisque je travaille à temps plein dans un collège à Nice et ce travail me demande beaucoup d’énergie, d’écoute et d’empathie. Un univers à l’opposé de celui du blog mais qui m’apporte autre chose.

Et comme je ne désespère pas de revenir à mes premiers amours, je suis aussi rédactrice (print & web) et community manager en freelance. Ces activités là je m’y colle aussi le soir, tard, après avoir raccroché ma casquette de maman. Et parfois je suis très fatiguée et même découragée, mais je fais en sorte de ne pas rester dans cette négativité et ça repart à fond les ballons ! D’ailleurs, dès que je peux, je tente de me recentrer sur moi, au calme, loin du bruit,  loin du téléphone, de tout. C’est vital et c’est d’ailleurs une des raison pour laquelle je cours beaucoup…

En fait, je me vois comme une sorte de jongleuse et je jongle avec toutes ces vies dont celle de blogueuse. Cette dernière fait tout simplement partie de mon équilibre et même si elle me donne des étoiles plein les yeux, elle me permet aussi de rester lucide avec les pieds bien ancrés au sol…

34 Commentaires

  1. Hello, Lombardo Bellissima,
    Post qui éclaire et résume un parcours tout en ténacité, authenticité et générosité.
    Pas de course aux paillettes ni au buzz pour le buzz. Respect.
    Kate

  2. Même si je réponds un peu tard à votre billet d’humeur, sachez que je vous lis souvent et que je vous soutiens toujours! Alors surtout résistez, c’est dur, je le sais et peu gratifiant mais vous êtes indispensable dans l’univers du blog et de la communication. Moi non plus, je ne vous ai pas oubliée! Armelle – location de matériel pour les bébés, toujours à Nice!

    • Armelle !! Tellement contente de lire votre commentaire !!!!!! Merci merci <3 Il y a des rencontres et des petites phrases et des déclics qui restent et permettent d'avancer ! Au plaisir de se rencontrer en vrai. Des bises

  3. Bravo d’avoir levé le voile sur ton métier. Beaucoup de gens se font une fausse idée de ce que vous vivez au quotidien et je suis personnellement ravie de t’avoir rencontrée (de même que Cécile) car cela m’a ouvert les yeux sur votre activité.
    Alors continues, ne lâche rien et les efforts paieront ! Gros bisous et à bientôt j’espère !
    Matooux (Lescapricesdematooux)

  4. Bravo pour cet article plein de sincérité et très intéressant ! C’est bien de montrer également l’envers de l’iceberg comme tu dis 🙂 Belle fin de journée

  5. Quand on est sincère avec soi-même, on ne triche pas avec les autres! Votre article en est une belle démonstration. MERCI!
    Quand on est de l’autre côté, ça n’est pas toujours été évident de décoder la blogosphère. Pour ma part, j’ai choisi d’aborder mes rencontres avec les blogueuses comme un échange avec un hôte, une expérience, le partage d’un bon moment, ce qu’on appelle finalement l’hospitalité. Ce que j’ai finalement pu apprécier, c’est de rencontrer des jeunes femmes dynamiques et surtout engagées avec passion dans leur job. Du coup nos discussions ont été vraies. Honnêtement on peut aisément imaginer le rythme que cela demande! Alors enfermez les discours des mauvaises langues dans une grosse bulle de savon et soufflez soufflez loin pour qu’elles s’éloignent de vous!!! Merci pour l’échange et encore bravo, nous on adore!!!
    PS : le Shooting avec Cécile à l’Hermitage est génial

    • Bonjour Audrey
      Et il y a tellement de belles rencontres aussi, de personnes vraies et authentiques avec des valeurs…
      Merci pour votre commentaire et vos retours. Quelque soit l’univers dans lequel on évolue on a besoin de ces « bulles de savon » pour se protéger. Et on apprend à tous les âges… les bisounours sont tellement loin !
      <3

  6. Bravo pour cet article Anne. Cela fait du bien que ce soit pour toi ou pour tes lecteurs de connaitre les coulisses de ce monde de blogueurs. Passion et partage sont les maîtres mots 😉 bises

  7. C’est un témoignage qui s exprime à coeur ouvert sans bling bling et tellement de sincérité et d authenticité une mère qui honneur la femme
    sur ce qu’on ne voit pas bravo !!#jeblogdcjesuis

  8. Bravo pour ta sincérité et courage, tu as raison de t’accrocher et de garder ton honnêteté et ta conscience de journaleuse. Continue ainsi Anne. Bises

  9. Lucky you …. suis arrivée à nice dans les mêmes conditions perso que toi, en même temps que toi mais avec une vie sur le web bien remplie : blog, CM etc etc etc
    Malheureusement je n’ai pas réussi à tout concilier …. me reste mon boulot et ma vie de jeune maman. Sérieusement tout le réseautage, les belles rencontres grâce au web me manquent sacrément. Ma curiosité intellectuelle n’est plus satisfaisante. Et je te lis avec envie. Alors continue de profiter de tout cela même si c’est dur et des sacrifices 🙂 la récompense est quand même énorme.

    • Merci Carole
      Ahhh la vie de maman… et toujours livré sans mode d’emploi, on fait comme on peut ! On avance, on trébuche et on se relève toujours. Des bises

  10. Bravo pour cette sincérité et cette mise au point ! Effectivement l’intimité d’un moment d’une photo, nous le les connaissons pas! Juste le rêve ce qui est déjà pas mal ! Mais si nous devions rentrer dans l’int De tous ces moments nous verrions l’envers du décor …. un peu comme aller dans les cuisines d’un restaurant ! Donc merci de nous donner envie tout en étant sincère ! Longue vie à what about Nice

  11. Cette article apporte un peu de fraîcheur et d’authenticité dans un univers du blog « très et parfois trop sponsorisé ». Bonne continuation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire.
Please enter your name here