Antibes

Route du Mimosa : suivez les petits pompons d’or

Parmi les routes touristiques de la région, j’aime particulièrement la Route du Mimosa. Si Obélix est tombé dans la marmite de la potion magique à sa naissance, pour ma part, c’est dans celle du mimosa. Vous savez, ces petits pompons d’or qui nous chatouillent le nez quand on respire leur délicate senteur.

Il existe différentes espèces de mimosas. Elles sont utilisées à des fins très variées : fleur coupée, plante ornementale ou de rocaille, haie défensive ou brise vent, retenue des sables et des sols, mais aussi pour la parfumerie. Et le mimosa se décline même en saveurs gourmandes comme les sirops et les bonbons.

Route du Mimosa / Whataboutnice.fr / Copyright OT Bormes-les-Mimosas
Route du Mimosa / Copyright OT Bormes-les-Mimosas

Pour revenir à nos pompons, et comme vous le savez, je suis varoise et j’ai grandi à La Londe-les-Maures, à 2 heures de Nice. J’allais souvent me balader avec mes parents à Bormes-les-Mimosas, un petit village médiéval posé telle une crèche provençale sur le flanc d’une colline, face à la Méditerranée. Et c’est ici précisément que commence la fameuse route du mimosa.

Celle-ci s’étend en effet sur 130 kilomètres, de Bormes-les-Mimosas à Grasse. Cet itinéraire touristique, recommandé de janvier à mars, est typiquement le symbole d’une Côte d’Azur hivernale qui propose sous un climat doux, une sorte de villégiature itinérante entre bleu azur et jaune soleil.

Route du Mimosa / Whataboutnice.fr / Copyright OT Mandelieu
Route du Mimosa / Copyright OT Mandelieu

Ainsi, après Bormes-les-Mimosas, direction le Rayol Canadel, puis Sainte-Maxime, Saint-Raphaël, Mandelieu-la-Napoule, Tanneron, Pégomas et enfin Grasse. Dans chacune de ses villes et villages le mimosa est à l’honneur pendant cette période de l’année et de nombreuses manifestations font la joie des petits et des grands.

A Bormes-les-Mimosas par exemple, rendez-vous est donné les 27 et 28 janvier avec Mimosalia, une exposition et vente de plantes de collection ou encore le Corso Fleuri, le 25 février, avec des chars décorés de fleurs fraîches et de mimosa. Plus près de Nice, à Mandelieu-la-Napoule, la Fête du Mimosa se déroulera du 20 au 28 février sur le thème du rêve américain. Bien d’autres évènements viendront ensoleillés ces jolis mois d’hiver sur la Côte d’Azur.

Pour tout savoir, rendez-vous sur le site dédié Routedumimosa.com

Chefs au Sommet : Auron affûte les spatules

Quand la neige et la gastronomie se rencontrent c’est tout un festival ! Du 20 au 26 janvier prochain, Chefs au Sommet revient pour une 7e édition à Auron.

Organisé par l’Association des Commerçants et Artisans d’Auron et St Etienne de Tinée, cet événement, fort en goût, se déroule sous la parrainage du Chef pâtissier Christian Cottard (j’avais d’ailleurs eu la chance de suivre un cours de pâtisserie avec le Chef).

Le Chef pâtissier Christian Cottard / © Cook and Shoot by Aline Gérard
Le Chef pâtissier Christian Cottard / © Cook and Shoot by Aline Gérard

Pendant près d’une semaine, les plus grands chefs de la Côte d’Azur se donnent rendez-vous dans la station azuréenne pour célébrer la gastronomie.

Parmi les Chefs Cuisiniers : David et Noëlle Faure (Le Sensôriel à Nice), Christophe Dufau (Les Bacchanales à Vence), Laurence Duperthuy (Notes de Cuisine à la Colle-sur-Loup), Benoit Witz (Hôtel l’Hermitage à Monaco), Emmanuel Lehrer (Le Mas de Pierre à St Paul de Vence) et bien d’autres. A la carte des Chefs Pâtissiers : Camille Berton (Vegan Gorilla à Nice), Jean-Michel Llorca (Llorca à la Colle-sur-Loup), Bruno Laffargue (Mic Mac Macarons) et plein d’autres chefs aussi talentueux et « toqués » les uns des autres.

Chefs au Sommet, c’est une semaine à déguster sans modération autour d’une recette détonante, à base de saveurs de nos montagnes, neige, soleil et détente, avec un grain de folie… pour une véritable cure de bon goût et de bien-être, au sommet des Alpes du Sud.

Chefs au Sommet / Crédit photo : Aline Gérard
Chefs au Sommet / Crédit photo : Aline Gérard

Cette année, les thèmes du « locavore » et les « produits bio » seront mis à l’honneur. Au programme également : des ateliers et des dégustations culinaires, des menus gastronomiques, un jeu de piste gourmand sur le domaine skiable, un barbecue géant sur les pistes, une immense fondue au chocolat, un marché et un after-ski gourmand…, tout plein de suprises pour les fins gourmets et les gourmands.

Chefs au Sommet d'Auron

Plus d’infos : 7e édition du Festival Chefs au Sommet d’Auron, du samedi 20 au vendredi 26 janvier 2018 / www.auron.com / Facebook

Crédit photo : Chefs au Sommet © Cook and Shoot by Aline Gerard

Notes de Cuisine : tout l’art de la cuisine niçoise

Dans ce nouveau billet, je vous emmène dans l’atelier Notes de Cuisine à la Colle-sur-Loup où Laurence Duperthuy propose des ateliers culinaires, entre autres dédiés à la cuisine niçoise. 

Si Nice rayonne autant, ce n’est pas seulement pour sa culture et ses traditions mais aussi pour sa délicieuse cuisine. Petits farcis, pissaladière, tourta de blea, pan bagnat… la cuisine niçoise c’est tout un art qui se transmet tel un héritage familial et surtout, qui ne s’improvise pas. Laurence Duperthuy en sait quelque chose.

Née dans une famille niçoise de cuisiniers hors pair, elle a vite mis la main à la pâte avec ses parents et grands-parents avant de faire elle-même le grand saut dans la marmite. Aujourd’hui, la cuisine niçoise n’a plus de secret pour elle.

Après une première vie de professeur des écoles, elle décide – forte de son blog culinaire Variations Gourmandes et de solides formations et expériences – d’ouvrir Notes de cuisine à la Colle-sur-Loup. Situé à une vingtaine de minutes de Nice, son atelier – parfaitement équipé et joliment décoré – prend place au sein d’une jolie bâtisse en pierres sèches située à l’entrée du village.

C’est ici qu’elle anime des ateliers culinaires pour les adultes et les enfants, en petits groupes de 6 à 8 personnes. Son objectif ? Conserver et perpétuer le patrimoine traditionnel culinaire niçois qui lui est si cher, donner envie de cuisiner à ceux qui n’osent pas se lancer et partager son savoir-faire.

Notes de Cuisine : c’est moi qui l’ai fait !

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de participer à un de ses cours, accompagnée de mon amie Cécile (le blog de Cécile Na) et de ma petite Louise (miniWAN pour les intimes).

Au programme : la réalisation d’un délicieux menu 100% niçois : Pissaladière, Tourta de blea nissarda, Gnocchis, Petits légumes en Bagna Cauda et Ganses niçoises. Tout ça en une après-midi. Habillés de nos tabliers, manches relevés, nous avions l’airs d’une brigade d’apprentis cuisto avec pour Chef, Laurence.

Etapes par étapes, nous nous sommes donc lancés dans la réalisation de ces différentes spécialités du patrimoine local à partir de produits locaux et bio. Le tout dans une ambiance très chaleureuse et conviviale. La suite, en quelques photos…

Les ateliers Notes de cuisine / Whataboutnice.fr

Les ateliers Notes de cuisine / Whataboutnice.fr

Les ateliers Notes de cuisine / Whataboutnice.fr

 

Les ateliers Notes de cuisine / Whataboutnice.fr

Les ateliers Notes de cuisine / Whataboutnice.fr

Les ateliers Notes de cuisine / Whataboutnice.fr

Le plus long à réaliser a été la tourte de blettes car il ne faut bâcler aucune étape : réalisation de la pâte, de la garniture avec des blettes parfaitement nettoyées, coupées, superposées puis montage de la tourte et cuisson. Pour un résultat incroyable !

Les ateliers Notes de cuisine / Whataboutnice.fr

Les ateliers Notes de cuisine / Whataboutnice.fr

Les ateliers Notes de cuisine / Whataboutnice.fr

Les ateliers Notes de cuisine / Whataboutnice.fr

Nous nous sommes tous ensuite retrouvés autour d’une belle table pour déguster nos réalisations dont nous n’étions pas peu fiers ! Qu’en pensez-vous ?

Et si vous mettiez la main à la pâte ?

Les ateliers Notes de cuisine / Whataboutnice.fr

JEU CONCOURS FINI

Je vous propose de gagner un cours de cuisine pour adulte avec Laurence dans son atelier Notes de Cuisine. Pour participer, c’est simple, vous devez :

  • liker la page Facebook de Notes de Cuisine,
  • liker la page Facebook de What about Nice,
  • laisser un commentaire ci-dessous expliquer pourquoi vous souhaiter participer. 

Vous avez jusqu’au 15 décembre pour participer ! Tirage au sort via Random le 16 décembre : le gagnant sera contacté par mail. A vous de jouer ! A noter : le/la gagnant(e) devra réserver son cours parmi les cours proposés sur le site notesdecuisine.fr à partir de janvier 2018 (validité 6 mois). Le cours aura lieu à partir de 5 personnes inscrites. Les conditions de réservation et d’annulation sont précisées dans les conditions générales de vente sur le site.

Plus d’infos : Notes de Cuisine, 39 Rue Yves Klein, 06480 La Colle-sur-Loup / Tél. 07 83 34 65 94 / www.notesdecuisine.fr

Crédit photo : Notes de cuisine © Whataboutnice.fr 2017 (sauf celles indiquées Notes de Cuisine)

Insolite, j’ai testé un dîner dans le noir

Dîner dans l’obscurité absolue, guidé et servi par des personnes non-voyantes… voilà ce que vous propose le nouveau restaurant Dans le Noir ? à Sophia Antipolis.

Dans le noir / What about nice

Non, vous ne rêvez pas, vous êtes bien au restaurant, dans le noir absolu. En effet, Dans le Noir ? – la première chaine au monde de restaurants dans l’obscurité – a ouvert sa première adresse dans le sud de la France, plus précisément au Mercure Antibes Sophia Antipolis.

Plongés dans le noir total, vous dégustez un menu surprise – et raffiné – préparé par le Chef des lieux : Jean-Louis Delahaye, en collaboration avec les experts de l’enseigne. Des accords mets-vins inattendus enrichissent d’autant plus ce dîner incroyable.

Dans le noir, les a priori s’envolent

En plus d’être une expérience sensorielle unique, où la perception des saveurs, des odeurs et des textures est tout autre, il s’agit d’une belle expérience humaine et sociale.

Sans la vue et avec l’absence de jugement visuel, tous nos a priori s’envolent et nous réalisons à quel point la vue influence beaucoup nos sensations. Et puis, dans une surprenante inversion des rôles, une personne non-voyante devient nos yeux et notre guide, le temps de la soirée.

Ce dîner pas comme les autres a pour vocation de réveiller les consciences et invite à la réflexion sur notre perception de la différence. Prêts à éveiller vos sens ?

J’ai testé un dîner dans le noir…

J’ai eu la chance de découvrir en avant-première ce concept et j’en suis ressortie chamboulée. Déjà, en arrivant, on nous a demandé nos sacs, téléphones et autres montres ou accessoires… qui pourraient perturber l’expérience. Puis, des petits groupes ont été constitués. Des groupes de convives dans lesquels personne ne se connaissait.

Chaque groupe a été appelé au fur et à mesure. Arrivé devant la salle de restaurant, Emilie, notre serveuse à l’accent chantant (non-voyante je précise) nous attendait. Elle nous a demandé de nous positionner en file indienne puis de poser notre main gauche sur l’épaule gauche de notre voisin d’en face. J’étais la première de la file. Je me suis donc accrochée à Emilie qui nous a installés. Les premiers pas dans le noir sont assez impressionnants. Et c’est noir. Aucune lumière ni reflet de quoique ce soit n’apparait. Rien. Le noir total. Emilie nous a décrit les lieux et nous a placé chacun devant notre assiette.

C’est là que les mains prennent la relève pour définir l’espace qui m’entoure. Puis mon imagination. Comment sont les lieux ? A quoi ressemble la table ? Les chaises ? les verres ?… et surtout mes voisins ? Qui ai-je en face de moi ? A côté de moi ? Seul indice : leur voix m’indique si c’est une femme ou un homme. Une jeune femme peut-être en face de moi ? Un monsieur d’un certain âge à ses côtés ? Le moindre son, toucher et la moindre odeur… sont des indices. Et quels indices.

Bizarrement je redécouvre mes sens, voire même, je les découvre. Tout court. Et puis la parole prend la relève. Je commence à échanger avec mes voisins de table. Je parle de tout et de rien. De cette expérience incroyable. On se raconte rapidement nos vies. On se confie. On plaisante même.

Emilie, aux petits soins, nous apporte les plats au fur et à mesure. Un sans faute. Reste maintenant à deviner ce que je déguste. Mon nez m’aide. Je les connais ses odeurs… mais l’habitude fait qu’il n’est pas toujours aisé de raccorder une odeur à une image.

D’abord je m’essaye aux couverts puis, quand au bout du 4e coup de fourchette, elle revient vide de l’assiette, je n’hésite pas alors à utiliser mes doigts. Mais j’imagine que, sur ce point là, c’est une question d’habitude. Les plats sont savoureux et je me régale de l’entrée au dessert. D’ailleurs manger avec les mains c’est tellement mieux !

Autre épreuve là encore que de servir le vin. Comment remplir un verre de vin correctement ? Et d’ailleurs, c’est du rouge ou du blanc ? Sacré challenge !

Quand s’achève le dîner, il est temps de regagner la lumière, non pas sans un petit pincement au cœur. Je ne voyais certes strictement RIEN mais je ressentais véritablement TOUT.

Dans la lumière ce soir là, il n’y avait qu’Emilie et l’ensemble de l’équipe – d’une rare bienveillance – qui nous ont guidé dans le noir.

Plus qu’une expérience, c’est une véritable leçon de vie dont je suis ressortie émue et avec un regard nouveau sur la différence, sur l’autre et tout simplement sur la vie. A vivre absolument.

Plus d’infos : Dans le Noir ? Mercure Antibes Sophia Antipolis, rue Albert Caquot, 06560 Valbonne. Deux services sont proposés les vendredis et samedis soirs ainsi qu’un service les dimanches soirs. Réservations sur www.nice.sophia.danslenoir.com / Par mail mercure-sa@danslenoir.com ou par téléphone : +33 (0)4 92 96 04 04

Photographie : Instant Complice des petits moments

Il y a 3 ans, Christophe a quitté Paris pour revenir s’installer dans le sud de la France et se lancer dans sa passion de toujours, la photographie. Instant Complice est né.

© Instant Complice
Christophe © Instant Complice

Christophe est pour ainsi dire né avec un appareil photo entre les mains. La photographie, il en est fait depuis qu’il est tout gamin mais une première vie – après une formation d’école de commerce – l’a d’abord mené vers la publicité et le marketing et plus précisément dans l’univers des jeux vidéo.

Une première vie qui lui a fait quitter son bien aimé sud de la France pour l’emmener à Paris. Après une dizaine d’années au rythme effréné de la capitale, et un nouveau rôle de papa arrivant à grands pas, il a voulu changé de vie. « Je ne me voyais pas rester sur Paris ni même y voir grandir mes enfants », raconte Christophe.

Avec sa jolie petite famille, il a alors décidé de tout quitter pour revenir s’installer sur sa terre natale, à Vallauris, et se lancer dans sa passion de toujours : la photographie. Un pari osé qu’il a tenté et réussi il y a 3 ans. C’est alors que sa deuxième vie de photographe professionnel a commencé avec Instant Complice. Son réflex Canon à la main, il shoote comme il respire, et la photographie coule plus que jamais dans ses veines.

Au départ spécialisé dans la photographie de famille et de mariage, il est aujourd’hui, et comme il se définit, « un touche-à-tout ». Que ce soit dans son studio photo à Vallauris, ou en extérieur, il aime l’humain avant tout et souhaite faire vivre ses émotions en capturant des petits moments propre à chacun et faire une petite pause dans le temps.

« J’adore faire les photos de mariage et de naissance mais en ce moment j’aime beaucoup les portraits, aussi bien en studio qu’à la lumière naturelle », explique-t-il. Il aime également travailler les arrières-plans flous avec son matériel dernier cri. « C’est important de ne pas rester sur ses acquis et d’aller toujours vers d’autres choses tout en se perfectionnant », ajoute-t-il.

Alors qu’il s’agisse d’un mariage, d’une naissance, d’un book à réaliser, Christophe répond présent et est à votre écoute pour vous conseiller et répondre à vos besoins particuliers. En plus, il livre tout clef en main et propose même de matérialiser vos photos via des coffrets avec tirages inclus ou des objets, des plus classiques aux plus insolites.

Instant Complice : j’ai testé… et adoré !

Le temps d’un shooting photo pour la marque de bijoux Beads of Aquarius, j’ai eu la chance de collaborer avec Christophe. Très patient, il a été plein de bons conseils et aux petits soins pour que je me détende devant l’objectif. Ce qui n’a pas été une mince affaire. Un véritable échange et une complicité s’est créé et j’ai réussi à faire ressortir le meilleur de moi-même !

Gagnez une séance photo

Dites cheese ! Pour vous permettre de découvrir les talents de Christophe (ou de les faire découvrir à la personne de votre choix), je vous propose un jeu-concours pour tenter de gagner une séance photo de 1h (d’une valeur de 149€) en studio ou en extérieur. Pour participer, il suffit de liker la page Facebook d’Instant Complice, celle de Whataboutnice puis de laisser un petit commentaire sous cet article (avec un email valable). Le gagnant devra juste s’engager à partager une des photos sur Facebook ou Instagram en taguant Instant Complice. Vous avez jusqu’au 15 juin 18h pour participer. J’effectuerai ensuite le tirage au sort via Random.

JEU CONCOURS FINI

Plus d’infos : Instant Complice, 241 chemin des petits brusquets 06220 Vallauris / Tél. 06 95 06 52 27 / www.instantcomplice.com / Facebook / Instagram

Instant Complice en quelques photos…
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice
© Instant Complice

 

Vacances de Pâques : qu’est-ce qu’on fait des enfants ?

Les vacances de Pâques arrivent à grands pas ! Youpi, à nous les grasses matinées et les petits déjeuners au lit, les premiers apéros à lézarder au soleil… enfin nous ? Que dis-je ! PAS NOUS, NON. Pas nous autres les parents qui allons devoir occuper nos chers bambins durant ces (longs) quinze jours de congés et se lever tôt, voire très tôt, pour assister et servir ces drôles d’individus qui font tout à l’envers… comme se réveiller à 7h du matin pendant les vacances. Mais qu’est-ce qu’on va faire d’eux ? Comment les occuper ? Vous l’aurez compris, le but de ce nouvel article est de vous proposer quelques idées de sorties à faire avec votre enfant chéri pendant la trêve pascale. Voici ma sélection.

Le Printemps des Mômes
Vacances de pâques / Whataboutnice.fr 2017Du 10 au 21 avril 2017, la Ville de Nice organise son 10e Printemps des Mômes, dans tous les quartiers de Nice. Les enfants et les ados pourront profiter, sur une trentaine de sites, de plus de 70 spectacles et animations. L’objectif de la municipalité est de promouvoir l’art vivant auprès des plus jeunes alors elle a fait appel à de nombreuses compagnies artistiques et associations pour émerveiller les enfants. Pour cette édition anniversaire, la musique est à l’honneur ! A l’Opéra de Nice, au sein des bibliothèques municipales, des centres AnimaNice, des maisons des associations et sur les scènes des théâtres, les jeunes niçois pourront vivre de belles aventures musicales. Ce festival est gratuit ou à petits prix. Retrouvez tout le programme sur printempsdesmomes.nice.fr

Le Festival Nananère
Du 10 au 14 avril, autre festival : Na Na Nère ! Celui-ci est organisé pour la 3e année consécutive par le département des Alpes-Maritimes pour le plus grand bonheur du jeune public, convié au cinéma Mercury et à la salle Laure Ecard à Nice. Au programme : le matin cinéma, l’après-midi spectacles… ainsi que des ateliers consacrés aux arts du cirque avec des initiations à la jonglerie ou encore des démonstrations d’acrobaties. Tous les pitchouns seront ravis ! Retrouvez tout le programme sur https://nananere.departement06.fr/

Le Festival des Jardins de la Côte d’Azur
Vacances de pâques / Whataboutnice.fr 2017
Dans le cadre du premier Festival des Jardins de la Côte d’Azur, qui se déroule jusqu’au 1er mai, les jardins sont en fête ! A Nice, un jardin éphémère de 800 mètres carrés – entièrement réalisé par le Service des Espaces Verts de la Ville de Nice sur la Promenade du Paillon – vous invite à l’éveil des sens. A l’occasion de ce festival de nombreuses manifestations sont également proposées à destination du jeune public de Nice à Cannes, en passant par Antibes ou encore Grasse. A Menton par exemple, un atelier « Création avec des graines » est proposé le lundi 10 avril aux enfants souhaitant créer des bracelets avec des graines, des pépins et des noyaux. Tous pleins d’idées et d’ateliers à petits prix à réserver sur https://festivaldesjardins.departement06.fr

Pâques au Parc Phoenix
Pendant toutes les vacances de Pâques, du samedi 8 au dimanche 23 avril, le Parc Phoenix se met à l’heure de Pâques et propose de nombreuses activités et ateliers pour les enfants jusqu’à 12 ans : petit train, structures gonflables, atelier rempotage (du 15 au 17 avril) ou encore des grandes chasses aux œufs en chocolat et des spectacles (du 15 au 17 avril). Tarif unique à la journée à partir de 4€. Plus d’informations sur www.parc-phoenix.org

Le Bois des lutins à Villeneuve-Loubet
Grimper dans les arbres, prendre des tyrolienne, dévaler des toboggans, jouer les hamsters dans des donuts géants… voilà ce qui vous attend au Bois des Lutins à Villeneuve-Loubet, ouvert tous les jours pendant les vacances de printemps. Inutile d’être un enfant pour s’amuser ! De 7 à 77 ans c’est l’occasion de rire et de jouer en famille. Bon point : sous les arbres une fraicheur qui fait du bien, des hamacs pour se reposer et des tables pour pique-niquer. Un chouette moment à partager en famille. Renseignements : www.leboisdeslutins.com

La Réserve biologique des Mont d’Azur à Thorenc
Vacances de pâques / Whataboutnice.fr 2017Voir des bisons c’est déjà incroyable à l’âge adulte, alors pour des enfants – même en bas âge – c’est simplement impressionnant ! Pendant ces vacances de Printemps, je vous invite à découvrir la Réserve biologique des Mont d’Azur à Thorenc, à une heure de Nice. Le temps d’un safari en calèche, vous découvrirez des animaux sauvages et « Cro mignons » comme les « bambis » avec leur maman. Il est même possible de dormir sur place dans des Ecolodges… avec vue imprenable sur la faune ! Magique ! Ouvert tous les jours de 10h à 18h. Renseignements sur www.haut-thorenc.com

Le Vesúbia Mountain Park à Saint-Martin-Vésubie
Si vous souhaitez prendre l’air de la montagne pendant les vacances de Pâques, je vous invite à  pousser la porte du tout nouveau tout beau Vesúbia Mountain Park à Saint-Martin-Vésubie. Premier espace d’activités ludiques de montagne indoor d’Europe, c’est le spot pour se détendre, se baigner, grimper ou encore… descendre un canyon ! Ce que j’ai testé il y a quelques temps et dont je vous ai déjà parlé sur le blog. Pour les enfants, c’est une mine d’activités aussi. Ces derniers pourront s’essayer à l’escalade, au canyoning également ainsi qu’à de nombreuses activités encadrées par des professionnels. Plus d’informations sur www.vesubia-mountain-park.fr

Vacances de pâques / Whataboutnice.fr 2017
Louise sur la plage, se la coule douce © Gaëtan Gaumy
Et vous, qu’allez-vous faire de vos enfants pour les vacances de Pâques ?

Picasso sans cliché, dans l’objectif d’Edward Quinn

Du 8 avril au 2 juillet prochain, le Musée Picasso à Antibes propose une nouvelle exposition baptisée « Picasso sans cliché », autour des photographies d’Edward Quinn.

La Galloise. Vallauris 1954 / © edwardquinn.com © Succession Picasso, Paris, 2017
La Galloise. Vallauris 1954 © edwardquinn.com © Succession Picasso, Paris, 2017.

S’il y a bien un musée que j’adore, c’est le Musée Picasso à Antibes car – en plus d’être un site remarquable – il propose toujours des expositions pertinentes et bien pensées. C’est un plaisir de l’arpenter.

Pour les amoureux de photographie, le musée consacre une exposition à l’œuvre du photographe irlandais Edward Quinn, qui a vécu et travaillé sur la Côte d’Azur à partir de 1951. Ce dernier noua une amitié profonde avec Picasso. Amitié qui ne cessera qu’à la mort de l’artiste. Quinn lui a consacré plusieurs livres et films, ainsi que d’incroyables photographies que l’on va ainsi redécouvrir au musée du 8 avril au 2 juillet prochain.

« Ma première expérience de photographe auprès de Picasso, au travail dans son paisible atelier de poterie, fut assez difficile : je craignais de le déranger en me déplaçant autour de lui pendant qu’il travaillait ; mais il ne parut heureusement ne pas s’en apercevoir, tant il était concentré sur son ouvrage. Quel soulagement pour moi, et quel encouragement aussi, lorsque je sus, par la suite, qu’il avait dit à l’un de ses amis : « Lui ? Il ne me dérange pas ! » Je pouvais donc poursuivre ma tâche sans trop d’inconvénient pour lui. Il m’autorisa, en effet, à venir régulièrement, et je pus le photographier à différentes époques, en différents endroits, tantôt en train de peindre, de dessiner, de sculpter, tantôt avec des amis ou au sein de sa famille. […] », expliqua le photographe.

Dans l’exposition, les photographies rassemblées montrent des instants de vie de l’homme et de l’artiste, avec le reflet authentique de l’un comme de l’autre. On découvre ainsi en 126 clichés l’amour partagé avec ses proches, les rencontres avec ses amis, ses lieux de vie ou encore ses animaux favoris. Un beau moment en perspective !

Plus d’infos : Picasso sans cliché, du 8 avril au 2 juillet au Musée Picasso à Antibes / Château Grimaldi 06600 Antibes / Tél. 04 92 90 54 26 / www.antibes-juanlespins.com

Photo à la une : Picasso à l’exposition de céramique. Vallauris, été 1951 © edwardquinn.com © Succession Picasso, Paris, 2017.

libero. massa eleifend leo eget amet,