Monaco

SOS Grand Bleu : à la rencontre des cétacés en Méditerranée

(Dernière MAJ : juillet 2020) – Aller à la rencontre des dauphins et des baleines en Méditerranée était un rêve de petite fille et aujourd’hui, c’est chose faite ! Il y a quelques jours en effet, grâce à l’association SOS Grand Bleu, j’ai passé une journée en mer pour observer des cétacés dans leur milieu naturel.

Reconnue d’utilité publique, l’association lutte depuis près de 30 ans, pour la protection de l’environnement marin et plus particulièrement des dauphins et des baleines, au sein du sanctuaire Pélagos.

Celui-ci s’étend sur 87 500 km2 au sein du bassin Corso-Liguro-Provençal et l’on estime d’ailleurs qu’entre 1000 et 3000 rorquals communs, ainsi qu’environ 25 000 dauphins bleu et blanc, fréquentent ce périmètre, en été.

C’est ainsi qu’un dimanche matin de septembre, ma fille et moi sommes parties pour une balade en mer que nous ne sommes pas prêtes d’oublier.

De belles rencontres en mer

Rendez-vous était donné à 8h45 au bout de la jetée du Port de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Sac à dos et pique-nique de rigueur (sans oublier du Mercalm en cas de mal de mer). Au total, nous étions une vingtaine a embarqué à bord du Santo Souspir, un magnifique gréement, qui n’est autre que la réplique exacte d’un caïque turc du 16e siècle. Une merveille au doux parfum oriental !

SOS Grand Bleu, à la rencontre des cétacés en Méditerranée / Whataboutnice.fr

Après avoir été chaleureusement accueillis par Arnaud et François, deux skippers diplômés d’Etat, et après une première explication et présentation de l’association et du bateau, nous avons mis les voiles sur le large.

Aucune vague en vue. Le trajet s’annonce des plus agréables. Chacun prend place sur le bateau, et pour certains, comme pour nous, le voyage débute assis sur la proue, horizon devant (et chevelure au vent). Le littoral commence à s’éloigner pour disparaître ensuite. Sans s’en rendre compte nous nous retrouvons en pleine mer en moins de deux !

En véritables passionnés, les 2 animateurs nous expliquent, tour à tour, les enjeux et les missions de l’association. Car au-delà de l’aspect ludique de ces sorties, il y a surtout une action pédagogique : apprendre à identifier les différentes espèces de cétacés (dauphins bleu et blanc, dauphin de Risso, globicéphale noir, grand dauphin, cachalot, rorqual commun) selon leur morphologie, leur couleur, leur vitesse de déplacement, leur comportement au sein du groupe. Mais aussi les dangers qui les menacent, et les moyens qui sont mis en œuvre pour les protéger.

Le Santo Sospir / SOS Grand Bleu
Le Santo Sospir / SOS Grand Bleu

Après 3 heures de navigation, pas de dauphins en vue mais la balade est exceptionnelle. Le bateau s’arrête le temps de quelques plongeons dans la grande bleue. Imaginez : nous sommes en plein milieu de la Méditerranée (plus de 2000 mètres de profondeur), avec pour seuls voisins, l’horizon, le ciel bleu et le soleil. Un décor de carte postal. On se laisse tout simplement porter et emporter par la beauté des lieux.

Dauphins… et baleines

SOS Grand Bleu, à la rencontre des cétacés en Méditerranée / Whataboutnice.fr

Par chance, dès que nous remontons sur le bateau nous apercevons au loin un ballet de dauphins blancs qui sautent et semblent s’amuser. Magique ! Ma fille n’en revient pas ! On les voit de loin mais ils sont bien là, si agiles et rapides ! Vite, ils disparaissent et nous reprenons la navigation en direction de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Certains s’endorment sur le pont, ce qui est mon cas et celui de Louise qui s’accorde une longue sieste bien méritée (3 plongeons depuis le bateau ça fatigue !).

Au loin, nous voyons de nouveau se dessiner la côte et l’arrivée se rapproche tout doucement, avec une petite déception – pour ma fille – je l’avoue : celle de n’avoir pas vu « plus » de cétacés dans leur milieu naturel. Mais justement, rappelons-le, nous sommes en pleine mer (et pas dans un zoo !) et la rencontre avec les mammifères marins n’est pas garantie à chaque sortie.

SOS Grand Bleu, à la rencontre des cétacés en Méditerranée / Whataboutnice.fr

En tout cas, rien que la sortie en mer est un moment incroyable et on apprend tout plein de choses ! C’est aussi l’occasion de ramasser des déchets (ballons, bouteilles en plastique, filets… ) et de réaliser le danger qu’ils représentent.

Soudain, un des passagers nous indique qu’il voit une « bosse noire » sur l’eau. Tout le monde se positionne en direction de la forme en question. Nous sommes à seulement 4,5 km des côtes, juste en face de Monaco. Au loin, on peut même apercevoir le Musée océanographique.

Un des skipper attrape ses jumelles et grimpe sur le mât. Après quelques instants, il nous annonce qu’il s’agit – non pas d’une – mais de deux baleines : des rorquals communs. Après la baleine bleue, et avec une longueur d’environ 25 mètres, et un point de 50 tonnes minimum, c’est le 2e plus grand animal vivant sur la planète et le plus bruyant des mammifères marins. Le spectacle est magique… et même émouvant.

SOS Grand Bleu, à la rencontre des cétacés en Méditerranée / Whataboutnice.fr
La plus belle des rencontres, au large de St-Jean-Cap-Ferrat / Whataboutnice.fr

Devant nous, des baleines. Rien que ça. Nous décidons alors de les suivre. Toutes les 4 minutes en moyenne, elles reviennent à la surface de la mer pour respirer. On admire le spectacle et on reste sans voix, appareils photos en main pour tenter d’immortaliser le moment. Un moment rare et intense et vraiment émouvant.

Au-delà de ça, on réalise surtout que nous ne sommes pas grand chose face à l’immensité de la mer et de ses habitants… et qu’il est important et impératif de les protéger par des actions de sensibilisation.

Les actions de SOS Grand Bleu

SOS Grand Bleu a déjà remporté de nombreuses victoires : interdiction totale des filets dérivants au niveau de l’Union Européenne, interdiction de la pêche à la thonaille, empêchement de quatre projets de delphinariums, contribution à la création d’un sanctuaire international pour les mammifères marins en Méditerranée (Sanctuaire PELAGOS), et participation à sa gestion.

Plus d’infos : du 15 avril au 15 novembre (tous les week-ends et jours fériés et presque tous les jours en juillet/août) / Départ à 8h45 précises du Port de Saint-Jean-Cap-Ferrat / Retour à 17h / Tarif : Adultes 60 € et enfants de – de 12 ans 40 € / Réservation auprès de SOS Grand Bleu 04 93 76 17 61 ou gb@sosgrandbleu.asso.fr / www.sosgrandbleu.asso.fr

Information Covid-19 : les sorties sont réalisées dans le respect des consignes sanitaires (port du masque obligatoire pour les plus de 12 ans lors des déplacements et regroupements (mini-conférence à bord), mise à disposition de solution hydro-alcoolique pour le lavage des mains).

Crédit photo : A.L / Whataboutnice.fr 2018 (sauf à la Une / Photo SOS Grand Bleu)

Posidonie : « Des maillots de bains 100% éco-responsables et féminins »

Interview de Lauren Peuch, créatrice de la marque Posidonie

L’été est de retour et avec lui, l’envie d’arborer un joli maillot de bain. Oui, mais pas n’importe lequel ! Sensible à la protection de l’environnement, on essaye chaque jour et par de petits gestes – avec ma fille – de réduire notre empreinte écologique. Cela passe par trier les emballages, limiter ceux en plastique pour à terme ne plus en avoir, éviter de prendre les transports, consommer local et de saison, réduire notre consommation d’eau, acheter du prêt-à-porter à bon escient ou encore privilégier les circuits courts et le « made in France ». Alors cette année, il m’a semblé important d’opter pour une marque de maillots 100% eco-responsable : Posidonie, née dans le Var à l’initiative de Lauren Peuch, une jeune femme de convictions, engagée et amoureuse des mers et des océans. Découvrez l’interview de la créatrice, aujourd’hui CMO et Product Manager dans une startup de la Tech spécialisée en publicité digitale et membre de la FrenchTech120. Elle nous en dit plus sur son parcours et sur ces maillots de bain éthiques. 

Comment est née la marque la marque Posidonie ?

Lauren Peuch, créatrice de la marque Posidonie

« Je suis née à Toulon, au bord d’un petit port de pêcheurs, et je savais nager avant de même de savoir marcher.

Après avoir été diplômée d’une école de commerce, j’ai débuté ma carrière dans le E-commerce et la logistique. J’ai co-fondé Iodée en 2018. La marque a connu son succès sur la plateforme de crowdfunding Ulule et sur les réseaux sociaux. J’étais très surprise du nombre de ventes et de la réponse positive des internautes. Grâce à Iodée, j’ai pris confiance en moi ; En 2019, l’aventure Iodée a pris fin. J’ai donc saisi l’occasion de lancer un autre concept de maillots de bain qui me tenait plus à coeur, lié à la protection des océans et à l’éco-responsabilité.

C’est ainsi qu’est née Posidonie : une marque de convictions, pratique, adaptée à notre mode de vie au bord de l’eau, pour courir, nager, faire du stand-up paddle, s’amuser et bronzer sans contraintes de mouvement. Et bien entendu, ce sont des maillots hauts de gamme 100% éco-responsables, produits localement, confortables et stylés tout en restant à prix doux »

Qu’est-ce que cela signifie « des maillots 100% éco-responsables » ?

« Marque de convictions, Posidonie part d’un double constat. D’une part, nos mers et océans sont remplis par des déchets dont 55%* sont des filets de pêche. D’autre part, l’industrie textile est toujours l’une des plus importantes pollueuses de la planète. Nous nous devons de réagir maintenant. C’est ainsi la première marque proposant des maillots de bain 100% éco-responsables, de ses tissus à son expédition, en passant évidemment par sa production locale. En récupérant et en upcyclant des filets de pêche, nous contribuons à la protection de la nature. Constamment à la recherche de nouvelles idées et solutions, Posidonie est l’occasion de proposer une alternative à la fast fashion. Attentive, utile, locale et raisonnée, la marque offre le choix d’adopter un comportement de consommation plus responsable tout en restant élégante et confortable. »

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la collection ?

« Grâce à ses tissus labellisés Oeko-Tex, Posidonie offre aux femmes une collection de maillots de bain non seulement respectueuse de l’environnement mais aussi soucieuse de leur bien-être naturel. Ajustables, intemporels et confortables, nos maillots ont été pensés pour devenir à leur tour le berceau du corps féminin, de sa liberté de mouvements pour plonger, courir, bronzer sans contraintes. Car je crois que de se sentir libre dans ses mouvements est la condition pour révéler sa pleine féminité, sa pleine nature. Plus qu’un produit, le maillot de bain c’est le compagnon des beaux jours passés au bord de l’eau jusqu’au coucher du soleil, en famille et entre ami.es. L’achat d’un maillot, c’est le démarrage d’instants de bonheur et le début des festivités. D’ailleurs, l’année prochaine, j’aimerais proposer encore plus de modèles à toutes celles qui sont sensibles à l’écosystème marin et aux marques éco-responsables ».

Propos recueillis par Anne L.
*Chiffre Business Insider 2020

Mon coup de coeur Posidonie

La collection Posidonie se décline en modèles 1 et 2 pièces, tous portants des noms très web, à l’instar de l’ensemble Top et Bas 2.0 Vert Posidonie pour lequel j’ai craqué (85 euros l’ensemble). Sa couleur est très vive et estivale, très pop. En voici un aperçu en photos, réalisées par la photographe professionelle Sarah Stefani. Un vrai challenge relevé sur la plage de la Réserve à Nice, au coucher du soleil. 

Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable - WhataboutNice.fr © 2020 Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable – WhataboutNice.fr Crédit photo © Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable - WhataboutNice.fr © 2020 Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable – WhataboutNice.fr Crédit photo © Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable – WhataboutNice.fr Crédit photo © Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable - WhataboutNice.fr © 2020 Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable – WhataboutNice.fr
Crédit photo © Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable - WhataboutNice.fr © 2020 Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable – WhataboutNice.fr Crédit photo © Sarah Stefani

Plus d’infos et e-shop : https://posidonie.io / Pochon offert avec le maillot / Retours offerts en France / Expédition sous 24h ouvrées / Paiement par carte sécurisé

Save the date : les temps forts en 2020 sur la Côte d’Azur

2020 promet d’être riche en évènements à Nice et sur la Côte d’Azur ! Alors, pour commencer cette nouvelle année sous les meilleurs auspices, je vous propose une petite sélection de temps forts qui vont jalonner la Côte d’Azur en 2020. D’Auron à Menton, de Nice à Monaco… tour d’horizon de mes immanquables ! Prenez date !

Pour les amateurs de gastronomie et de ski, rendez-vous du 18 au 24 janvier à Auron pour la 9e édition de Chefs au Sommet ! Pendant une semaine, les plus grands chefs de la région vous invitent à découvrir leur univers à travers des ateliers, des démonstrations, des conférences, des diners gastronomiques et de nombreuses autres animations. Plus d’infos sur auron.com

Impossible, ensuite, de passer à côté du Carnaval de Nice qui revient du 15 au 29 février sous les couleurs du Roi de la Mode pour une 136e édition. Pendant 15 jours, les Corsi carnavalesques et les Batailles de fleurs offriront un spectacle burlesque dédié à la mode sous toutes ses coutures pour vous amuser. Plus d’infos sur nicecarnaval.com

On ne manquera pas non plus la Fête du Citron à Menton. Du 15 février au 3 mars, la célèbre fête des agrumes célèbre Les Fêtes du Monde. Cette 87ème édition traversera les quatre coins de la planète : 12 décors ornés d’agrumes inviteront au voyage, du Mexique avec l’univers fascinant du Dia de los Muertos à la Fête des lanternes en Chine. Plus d’infos sur fete-du-citron.com

Au retour du printemps, impossible de louper ExpoRose à Grasse du 8 au 10 mai. Pendant 3 jours, Grasse célèbre la rose et devient un jardin immense : 6 000 roses en bouquets, 15 000 rosiers mis en vente et 25 000 fleurs coupées pour rehausser les fontaines et les façades. Et pour 2020, ExpoRose célèbre 50 ans d’histoire en revisitant les grands classiques du cinéma et du parfum. Plus d’infos sur tourisme.paysdegrasse.fr 

Pendant l’été, de nombreux festivals de musique viendront donner le La. A Nice le Nice Jazz Festival revient du 17 au 21 juillet sur la Place Masséna et au Jardin Albert 1er. Même si la programmation n’a pas encore été dévoilée, chaque année, les talents se succèdent sur scène !

Du côté de Juan-les-Pins, la 60 édition de Jazz à Juan – du 9 au 22 juillet – annonce déjà quelques belles têtes d’affiche à l’instar de Lionel Richie, Marcus Miller ou encore Ibrahim Maalouf ! D’autres festivals viendront ponctuer la saison comme Les Nuits du Sud à Vence, les Plages Électro à Cannes ou encore le Festival Crossover. Plus d’infos auprès de chaque festival.

Dans un tout autre registre et pour les amoureux de voitures, le Grimaldi Forum de Monaco vous proposera l’exposition « Monaco et l’automobile, de 1893 à nos jours » du 11 juillet au 6 septembre prochain. Pour la première fois au pied du circuit mythique, une exposition-événement va retracer l’histoire de l’épopée automobile. Plus d’infos sur grimaldiforum.com

Il ne s’agit là que d’un échantillon de ce qu’il vous attend cette année sur la Côte d’Azur ! Bien d’autres évènements sont au programme : des festivals de musique, des compétitions sportives, des expositions… sans oublier le Festival du Livre, mais aussi Nice Fictions, Un Festival c’est trop court, le Festival des Jeux de Cannes, le Festival de Cannes, le Grand Prix de Monaco… la liste est longue !

Un très bon début d’année à tous !

Anne L.

En attendant Noël à Nice et sur la Côte d’Azur

Ça y est, nous y sommes ! C’est la dernière ligne droite avant Noël et le passage en 2020. Même si décembre n’a pas commencé sous les meilleurs auspices avec un climat social morose, je vais tenter de mettre un peu de magie dans ces quelques lignes en vous proposant un tour d’horizon des festivités proposées à Nice mais aussi à Monaco et dans les alentours. Parce qu’à tout âge, c’est toujours bon de croire en la magie de Noël.

Illuminations et Village de Noël à Nice

A Nice d’abord. Le coup d’envoi des festivités a été donné jeudi 5 décembre sur la Place Masséna. Jusqu’au 5 janvier, près de 60 chalets vous attendent au Village de Noël pour faire vos petites emplettes – artisanat, décoration de Noël, bijoux, santons… – mais aussi pour vous retrouver en famille ou entre amis à déguster du vin chaud, des bières de Noel, des charcuteries et fromages, des huîtres et autres spécialités locales comme la socca. Pour les plus petits, les manèges et structures gonflables prendront place auprès du Carrousel. De nombreuses animations sont également prévues tout au long de ce mois de décembre : des soirées musicales en « after work », des déambulations du Père Noël et son lutin, la participation du cirque Eloize le week-end d’ouverture et même des séances de cinéma pour les enfants au Théâtre de Verdure. Incontournable également, la Grande Roue pour une vue imprenable sur Nice et la Patinoire, pour se défouler de 7 à 77 ans. Enfin, j’ai failli oublier…. La Maison du Père Noël cachée dans un décor de sapins attend les enfants les plus sages. Ces derniers pourront même en profiter pour déposer dans la boîte aux lettres du Père Noël leur liste de cadeaux. Plus d’infos sur www.nicetourisme.com

Noël à Nice / Crédit photo Nice Tourisme

Noël en blanc à Monaco

A Monaco, le Village de Noël est également un incontournable. Il reprend ses quartiers sur le Port Hercule du vendredi 6 décembre au dimanche 5 janvier. Dans des décors chaque année renouvelés depuis sa création en 1999, le marché fait la part belle cette année au « Noël blanc ». Vous pourrez découvrir le village Igloos, le village Inuit et le village de glace. Ambiance nordique et féérique assurée, surtout à la nuit tombée. Au programme : des parades et des déambulations, des concerts, des ateliers maquillage ainsi que des chalets proposant divers objets de décoration, des gadgets ou des bijoux… sans oublier des manèges pour les plus petits. Plus d’infos sur www.visitmonaco.com/fr

Mais aussi à Menton, Vence, Lucéram…

  • A Menton – Noël se déroule sur le thème de Casse-Noisette dans un univers féérique : manèges, parades, spectacles, patinoire, ateliers créatifs.
  • A Vence – de nombreuses animations pour les petits et les grands, spectacles, concerts, ateliers pour enfants…
  • A Lucéram – le célèbre Circuit des Crèches avec plus de 450 crèches exposées dans le village. Incontournable (cf. photo ci-dessous).
  • A Saint-Laurent-du-Var – de nombreux spectacles vous attendent comme un splendide spectacle Mapping Vidéo sur l’Hôtel de Ville et une Forêt Magique avec des ateliers créatifs.

De nombreuses autres villes et villages des Alpes-Maritimes se sont parées de leurs plus beaux habits de fête pour vous proposer également de nombreuses animations. N’hésitez pas à prendre directement contact avec les Offices de tourisme.

Je vous souhaite de bons préparatifs de fêtes avec des sapins qui clignotent, des petits Jésus qui s’impatientent dans les crèches, des vins chauds qui sentent bons les épices, des films de Noël sous le plaid, des yeux d’enfants qui s’illuminent en voyant le Père Noël (le vrai de vrai)… et des notes de magie dans le quotidien <3

Le train ne passe qu’une fois… ou pas du tout !

0

(Petit billet « inopiné » sur la SNCF… bis repetita placent !)

Au départ, j’étais censée écrire un article sur un délicieux restaurant que j’ai découvert à Nice et puis, j’ai préféré décaler à un jour prochain, mon humeur n’étant pas au rendez-vous. Alors j’ai décidé de déraillé un peu, comme la Sncf, dont il est justement question dans ce petit billet d’humeur.

Souvenez-vous, il y a quelques temps déjà, j’avais pris la parole pour dire ce que j’avais sur le coeur à propos de cette société, qui fait la pluie et le beau temps dans mon quotidien depuis quelques temps. J’avais écrit ce billet au moment des grèves perlées pour exprimer toute ma colère en tant qu’usager lourdement pénalisé par ce mouvement social. Seul point positif, au moment de ces grèves, on était tout de même prévenu en amont par différents canaux afin de s’organiser au mieux.

Mais là, c’est tout autre chose. On est passé à un cran supérieur. Vendredi matin, au moment d’aller à la gare pour prendre le train pour aller travailler (c’est important de le préciser), pas de train. La raison ? Une grève « inopinée » de la Sncf. « Inopinée » se dit de quelque chose ou de quelqu’un « qui arrive, se produit alors qu’on ne s’y attendait pas comme une visite inopinée ». Maintenant on peut donc rajouter dans le dico « comme une grève inopinée de la Sncf ». En espérant d’ailleurs que cela ne devienne pas un pléonasme ! À l’origine du mouvement, un accident survenu mercredi soir entre un TER reliant Charleville-Mézières et un convoi routier coincé sur un passage à niveau, faisant 11 blessés. Le conducteur, qui a porté secours aux passagers alors qu’il était lui-même blessé, était le seul agent SNCF à bord du train. Les agents de la SNCF ont donc décidé d’exercer leur droit de retrait pour exprimer leur colère.

D’où cette grève inattendue qui s’est d’ailleurs transformée en « no man’s land » ou plutôt en « no train’s land » : aucun TER en circulation pour Monaco (et dans plein de régions). Et une veille de vacances scolaire et de grands départs, ça ne pouvait pas mieux tomber ! Les seuls informations glanées de ça et là sur les réseaux sociaux – comme Twitter – résumaient ainsi la situation : « Aucun TER ne circulera ce vendredi. Nous conseillons aux voyageurs qui le peuvent de reporter leur voyage ou d’utiliser des moyens de transports alternatifs. ». Et puis c’est tout. On a même eu droit à un petit « navré » dans un des tweets. En somme, il n’y a pas de train… débrouillez-vous !

Arriver au travail avec 3 heures de retard, ne pas pouvoir aller travailler et devoir poser un jour de congés, devoir payer la nounou 3 heures de plus, ne pas pouvoir partir en vacances après avoir économisé des mois, avoir peur que son gamin se retrouve seul à la sortie de l’école… tout cela faute de train… au final qui s’en soucie ? Pas la Sncf en tout cas, et ce malgré les efforts de remboursements consentis !

Alors, sans vouloir faire de polémique ni de politique (je ne sais pas faire), j’arrive à comprendre les raisons de la colère des agents Scnf – que je trouve légitime – mais je n’arrive pas à cautionner cette grève « inopinée ». Des colères et des revendications, j’en ai aussi. J’ai aussi mes propres combats. Et si je prends le train tous les matins pour aller travailler (et c’est vraiment important de le préciser) c’est que je n’ai pas d’autres moyens de transports. Et nous sommes des millions dans ce cas. 

En somme, je dois, à mes dépends, être solidaire d’une colère qui n’est pas la mienne, parce que je n’ai pas le choix… il y a truc qui déraille vous ne trouvez pas ?

Anne L.

Vacances de la Toussaint : mes idées de sorties pour les enfants

(pour qu’ils nous lâchent un peu la grappe)

A peine la rentrée de septembre passée, nos chères têtes à poux sont déjà en vacances ! Celles de la Toussaint sont déjà demain ! Deux semaines de vacances pour nos chers enfants qui ne sont jamais fatigués. Pour certains, direction le centre aéré, pour d’autres les grands-parents… et pour d’autres encore, c’est tout bénef : deux semaines à la maison avec papa et/ou maman. Enfin pour les parents c’est une autre affaire car il faut les occuper pendant cette trêve automnale, pour éviter de les entendre dire « Je m’ennuie ». Et ce n’est pas une mince affaire ! Aussi, je vous propose ma petite sélection de 5 sorties et activités à faire à Nice et dans les alentours pendant les vacances. Tour d’horizon… et après ça, interdit de s’ennuyer sinon privé de télé !

A Nice, pour les curieux

A Nice, du 21 au 31 octobre, les centres AnimaNice accueillent les enfants pour les vacances, pour leurs faire découvrir de nombreuses activités et ateliers sur le thème de la danse, de l’art, de la magie, d’Halloween et bien d’autres. Accessibles à tous les jeunes âgés de 6 à 17 ans, dans la limite des places disponibles et à des tarifs très attractifs (à partir de 10 euros la semaine pour deux heures d’ateliers par jour).
Plus d’infos sur le site nice.fr

A Vence, pour les p’tits fermiers

Pour une jolie sortie en famille pendant les vacances de la Toussaint, je vous invite à prendre la direction de Vence puis Coursegoules pour aller à la rencontre des animaux de la ferme La Cavetière. Ici, les animaux sont chez eux et certains se baladent en liberté – comme les chèvres, les cochons, les poules, les ânes et bien d’autres ! Une participation de 10€ par adulte et 8€ par enfant est demandée. Des tables de pique-nique sont à disposition.
Plus d’infos sur lacavetiere.com

Vacances de la Toussaint : mes idées de sorties pour les enfants / Whataboutnice.fr

A Villeneuve-Loubet, pour les gourmands

Le Musée Escoffier de l’Art Culinaire a conçu un tout nouveau « Livret-jeu des gourmands » pour les enfants à partir de 6 ans ! Une façon ludique de découvrir cet unique musée, installé dans la maison natale du Chef cuisinier Auguste Escoffier. Celui-ci retrace la vie et l’œuvre de ce personnage incontournable de la gastronomie française. Ce livret-jeu nécessite sens de l’observation, curiosité et imagination ! Mots fléchés, charade, labyrinthe et autres énigmes ponctueront leur parcours de visite.
Plus d’infos sur musee-escoffier.com

A Cannes, pour les artistes en herbe

Du 18 octobre au 2 novembre, la Ville de Cannes organise son festival jeune public pour les 3 à 13 ans : le Festival P’tits Cannes à You. Au programme, des spectacles à tous petits prix à partager en famille : théâtre, cinéma, cirque, expositions, danse et ateliers.
Plus d’infos sur www.cannes.com

A Monaco, pour faire le plein de sensations

Du 18 octobre au 19 novembre, la fête foraine reprend ses quartiers à Monaco : près de 80 stands, manèges et attractions attendent les petits et les grands sur le Port Hercule : de la pêche aux canards aux manèges à sensation, il y a de quoi faire ! Rendez-vous du dimanche au jeudi de 11h à 23h et les vendredis et samedis jusqu’à minuit. L’accès au site est gratuit, mais les différentes attractions payantes.
Plus d’infos sur foire-attractions-monaco.com

… et jouer les observateurs

Le Musée océanographique de Monaco propose depuis quelques semaines un nouvel aménagement à ciel ouvert pour découvrir et aller à la rencontre des tortues marines. Un « parcours tortues » vous fera voyager dans le temps pour comprendre leur histoire et leur évolution. La grande aventure des tortues se découvre en famille !
Plus d’infos sur oceano.org

Et vous, qu’avez-vous prévu pour occuper et amuser vos enfants pendant les vacances de la Toussaint ?

Balade à Nice : mes essentiels de l’été

Il y a quelques temps, suite à mon article sur Alassio, en Italie, les trains Thello m’ont proposé de réaliser un mini-guide dédié à Nice pour leurs voyageurs italiens, de passage à Nice et sur la Côte d’Azur. La version traduite en italien a été publiée sur leur site par ici ! Et sur le blog, je vous propose de découvrir la version française !

A Nice et dans ses alentours, il y a tant de choses à découvrir et en toute saison. L’été, c’est une autre ambiance. Entre vie locale, expositions et balades, je vous invite à découvrir mes essentiels de l’été. 

Chaque année, pendant la haute saison estivale, Nice et la Côte d’Azur accueille des milliers de touristes venus découvrir les charmes et les richesses qu’offrent la cité azuréenne et sa région. De la Promenade des Anglais à la Colline du Château, en passant par le Cours Saleya ou les plages de galets, il y en tant de choses à découvrir et il n’est pas toujours aisé de faire un choix ! Pour sortir un peu des sentiers battus, je vous propose de me suivre à la découverte de mes endroits favoris et des évènements à ne pas manquer cet été à Nice et dans les alentours. 

Une halte gourmande

Gare du Sud : embarquez pour un voyage des saveurs à la Halle gourmande / Crédit WhataboutNice.fr

Pour découvrir Nice, déjà, le mieux est de marcher, même si aujourd’hui grâce au Tramway, on peut rapidement découvrir la ville. Mais rien de tel qu’une bonne paire de chaussures pour vivre Nice et respirer son atmosphère. Nice a plusieurs visages. On passe en quelques minutes du coeur battant de la ville et à ses boutiques, aux bruits des vagues, du côté de la Promenade des Anglais, avant de se plonger dans l’ambiance si typique du Vieux-Nice. Du reste, pour apprécier Nice, il est indispensable de vivre à l’heure locale et d’aller flâner en matinée sur les marchés de fruits et de légumes mais aussi sur le marché aux fleurs du Cours Saleya. 

Mais je vous propose de vous attarder du côté du quartier de Libération. Ici les producteurs locaux offrent de beaux étals de fruits et de légumes de saison. A peine plus haut, un petit détour s’impose par les petites halles typiques de la Place Général de Gaulle. Ici on peut y boire un petit café au comptoir et il y a même des triperies pour les amateurs. Mais le clou de la visite c’est la nouvelle Gare du Sud, totalement transformée en Halle Gourmande. De nombreuses enseignes y ont pris leur quartier et on peut déjeuner, diner sur le pouce ou boire un verre dans l’ambiance chic et décontracté d’un hall de gare totalement repensé. A faire absolument ! 

Un détour par l’ancien bagne

Pour les amateurs d’art et de culture, un détour s’impose par le Port de Nice. C’est ici que je vous conseille d’aller pousser la porte de la Galerie Lympia qui n’est autre que l’ancien bagne de Nice. Aujourd’hui devenu un espace culturel de 250 mètres carrés, cette ancienne bâtisse du 18e siècle servait auparavant d’établissement carcéral. Jusqu’au 15 septembre 2019, les lieux accueillent une exposition au nom évocateur « Liberté, liberté chérie ». Pas moins de 32 artistes internationaux exposent plus de 60 œuvres – peintures, sculptures, photographies – autour de ce thème universel, dans un lieu chargé d’histoire.

Et en route pour Monaco

Jardin exotique de Monaco / Whataboutnice.frac

Je vous invite ensuite à vous éloigner un peu de Nice, direction Monaco, facile d’accès en train. Monaco ne rime pas seulement avec voitures de sport et hôtels de luxe. Monaco c’est aussi une ambiance. Une autre ambiance que celle de Nice. Le Jardin Exotique est en un bel exemple. Ici, vous plongez dans l’atmosphère calme et apaisante d’un jardin aux innombrables variétés de cactus et de plantes grasses, dominant le Rocher. La vue est incroyable. Surprise, les lieux recèlent une grotte. La visite de celle-ci est guidée par des spécialistes et il vous faudra descendre 300 marches environ pour être plonger au cœur de cette impressionnante grotte, témoin de l’Histoire. 

Salvador Dalí, Personnages couchés sur le sable, 1926 © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí Adagp, Paris 2019
Salvador Dalí, Personnages couchés sur le sable, 1926 © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí Adagp, Paris 2019

A Monaco toujours, rendez-vous est donné tout l’été (du 6 juillet au 8 septembre) avec une exposition hors du commun dédié à Salvador Dali. En effet, le Grimaldi Forum Monaco va consacrer une exposition à l’immense artiste espagnol qu’était Dalí, à l’occasion du 30e anniversaire de sa mort. C’est l’exposition évènement de l’été ! Non loin du Grimaldi Forum, le Jardin Japonais est un petit trésor qui vous séduira sans nul doute. En front de mer, et en l’espace de quelques secondes vous vous trouvez immergés dans la culture japonaise avec ce petit jardin exotique situé au bord de la mer. 

Avant d’aller voir les loups  

Les loups du parc du Mercantour (photo d’illustration… non il n’y a pas de neige en été)

Enfin, si vous souhaitez vous éloigner du littoral et aller respirer un grand bol d’air pur dans les montagnes, prenez la route du Massif du Mercantour, à seulement 1h30 de Nice. Les paysages y sont incroyables et verts surtout. A ne pas louper : le Parc Alpha, situé entre 1500 et 1800 mètres d’altitude. C’est ici que vous ferez une rencontre des plus sauvage et des plus impressionnantes… avec les loups ! 

Mes adresses favorites 

NICE / QUARTIER LIBERATION

  • La Halle Gourmande de la Gare du Sud, quartier Libération : une trentaine d’enseignes vous proposent de déjeuner, dîner, manger sur le pouce ou boire l’apéro : Mahata, Monsieur Albert, Pitaya, Ramen Ta Faim, La Vie en Rose, SuperLobster…
  • Le Rooftop17, au 7e étage de l’Hôtel Monsigny, domine le quartier Libération avec une vue à 360° sur les toits de Nice. Pause déjeuner ou afterwork en musique.

DU CÔTÉ DU VIEUX-NICE

  • Di Piu et La Voglia, 2 institutions à ne pas manquer sur le Cours Saleya pour déguster des spécialités italiennes. Pas de réservation possible. Petites faims s’abstenir.
  • King Marcel, pour les amateurs de Burgers, vient d’ouvrir ses portes sur le Cours Saleya. Du pain frais et des burgers comme à la maison
  • Le restaurant Le Panier, mon préféré ! Un de mes établissements préférés. C’est tout simplement délicieux de l’entrée au dessert. Une carte créative et savoureuse.
  • Neron Glacier Pâtissier : des glaces à se damner comme le parfum pistache ! les cornets sont faits maison ; On en fait qu’une bouchée.

PORT DE NICE / GARIBALDI

  • Le Bistrot Saint-Georges, situé au numéro 50 du Boulevard Stalingrad, est une adresse bistronomique à ne pas manquer. Tout est fait « maison » avec des produits frais et de saison.
  • Café Paulette, rue Bonaparte, juste à côté de la Place Garibaldi, est le rendez-vous parfait pour un afterwork gourmand. Produits frais et faits « maison ».

    Anne L. / Whataboutnice.fr pour Thello.it
felis lectus elementum Praesent commodo facilisis Donec mattis nec Sed Lorem id