Monaco

Exposition : le réel merveilleux d’Alberto Giacometti

Après Dalí, Bacon, Picasso ou encore Warhol, le Grimaldi Forum consacre cet été une exposition à Alberto Giacometti, en association avec la Fondation Giacometti. Cette première rétrospective de l’œuvre d’Alberto Giacometti à Monacoplacée sous le commissariat d’Émilie Bouvard, directrice scientifique et des collections de la Fondation – est l’occasion d revisiter l’ensemble de la carrière prolifique d’un artiste bien connu pour son travail de sculpteur – L’Homme qui marche – mais peut-être moins pour ses talents de peintre et de dessinateur. Et c’est bluffant !

Après cette pandémie qui nous a privé pendant de longs mois des plaisirs les plus simples, l’angle original du « réel merveilleux » qui sert de fil conducteur à l’ensemble de l’exposition, invite à regarder à travers le regard de l’artiste le monde qui nous entoure avec une attention renouvelée.

Alberto Giacometti en 230 oeuvres

Rassemblant près de 230 œuvres accompagnées de photographies, cette exposition jalonnée de chefs-d’œuvre propose au visiteur de merveilleuses découvertes autour de 14 séquences originales. Le parcours restitue notamment l’esprit de l’atelier en révélant les détours et les interrogations qui marquent le processus créatif d’Alberto Giacometti. Les thèmes privilégiés par l’artiste – la représentation de la tête, du visage, du corps féminin – ressortent particulièrement, mais on découvre aussi son rapport à la solitude, à la mélancolie, et son travail acharné avec ses modèles : sa femme Annette, son frère Diego, ses amis proches.

La scénographie de l’exposition, la richesse des œuvres présentées viennent à leur tour émerveiller le spectateur placé au cœur de l’intimité de l’artiste. Le parcours de l’exposition fait la part belle à toutes les périodes, à tous les media, sculpture (plâtres, bronzes), peintures, dessins, estampes, auxquels Giacometti a eu recours.  

Il permet une vue complète de sa création, des œuvres de jeunesse à la période surréaliste, du retour à la figuration à son travail d’après modèle, et à l’invention des grandes icônes de l’après-guerre. Une exposition incontournable à voir pour (re)découvrir cet artiste pluriel aux multiples facettes… et s’émerveiller (un aperçu ici)

Plus d’infos : Exposition Alberto Giacometti – une rétrospective. Le réel merveilleux / du 3 juillet au 29 août 2021 / Ouvert tous les jours de 10h à 20h / Nocturnes les mardis et jeudis jusqu’à 22h / Espace Ravel du Grimaldi Forum Monaco 10, avenue Princesse Grace – 98000 Monaco / Tarifs : plein tarif 11 € (GRATUIT pour les moins de 18 ans). 

Alberto Giacometti / Grande tête mince / 1954 / Collection Fondation Giacometti  © Succession Alberto Giacometti
Alberto Giacometti / L’Homme qui marche II / 1960 / Collection Fondation Giacometti  © Succession Alberto Giacometti

Misaki Monaco : des bijoux en perles inspirés par la French Riviera

J’ai toujours adoré les bijoux en perles. Petite fille, je revois ma grand-mère porter des colliers de perles, puis ma mère. J’ai toujours trouvé cela très élégant et très chic sur elles. Même si on l’associe encore aujourd’hui à un signe de richesse et de bourgeoisie, le collier de perles a désormais troqué ses lettres de noblesse pour se muer en un bijoux toujours chic mais casual et tendance. C’est de cette tendance que je souhaite vous parler à travers une marque de bijoux née ici mais rayonnant à l’international : Misaki Monaco, basée en Principauté depuis plus de 30 ans.

La prestigieuse marque revisite en effet les codes des perles en proposant des collections de bijoux réalisées en perles artisanales ou en perles de culture et au design vraiment unique. Colliers, bracelets, bagues, boucles d’oreilles… chaque création et collection est inspirée par l’art de vivre de la French Riviera et célèbre la femme libre et solaire, épanouie et éclatante. C’est d’ailleurs ce que signifie misaki en Japonais.

« La marque fait écho à la beauté de la perle, de la nature mais bien entendu à celle de la femme » explique Axelle Alech, Directrice Générale de Misaki avec laquelle j’ai pu longuement échanger.

Misaki Monaco : des créations uniques pour toutes les femmes

La philosophie de Misaki ? Pearl your life. Les bijoux sont conçus pour la femme dans toute sa diversité et quelque soit sa personnalité : pressée, mutine, espiègle, affirmée ou timide.  « Tous nos bijoux sont des créations uniques imaginées et dessinées à Monaco par Camille Treil De Pardailhan, bijoutière et designer » souligne la Directrice Générale.

« Au commencement de chaque création, il y a un mouvement, une ligne, une matière et le sens du détail. Cela se traduit ensuite en moodboard global résumant notre état d’esprit, nos envies et le choix artistique qui nous anime Camille et moi-même ».

Et à ce jour, de nombreuses collections ont vu le jour : Senses, Bliss, Feelings et bien d’autres. Parmi elles, on retrouve des pièces iconiques et intemporelles : la manchette Sacred, au style affirmé ; La créole Like, un must have ; la montre Nina à l’élégance incroyable ou encore les simples et chicissimes puces d’oreilles.

Une collection capsule en ligne cet été

En outre, cet été il n’y aura pas de nouvelle collection en tant que telle mais une collection capsule qui s’invitera sur le nouveau site e-commerce. « La crise traversée nous a amené à repenser notre stratégie globale et à nous réinventer. Nous prévoyons de rythmer la saison avec des nouveautés en ligne à travers une collection baptisée Summer Attraction », dévoile la directrice.

« Liberté, sensualité, féminité et attraction guideront ces nouvelles créations. Les pierres serties éblouissent tandis que la nacre dévoile toute sa pureté. Les perles, emblème de la marque, sont assumées avec audace, dans un jeu d’ombre et de lumière. Une collection solaire » conclue Axelle Alech.

Misaki Monaco, plus que jamais une ode à la féminité.

Plus d’infos et e-shop : sur www.misaki.com qui dévoilera un tout nouveau look début juillet / à retrouver sur Instagram également @Misaki_Monaco / Tél. +377 97 77 65 40

Misaki Monaco / Whataboutnice.fr 2021
Je porte les grandes créoles Like en perles blanches et la manchette Dream / Whataboutnice.fr 2021
La montre Nina, un chic intemporel / Misaki Monaco

Anne L.

Esthétique : j’ai testé un peeling TCA (pour faire peau neuve)

Et si on parlait beauté et médecine esthétique ? Du haut de mes 41 ans, j’avoue commencer à scruter l’apparition des premiers signes de l’âge. Ma préoccupation ce n’est pas tant les rides – parce que je trouve cela beau de vieillir – mais plutôt les tâches brunes. Même si je suis de la génération 80, où le bronzage est devenu « intelligent » suite à des études médicales établissant un lien entre exposition solaire, cancer de la peau et vieillissement prématuré de l’épiderme – j’ai grandi sous le soleil du Sud et pendant mon adolescence j’ai passé des journées entières à la plage, sans une once de crème solaire. Bref, j’ai explosé mon capital solaire ! J’étais abonnée à la Biafine et je me revois allongée sur le canapé, badigeonnée de crème de la tête aux pieds.

Des tâches dues à l’exposition solaire

Esthétique : j’ai testé un peeling TCA (pour faire peau neuve)

En « grandissant » j’ai commencé à faire attention et aujourd’hui, mes « warnings » sont au maximum ! Quand vient l’été, je me tartine de crème indice 50+, visage et corps, je porte des chapeaux et je m’expose raisonnablement ; En hiver, je privilégie aussi des soins avec un indice anti-UV et quand je vais courir, même combat ! Tout cela, parce que suite à ces expositions solaires à outrance – ajouté à une peau et à un terrain héréditaire fragiles – j’ai vu apparaitre une multitude de tâches brunes de ça et là sur le visage. Je me suis essayé aux crèmes et aux soins divers et cela n’a jamais été suffisant. Aussi, quand le cabinet esthétique du Docteur Lorenzo – à Beausoleil – m’a proposé de découvrir un soin afin de faire un retour d’expérience sur le blog, j’ai accepté : l’occasion de tester un peeling TCA pour vaincre ces tâches brunes.

Le peeling, c’est quoi ?

Lors de la première consultation, le Docteur Lorenzo a pris le temps de m’expliquer ce qu’est un peeling et qu’elles sont les différentes méthodes de traitements pour proposer le soin adapté aux besoins et au type de ma peau. Il existe plusieurs types de peelings : doux, moyen et profond. Pour ma part, on est parti sur une peeling moyen à l’acide trichloracétique (TCA) qui agit contre les pores dilatés et les autres imperfections du visage, comme les tâches pigmentaires. Plus il est concentré, plus son action est forte. On voit souvent des peelings à 15 TCA et des peelings à 20 TCA. Pour le mien, on est parti sur un peeling à 12 TCA. Le peeling à proprement parler s’est ensuite déroulé en 3 séances, espacées d’une quinzaine de jours à chaque fois. En amont de la première séance, j’ai préparé ma peau pendant 15 jours avec des soins spécifiques jour et nuit – de la marque Eneomey – à base d’acide glycolique, pour aider à unifier le teint.

Le peeling, étape par étape

Chaque séance de peeling chez le Docteur Lorenzo a été rapide et efficace ! En seulement quelques étapes, le tour est joué. Le praticien nettoie en profondeur la peau du visage avec un soin exfoliant pour une peau parfaitement saine. Ensuite, il applique le traitement à base de TCA à l’aide d’un pinceau ou d’une compresse sur l’ensemble du visage (ou les zones à traiter). Aïe ça pique un peu, pendant quelques longues secondes, mais c’est largement supportable ! Un petit ventilateur aide à raccourcir la sensation de brûlure. Après un léger temps de pause et lorsqu’un blanchiment commence à se voir sur la surface de la peau, le praticien neutralise le peeling avec de l’eau imbibée dans une compresse. C’est fini ! Il applique alors une crème nourrissante et réparatrice, que vous devrez appliquer pendant les 3 prochains jours pour aider la peau à cicatriser. Pour ma part, l’impression d’avoir pris un petit coup de soleil sur le visage mais rien de plus.

Mon retour d’expérience

Esthétique : j’ai testé un peeling TCA (pour faire peau neuve) / Whataboutnice.fr – 2021

Entre chaque séance, ma peau a peluché et parfois même un peu pelé. Mais légèrement. Pas de quoi se désocialiser ! J’ai continué à appliquer soigneusement mes soins jour et nuit à base d’acide glycolique. Au total, le peeling s’est déroulé en 1 mois et demi. J’ai vu les résultats apparaitre assez rapidement. Dès la première séance, j’ai commencé à sentir le grain de ma peau changer et les irrégularités de surface s’atténuer, ainsi que les tâches s’estomper. Mais c’est seulement aujourd’hui, un mois et demi après la dernière séance de peeling que le résultat est optimal : les tâches brunes ont vraiment diminué, les pores sont resserrés et mon teint est unifié. Adieu petites tâches ! Je suis vraiment ravie du résultat ! L’impression d’avoir fait peau neuve ! Je continue bien évidemment à prendre soin de ma peau en appliquant des soins et en fuyant le soleil.

Plus d’infos : Cabinet du Docteur Lorenzo, 7 avenue d’Alsace 06240 Beausoleil / www.drlorenzo-esthetique.com / 04 93 78 41 50 / Instagram

BON PLAN : En venant de la part du blog, bénéficiez de 10% de réduction sur un peeling 🙂

Nice et alentours : mon top 5 des plus beaux panoramas

Je ne sais pas vous mais, contexte oblige, dès que je peux, je vais prendre l’air et m’aérer l’esprit. Entre le couvre-feu, les mesures sanitaires mises en place, les masques, le télétravail, la sur-information, je me sens (quelque peu) oppressée. Et je crois savoir que je ne suis pas seule dans ce cas ! Certes, il n’est pas encore possible de retourner au restaurant, ni au musée, ni au cinéma… mais on peut aller se balader et admirer le beau spectacle que nous offre la nature. C’est cliché me direz-vous ! Oui, mais pas tant que ça ! Ici, dans la région, nous avons quand même une sacrée chance : entre la mer, la montagne, les palmiers… on en prend plein les yeux, quelque soit le temps et la saison. Voilà pourquoi j’avais envie de vous proposer une sélection de mes 5 spots préférés – à Nice et dans les alentours – qui offrent des panoramas magnifiques, parfois à couper le souffle.

1. La Tour Bellanda à Nice (Photo à la Une)
A Nice, d’abord, on prend la direction de l’incontournable Colline du Château (dont je vous parle régulièrement). En quelques enjambées sportives ou à son rythme, tranquillement, on crapahute tout là-haut via les escaliers qui débutent en face du Quai Rauba Capeu et grimpent d’abord jusqu’à la Tour Bellanda. Ici la vue est tout simplement sublime ! On domine la ville et la Promenade des Anglais. En toile de fond, la mer mais aussi les montagnes, en ce moment enneigées. Un spectacle à voir absolument.

2. Le tour de La Tête de Chien à la Turbie
Situé sur la commune de la Turbie, à la frontière monégasque, la Tête de Chien offre une vue à couper le souffle sur la principauté de Monaco d’un côté et le littoral de l’autre, avec Cap d’Ail et le sentier du littoral en fond. On voit de magnifiques demeures et l’ambiance est tout simplement prenante ! Pour ceux qui ont le vertige en revanche, mieux vaut éviter !

Nice et alentours : la Tête de Chien / Whataboutnice.fr 2021

3. La Baie de Villefranche-sur-Mer
Quand vous empruntez la Moyenne Corniche au départ de Nice, prenez la direction de Villefranche – et à pieds c’est tout à fait possible mais il faut compter une heure de marche. Quand vous commencerez à apercevoir la Baie de Villefranche, vous ne le regretterez pas : le spectacle est sublime.

La Baie de Villefranche © Whataboutnice.fr
Nice et alentours : La Baie de Villafranche / Whataboutnice.fr 2021

4. Le Parc Départemental de la Moyenne Corniche
Pour un vrai grand bol d’air pur, direction le Parc de la Grande Corniche. Situé sur le territoire des communes de La Trinité, Villefranche-sur-Mer, Èze et La Turbie, celui-ci s’étend sur 660 hectares du Mont Leuse jusqu’au Mont Bataille. Il offre un panorama extraordinaire sur toute la côte, depuis l’Italie jusqu’à l’Estérel, et sur les montagnes jusqu’au Mercantour. Et en cherchant un peu, les jours de grand soleil, on peut même apercevoir la Corse.

Nice et alentours : Le Parc Départemental de la Grande Corniche / Whataboutnice.fr 2021

5. Le village de Gourdon
Les Alpes-Maritimes abritent de nombreux petits trésors. Gourdon en est un. Situé à une heure de Nice dans l’arrière pays grassois, ce village accroché au sommet d’une falaise de 760m d’altitude, domine les Gorges du Loup et la Côte d’Azur. Le village dévoile ses maisons anciennes restaurées, l’église romane St-Vincent et les nombreuses échoppes des artisans et, à son extrémité, le joyau du village : la place Victoria depuis laquelle la vue est époustouflante !

Nice et alentours : Gourdon / Whataboutnice.fr 2021

Nice et sa région offrent bien entendu d’autres panoramas incroyables ! Il ne s’agit là que d’un échantillon mais ce sont mes préférés. Alors n’hésitez pas à commenter en m’indiquant quels sont vos spots préférés dans le coin… avec vue !

Anne L.

SOS Grand Bleu : à la rencontre des cétacés en Méditerranée

(Dernière MAJ : juillet 2020) – Aller à la rencontre des dauphins et des baleines en Méditerranée était un rêve de petite fille et aujourd’hui, c’est chose faite ! Il y a quelques jours en effet, grâce à l’association SOS Grand Bleu, j’ai passé une journée en mer pour observer des cétacés dans leur milieu naturel.

Reconnue d’utilité publique, l’association lutte depuis près de 30 ans, pour la protection de l’environnement marin et plus particulièrement des dauphins et des baleines, au sein du sanctuaire Pélagos.

Celui-ci s’étend sur 87 500 km2 au sein du bassin Corso-Liguro-Provençal et l’on estime d’ailleurs qu’entre 1000 et 3000 rorquals communs, ainsi qu’environ 25 000 dauphins bleu et blanc, fréquentent ce périmètre, en été.

C’est ainsi qu’un dimanche matin de septembre, ma fille et moi sommes parties pour une balade en mer que nous ne sommes pas prêtes d’oublier.

De belles rencontres en mer

Rendez-vous était donné à 8h45 au bout de la jetée du Port de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Sac à dos et pique-nique de rigueur (sans oublier du Mercalm en cas de mal de mer). Au total, nous étions une vingtaine a embarqué à bord du Santo Souspir, un magnifique gréement, qui n’est autre que la réplique exacte d’un caïque turc du 16e siècle. Une merveille au doux parfum oriental !

SOS Grand Bleu, à la rencontre des cétacés en Méditerranée / Whataboutnice.fr

Après avoir été chaleureusement accueillis par Arnaud et François, deux skippers diplômés d’Etat, et après une première explication et présentation de l’association et du bateau, nous avons mis les voiles sur le large.

Aucune vague en vue. Le trajet s’annonce des plus agréables. Chacun prend place sur le bateau, et pour certains, comme pour nous, le voyage débute assis sur la proue, horizon devant (et chevelure au vent). Le littoral commence à s’éloigner pour disparaître ensuite. Sans s’en rendre compte nous nous retrouvons en pleine mer en moins de deux !

En véritables passionnés, les 2 animateurs nous expliquent, tour à tour, les enjeux et les missions de l’association. Car au-delà de l’aspect ludique de ces sorties, il y a surtout une action pédagogique : apprendre à identifier les différentes espèces de cétacés (dauphins bleu et blanc, dauphin de Risso, globicéphale noir, grand dauphin, cachalot, rorqual commun) selon leur morphologie, leur couleur, leur vitesse de déplacement, leur comportement au sein du groupe. Mais aussi les dangers qui les menacent, et les moyens qui sont mis en œuvre pour les protéger.

Le Santo Sospir / SOS Grand Bleu
Le Santo Sospir / SOS Grand Bleu

Après 3 heures de navigation, pas de dauphins en vue mais la balade est exceptionnelle. Le bateau s’arrête le temps de quelques plongeons dans la grande bleue. Imaginez : nous sommes en plein milieu de la Méditerranée (plus de 2000 mètres de profondeur), avec pour seuls voisins, l’horizon, le ciel bleu et le soleil. Un décor de carte postal. On se laisse tout simplement porter et emporter par la beauté des lieux.

Dauphins… et baleines

SOS Grand Bleu, à la rencontre des cétacés en Méditerranée / Whataboutnice.fr

Par chance, dès que nous remontons sur le bateau nous apercevons au loin un ballet de dauphins blancs qui sautent et semblent s’amuser. Magique ! Ma fille n’en revient pas ! On les voit de loin mais ils sont bien là, si agiles et rapides ! Vite, ils disparaissent et nous reprenons la navigation en direction de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Certains s’endorment sur le pont, ce qui est mon cas et celui de Louise qui s’accorde une longue sieste bien méritée (3 plongeons depuis le bateau ça fatigue !).

Au loin, nous voyons de nouveau se dessiner la côte et l’arrivée se rapproche tout doucement, avec une petite déception – pour ma fille – je l’avoue : celle de n’avoir pas vu « plus » de cétacés dans leur milieu naturel. Mais justement, rappelons-le, nous sommes en pleine mer (et pas dans un zoo !) et la rencontre avec les mammifères marins n’est pas garantie à chaque sortie.

SOS Grand Bleu, à la rencontre des cétacés en Méditerranée / Whataboutnice.fr

En tout cas, rien que la sortie en mer est un moment incroyable et on apprend tout plein de choses ! C’est aussi l’occasion de ramasser des déchets (ballons, bouteilles en plastique, filets… ) et de réaliser le danger qu’ils représentent.

Soudain, un des passagers nous indique qu’il voit une « bosse noire » sur l’eau. Tout le monde se positionne en direction de la forme en question. Nous sommes à seulement 4,5 km des côtes, juste en face de Monaco. Au loin, on peut même apercevoir le Musée océanographique.

Un des skipper attrape ses jumelles et grimpe sur le mât. Après quelques instants, il nous annonce qu’il s’agit – non pas d’une – mais de deux baleines : des rorquals communs. Après la baleine bleue, et avec une longueur d’environ 25 mètres, et un point de 50 tonnes minimum, c’est le 2e plus grand animal vivant sur la planète et le plus bruyant des mammifères marins. Le spectacle est magique… et même émouvant.

SOS Grand Bleu, à la rencontre des cétacés en Méditerranée / Whataboutnice.fr
La plus belle des rencontres, au large de St-Jean-Cap-Ferrat / Whataboutnice.fr

Devant nous, des baleines. Rien que ça. Nous décidons alors de les suivre. Toutes les 4 minutes en moyenne, elles reviennent à la surface de la mer pour respirer. On admire le spectacle et on reste sans voix, appareils photos en main pour tenter d’immortaliser le moment. Un moment rare et intense et vraiment émouvant.

Au-delà de ça, on réalise surtout que nous ne sommes pas grand chose face à l’immensité de la mer et de ses habitants… et qu’il est important et impératif de les protéger par des actions de sensibilisation.

Les actions de SOS Grand Bleu

SOS Grand Bleu a déjà remporté de nombreuses victoires : interdiction totale des filets dérivants au niveau de l’Union Européenne, interdiction de la pêche à la thonaille, empêchement de quatre projets de delphinariums, contribution à la création d’un sanctuaire international pour les mammifères marins en Méditerranée (Sanctuaire PELAGOS), et participation à sa gestion.

Plus d’infos : du 15 avril au 15 novembre (tous les week-ends et jours fériés et presque tous les jours en juillet/août) / Départ à 8h45 précises du Port de Saint-Jean-Cap-Ferrat / Retour à 17h / Tarif : Adultes 60 € et enfants de – de 12 ans 40 € / Réservation auprès de SOS Grand Bleu 04 93 76 17 61 ou gb@sosgrandbleu.asso.fr / www.sosgrandbleu.asso.fr

Information Covid-19 : les sorties sont réalisées dans le respect des consignes sanitaires (port du masque obligatoire pour les plus de 12 ans lors des déplacements et regroupements (mini-conférence à bord), mise à disposition de solution hydro-alcoolique pour le lavage des mains).

Crédit photo : A.L / Whataboutnice.fr 2018 (sauf à la Une / Photo SOS Grand Bleu)

Posidonie : « Des maillots de bains 100% éco-responsables et féminins »

Interview de Lauren Peuch, créatrice de la marque Posidonie

L’été est de retour et avec lui, l’envie d’arborer un joli maillot de bain. Oui, mais pas n’importe lequel ! Sensible à la protection de l’environnement, on essaye chaque jour et par de petits gestes – avec ma fille – de réduire notre empreinte écologique. Cela passe par trier les emballages, limiter ceux en plastique pour à terme ne plus en avoir, éviter de prendre les transports, consommer local et de saison, réduire notre consommation d’eau, acheter du prêt-à-porter à bon escient ou encore privilégier les circuits courts et le « made in France ». Alors cette année, il m’a semblé important d’opter pour une marque de maillots 100% eco-responsable : Posidonie, née dans le Var à l’initiative de Lauren Peuch, une jeune femme de convictions, engagée et amoureuse des mers et des océans. Découvrez l’interview de la créatrice, aujourd’hui CMO et Product Manager dans une startup de la Tech spécialisée en publicité digitale et membre de la FrenchTech120. Elle nous en dit plus sur son parcours et sur ces maillots de bain éthiques. 

Comment est née la marque la marque Posidonie ?

Lauren Peuch, créatrice de la marque Posidonie

« Je suis née à Toulon, au bord d’un petit port de pêcheurs, et je savais nager avant de même de savoir marcher.

Après avoir été diplômée d’une école de commerce, j’ai débuté ma carrière dans le E-commerce et la logistique. J’ai co-fondé Iodée en 2018. La marque a connu son succès sur la plateforme de crowdfunding Ulule et sur les réseaux sociaux. J’étais très surprise du nombre de ventes et de la réponse positive des internautes. Grâce à Iodée, j’ai pris confiance en moi ; En 2019, l’aventure Iodée a pris fin. J’ai donc saisi l’occasion de lancer un autre concept de maillots de bain qui me tenait plus à coeur, lié à la protection des océans et à l’éco-responsabilité.

C’est ainsi qu’est née Posidonie : une marque de convictions, pratique, adaptée à notre mode de vie au bord de l’eau, pour courir, nager, faire du stand-up paddle, s’amuser et bronzer sans contraintes de mouvement. Et bien entendu, ce sont des maillots hauts de gamme 100% éco-responsables, produits localement, confortables et stylés tout en restant à prix doux »

Qu’est-ce que cela signifie « des maillots 100% éco-responsables » ?

« Marque de convictions, Posidonie part d’un double constat. D’une part, nos mers et océans sont remplis par des déchets dont 55%* sont des filets de pêche. D’autre part, l’industrie textile est toujours l’une des plus importantes pollueuses de la planète. Nous nous devons de réagir maintenant. C’est ainsi la première marque proposant des maillots de bain 100% éco-responsables, de ses tissus à son expédition, en passant évidemment par sa production locale. En récupérant et en upcyclant des filets de pêche, nous contribuons à la protection de la nature. Constamment à la recherche de nouvelles idées et solutions, Posidonie est l’occasion de proposer une alternative à la fast fashion. Attentive, utile, locale et raisonnée, la marque offre le choix d’adopter un comportement de consommation plus responsable tout en restant élégante et confortable. »

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la collection ?

« Grâce à ses tissus labellisés Oeko-Tex, Posidonie offre aux femmes une collection de maillots de bain non seulement respectueuse de l’environnement mais aussi soucieuse de leur bien-être naturel. Ajustables, intemporels et confortables, nos maillots ont été pensés pour devenir à leur tour le berceau du corps féminin, de sa liberté de mouvements pour plonger, courir, bronzer sans contraintes. Car je crois que de se sentir libre dans ses mouvements est la condition pour révéler sa pleine féminité, sa pleine nature. Plus qu’un produit, le maillot de bain c’est le compagnon des beaux jours passés au bord de l’eau jusqu’au coucher du soleil, en famille et entre ami.es. L’achat d’un maillot, c’est le démarrage d’instants de bonheur et le début des festivités. D’ailleurs, l’année prochaine, j’aimerais proposer encore plus de modèles à toutes celles qui sont sensibles à l’écosystème marin et aux marques éco-responsables ».

Propos recueillis par Anne L.
*Chiffre Business Insider 2020

Mon coup de coeur Posidonie

La collection Posidonie se décline en modèles 1 et 2 pièces, tous portants des noms très web, à l’instar de l’ensemble Top et Bas 2.0 Vert Posidonie pour lequel j’ai craqué (85 euros l’ensemble). Sa couleur est très vive et estivale, très pop. En voici un aperçu en photos, réalisées par la photographe professionelle Sarah Stefani. Un vrai challenge relevé sur la plage de la Réserve à Nice, au coucher du soleil. 

Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable - WhataboutNice.fr © 2020 Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable – WhataboutNice.fr Crédit photo © Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable - WhataboutNice.fr © 2020 Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable – WhataboutNice.fr Crédit photo © Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable – WhataboutNice.fr Crédit photo © Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable - WhataboutNice.fr © 2020 Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable – WhataboutNice.fr
Crédit photo © Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable - WhataboutNice.fr © 2020 Sarah Stefani
Posidonie, une marque de maillots de bain 100% éco-responsable – WhataboutNice.fr Crédit photo © Sarah Stefani

Plus d’infos et e-shop : https://posidonie.io / Pochon offert avec le maillot / Retours offerts en France / Expédition sous 24h ouvrées / Paiement par carte sécurisé

Save the date : les temps forts en 2020 sur la Côte d’Azur

2020 promet d’être riche en évènements à Nice et sur la Côte d’Azur ! Alors, pour commencer cette nouvelle année sous les meilleurs auspices, je vous propose une petite sélection de temps forts qui vont jalonner la Côte d’Azur en 2020. D’Auron à Menton, de Nice à Monaco… tour d’horizon de mes immanquables ! Prenez date !

Pour les amateurs de gastronomie et de ski, rendez-vous du 18 au 24 janvier à Auron pour la 9e édition de Chefs au Sommet ! Pendant une semaine, les plus grands chefs de la région vous invitent à découvrir leur univers à travers des ateliers, des démonstrations, des conférences, des diners gastronomiques et de nombreuses autres animations. Plus d’infos sur auron.com

Impossible, ensuite, de passer à côté du Carnaval de Nice qui revient du 15 au 29 février sous les couleurs du Roi de la Mode pour une 136e édition. Pendant 15 jours, les Corsi carnavalesques et les Batailles de fleurs offriront un spectacle burlesque dédié à la mode sous toutes ses coutures pour vous amuser. Plus d’infos sur nicecarnaval.com

On ne manquera pas non plus la Fête du Citron à Menton. Du 15 février au 3 mars, la célèbre fête des agrumes célèbre Les Fêtes du Monde. Cette 87ème édition traversera les quatre coins de la planète : 12 décors ornés d’agrumes inviteront au voyage, du Mexique avec l’univers fascinant du Dia de los Muertos à la Fête des lanternes en Chine. Plus d’infos sur fete-du-citron.com

Au retour du printemps, impossible de louper ExpoRose à Grasse du 8 au 10 mai. Pendant 3 jours, Grasse célèbre la rose et devient un jardin immense : 6 000 roses en bouquets, 15 000 rosiers mis en vente et 25 000 fleurs coupées pour rehausser les fontaines et les façades. Et pour 2020, ExpoRose célèbre 50 ans d’histoire en revisitant les grands classiques du cinéma et du parfum. Plus d’infos sur tourisme.paysdegrasse.fr 

Pendant l’été, de nombreux festivals de musique viendront donner le La. A Nice le Nice Jazz Festival revient du 17 au 21 juillet sur la Place Masséna et au Jardin Albert 1er. Même si la programmation n’a pas encore été dévoilée, chaque année, les talents se succèdent sur scène !

Du côté de Juan-les-Pins, la 60 édition de Jazz à Juan – du 9 au 22 juillet – annonce déjà quelques belles têtes d’affiche à l’instar de Lionel Richie, Marcus Miller ou encore Ibrahim Maalouf ! D’autres festivals viendront ponctuer la saison comme Les Nuits du Sud à Vence, les Plages Électro à Cannes ou encore le Festival Crossover. Plus d’infos auprès de chaque festival.

Dans un tout autre registre et pour les amoureux de voitures, le Grimaldi Forum de Monaco vous proposera l’exposition « Monaco et l’automobile, de 1893 à nos jours » du 11 juillet au 6 septembre prochain. Pour la première fois au pied du circuit mythique, une exposition-événement va retracer l’histoire de l’épopée automobile. Plus d’infos sur grimaldiforum.com

Il ne s’agit là que d’un échantillon de ce qu’il vous attend cette année sur la Côte d’Azur ! Bien d’autres évènements sont au programme : des festivals de musique, des compétitions sportives, des expositions… sans oublier le Festival du Livre, mais aussi Nice Fictions, Un Festival c’est trop court, le Festival des Jeux de Cannes, le Festival de Cannes, le Grand Prix de Monaco… la liste est longue !

Un très bon début d’année à tous !

Anne L.