Nice

Restaurants : 5 nouveaux coups de coeur à Nice et Monaco

Si vous me suivez par ici depuis longtemps, vous devez savoir que je suis amatrice de bons petits plats et que je suis toujours curieuse de découvrir de nouvelles adresses gourmandes. Ces dernières semaines, j’ai eu l’occasion de pousser la porte de quelques bonnes petites tables à Nice, Monaco et dans les alentours. De la pizzeria à la trattoria en passant par des adresses plus raffinées, prêt(e)s pour un tour de table ?

Piperno : des pizzas créatives

Restaurants : 5 nouveaux coups de coeur à Nice et Monaco / Whataboutnice.fr
Piperno à Nice / Whataboutnice.fr

Depuis quelques semaines, Piperno a ouvert ses portes sur le Cours Saleya à Nice. Dans un cadre vintage et chaleureux, Piperno propose une jolie carte de pizzas napolitaines créatives et gourmandes comme la Bella Mortazza avec pesto de pistache, ricotta, mortadelle de Bologne… un délice ! Petite faim s’abstenir ! Les pizzas sont très copieuses. Elles sont travaillées avec des produits bruts venant des plus beaux terroirs d’Italie. On retrouve également une sélection de pâtes, des antipasti, des des-serts et des collections saisonnière. A découvrir sans tarder.  
C’est où ? Piperno, 13 Cours Saleya à Nice (sur place, à emporter et livraison) 

Nuances : un menu à l’aveugle

Restaurants : 5 nouveaux coups de coeur à Nice et Monaco / Whataboutnice.fr
Nuances à Nice / Whataboutnice.fr

Située rue Cassini, à proximité du Port et de la Place Garibaldi, le restaurant Nuances est une adresse insolite. La raison ? Il n’y a pas de carte et vous ne savez pas ce que vous allez déguster. Le Chef vous propose en effet un menu à l’aveugle – renouvelé chaque semaine – et c’est à vous de deviner ce que c’est. L’occasion de se concentrer sur ce que l’on mange et de redécouvrir le plaisir de goûter, en faisant appel à tous ces sens. Bluffant ! Plusieurs menus sont proposés et le soir vous pouvez opter pour l’accord mets et vins.
C’est où ? Nuances, 15 Rue Cassini à Nice

Hobo Coffee : à toute heure

Restaurants : 5 nouveaux coups de coeur à Nice et Monaco / Whataboutnice.fr
Hobo Coffee à Nice / Whataboutnice.fr

Je vous invite à pousser la porte du Hobo Coffee dans le Vieux-Nice juste à côté de la Place Rossetti. Ouvert 7 jours sur 7, ce coffee-shop propose une jolie cartes de snacks à toute heure, préparés avec des produits frais. De l’avocado toast au sandwich rustique, il y en a pour tous les goûts en version salée et sucrée. Il y a aussi une belle cartes de cafés pour les amateurs ! Le tout est servi dans un cadre très chaleureux avec une décoration chinée qui provient de la famille du propriétaire des lieux ! Et bien sûr le dimanche, c’est brunch… petite faim s’abstenir.
C’est où ? Hobo Coffee, 5 Bis Rue Sainte-Reparate, Vieux-Nice

L’Alma : notes méditerranéennes

Restaurants : 5 nouveaux coups de coeur à Nice et Monaco / Whataboutnice.fr
L’Alma à Villefranche-sur-Mer / Whataboutnice.fr

J’ai eu la chance de découvrir une très belle adresse dans la rade de Villefranche-sur-Mer : l’Alma – Goût Méditerranée. Le restaurant a ouvert ses portes à l’initiative des deux Chefs Pierre Lesterle et Marco Raponi, déjà à la tête du restaurant By PM l’Atelier situé au Port de Nice. Dans un cadre chaleureux et épuré, donnant la part belle aux matières naturelles, Alma propose une cuisine de partage aux notes méditerranéennes, élaborée à base de produits frais, de saison et locaux. Le menu « d’un été sans fin » – à partager à 2 – propose une sélection de plats à partager tels que les gnocchis à la truffe, la burrata di buffala, le caviar d’aubergine, la joue de boeuf braisée, la pelamide marinée… un régal !
C’est où ? Alma – Goût Méditerranée, 3 Quai de l’Amiral Ponchardier à Villefranche-sur-Mer

Giacomo : des couleurs dans nos assiettes

Restaurants : 5 nouveaux coups de coeur à Nice et Monaco / Whataboutnice.fr
Giacomo à Monaco / Whataboutnice.fr

Très chouette découverte le temps d’une pause déjeuner : Giacomo du groupe Big Mamma (photo à la une). Ouverte il y a seulement un mois et demi, cette trattoria a pris ses quartiers au Larvotto à Monaco, au bord de l’eau. D’un côté il y a une jolie terrasse ombragée et de l’autre, un intérieur très coloré aux couleurs vives qui nous fait oublier que nous sommes à Monaco. C’est l’Italie dans ce qu’il a de plus joyeux et excentrique. Même la vaisselle n’a pas été laissée au hasard… Coup de coeur assuré. Côté assiette, Giacomo propose une petite carte et tout est préparé sous nos yeux grâce à la cuisine ouverte. Pizzas, pasta, mozza… c’est bon, frais et copieux.
C’est où ? Giacomo, Complexe du Larvotto, Local L27, Monaco

Anne Lombardo / Whataboutnice.fr 2022

Découverte de la cité médiévale d’Entrevaux

0

Située à une heure de Nice, la citadelle d’Entrevaux est une balade à travers le temps et l’histoire. A voir absolument !

Si vous avez envie d’épater vos enfants en mal d’histoires de chevaliers et de princesses, je vous invite à prendre la route en direction du village médiéval d’Entrevaux. Située à une petite heure de Nice – dans le département des Alpes de Haute-Provence – cette cité fortifiée nous replonge dans l’histoire médiévale.

Découverte d'Entrevaux © WhataboutNice.fr 2022
Découverte d’Entrevaux © WhataboutNice.fr 2022

L’immersion commence dès l’entrée de la citadelle : deux tours abritent l’incroyable Porte Royale et son pont-levis qui dominent le Var. On se croirait dans un décor sorti du droit d’un studio de cinéma mais il s’agit bien d’une authentique forteresse qui invite à se perdre dans ses ruelles étroites et tortueuses, témoignant de son passé moyenâgeux.

Aujourd’hui, de nombreux commerces ont pris leur quartier ainsi que des petits cafés et restaurants où s’attabler pour contempler l’histoire et régaler ses papilles. Car tout est resté intact et l’on s’y croirait presque.

Découverte d'Entrevaux © WhataboutNice.fr 2022
Découverte d’Entrevaux © WhataboutNice.fr 2022

Une citadelle Vauban

Direction ensuite la citadelle perchée à près de 200 mètres au-dessus du village sur un éperon rocheux. Mais je préfère vous prévenir, la citadelle ça se mérite ! Comptez quelques bonnes enjambées sportives à travers ce chemin pavé imaginé par Vauban – une trentaine de minutes – avant d’arriver en haut. Et là-haut, quel spectacle !

Découverte d'Entrevaux © WhataboutNice.fr 2022
Découverte d’Entrevaux © WhataboutNice.fr 2022

La vue imprenable sur le village – en forme de goutte – et la vallée vous entraine dans un paysage de carte postale et dans les manuels d’histoire. Comment c’était avant ? Direction les anciens cachots et les souterrains restés intacts. Chaque pierre raconte une histoire, chaque passage voûtés le long de l’ancien chemin de ronde aussi. Celui-ci permettait d’ailleurs autrefois de relier la porte de France à la porte d’Italie. La découverte des lieux est aussi ponctuée par de nombreuses expositions témoignants des traditions, des coutumes et de l’histoire des entrevalais.

Entrevaux est une magnifique découverte, un petit trésor de l’histoire qui se découvre et se raconte pierre par pierre. Vous tomberez sous son charme épique à n’en pas douter !

Découverte d’Entrevaux © WhataboutNice.fr 2022

Sauvegarde du patrimoine

Quelques associations – comme l’Association pour la Protection du Patrimoine Entrevalais (APPE) – se donnent pour objectif de sauvegarder le patrimoine mais aussi de le restaurer et de l’animer comme avec les Médiévales d’Entrevaux organisées chaque été.

Plus d’infos auprès de Verdon Tourisme https://www.verdontourisme.com

Anne Lombardo © WhataboutNice.fr 2022

La rentrée, moi, mon blog et mes projets

0

Tout ce que je vous prépare pour la rentrée et après

Mes vacances sont finies et d’avoir réduit le rythme m’a vraiment permis de prendre du recul et de refaire un plein d’énergies pour reprendre mes projets en mains et surtout avec entrain.

Avant ma trêve estivale, l’idée d’arrêter d’écrire sur le blog et l’idée d’arrêter aussi mes réseaux sociaux m’a même vraiment effleurée l’esprit parce que j’étais dans une essoreuse sans fin, un trop plein, au point où je ne supportais plus de (rece)voir une notification sur mon téléphone. Où j’avais juste envie que l’on m’oublies. Mails, SMS, Whatsapp, Instagram, Facebook… ces outils – qui font partis de mon travail et de mon quotidien – peuvent vite être chronophages et intrusifs si on ne (se) met pas de limite. Toujours est-il que cette pause estivale m’a fait un bien fou et je me suis même promis de m’imposer du temps pour moi, du temps vraiment déconnecté et de ne plus me laisser envahir pour remettre l’humain – le vrai – au coeur des échanges et au coeur de ma passion et de mon travail.

Des projets il en est question pour cette rentrée et je suis bien décidée à les mener jusqu’au bout ! Plus concrètement, la refonte du blog est toujours en cours et a pris plus de temps que prévu. J’espérais vous dévoiler une version « 2022 » en mai dernier pour fêter les 10 ans du blog et puis c’est tombé en l’eau. J’espère vraiment pouvoir vous dévoiler le nouveau look de Whataboutnice.fr à la rentrée ! Point positif : le logo quant à lui est déjà prêt – vous avez pu en apercevoir un échantillon en story sur Instagram si vous me suivez – et je suis vraiment ravie de cette nouvelle identité visuelle.

La rentrée, moi, mon blog et mes projets – Whataboutnice.fr

Le nouveau blog quant à lui devrait avoir un look plus épuré, laissant la part belle aux photos, mais aussi à du contenu rédactionnel. Je vais remanier les rubriques et vous en proposer des nouvelles qui me correspondent plus : sport & bien-être, shopping local, escapades… et même une rubrique plus « freestyle » pour mes billets d’humeur. Et toujours comme fil conducteur Nice et la région, avec un petit décrochage dans le Var de temps à autres. Bref, tout suit son cours !

Je réfléchis une fois de plus à faire appel à des contributeurs car je n’arrive pas à couvrir tous les sujets que j’aimerais. Qu’en pensez-vous ? L’idée serait de donner la parole – et la plume – une fois par mois à l’un(e) d’entre vous… ce qui permettrait d’animer encore plus le blog et de proposer un contenu différent.

Et comme un projet n’arrive jamais seul, je clos un chapitre professionnel et j’en ouvre un nouveau. Je reste Community Manager mais je change d’univers. Enfin, en marge de mon activité principale, je me suis aussi lancée dans un projet éditorial qui devrait voir le jour en 2024. Mais chuuuut, je vous en reparlerai quand cela prendra forme. Une chose est sûre, c’est un rêve qui va se réaliser !

La vie n’est pas un long fleuve tranquille – et pour personne – et les projets permettent d’avancer et de se projeter. Et vous quels sont projets ?

Anne Lombardo / Whataboutnice.fr – 2022

Cuisine Nissarde : voici les 32 restaurants et snacks labellisés

Le nouveau palmarès des restaurants et snacks labellisés « Cuisine nissarde » vient d’être dévoilé. Au total, 32 établissements bénéficient désormais de cette attribution pour cette année 2022.

Pissaladière, salade niçoise, raviolis, pan bagnats, gnocchi, daube, stockfish, ratatouille, farcis niçois, tourte de blette… nombreux sont les restaurants à proposer ces plats typique de Nice mais peu d’entre eux peuvent réellement s’enorgueillir d’offrir une authentique cuisine niçoise. Aussi, et en cas d’envie soudaine d’une de ces petites merveilles, le mieux est encore de pousser la porte d’un restaurant labellisé Cuisine Nissarde, label qui tend à promouvoir et préserver une authentique cuisine niçoise.

Cette année, 32 établissements, de Nice et de la région, ont été labellisés, dans deux catégories distinctes, « Restaurants » et « Merenda & Goustaroun » soit Snacks et vente à emporter. Voici les lauréats parmi lesquels des petits nouveaux !

Catégorie Restaurants

A Nice

Acchiardo
38 rue Droite, 06300 
04 93 85 51 16

Auberge de l’aire St Michel
Chemin de Chateaurenard, 06100 
04 93 84 49 88
09 83 34 15 03

Lou Balico
20 avenue Saint-Jean-Baptiste, 06000
04 93 85 93 71

Lu Fran Calin
5 rue Francis Gallo, 06300
04 93 80 81 81

La Gaité Nallino
72 avenue Cap-de-Croix, 06100
04 93 81 91 86

Le Pois Chiche
Novotel Nice Centre Vieux Nice
8/10 parvis de l’Europe, 06300 
04 93 13 30 93

La Ratapignata
63 avenue du Ray, 06100
04 92 15 06 39

Le Safari
1 Cours Saleya, 06300
04 93 80 18 44

La Table «à» Julie
50 rue Arson, 06300
04 92 04 43 50 

La Table Alziari
4 rue François Zanin, 06300
04 93 80 34 03

Le Tchitchou
29 Avenue Georges Clemenceau 06100 Nice
09 83 34 15 03

Chez Cane (NOUVEAU)
317 avenue de Fabron, 06200
04 93 8678 03

Chez Davia (NOUVEAU)
11 bis rue Grimaldi, 06100
09 83 34 15 03

Hors Nice

Le Bar des Chasseurs (NOUVEAU)
2 Place Dr René Morani
06830 Gilette
04 93 08 57 21 

La Capeline 
D17 hameau le Vescous
06830 Toudon
04 28 31 71 73 

Lou Countea 
7 Boulevard du Dr Morani
06830 Gilette
04 93 73 97 50 

La Gaudriole 
4 rue centrale
06610 La Gaude
04 93 24 88 88

L’Estragon 
101 route de Nice 
06510 Le Broc04 93 29 08 91

La Merenda dei Cagnec
1 rue de la Villette 
06800 Cagnes-sur-Mer 
09 82 37 28 37

Le Pous Café
4 place du Champas
06420 Rimplas
04 93 02 87 70

Lou Bantry
13 quai de l’Amiral Courbet
06230 Villefranche sur Mer
04 93 91 87 68

La Passion des Mets
14 Boulevard Louis Roux
06700 Saint-Laurent-du-Var
04 93 89 46 17

La Table du Rousset (NOUVEAU)
Montée de la Bourgade
06260 Ascros
06 60 36 05 38 

Catégorie Merenda e goustaroun

A Nice

A’Buteghinn’a
11 rue du Marché, 
06000 Nice 
04 93 92 28 22 

D’Aqui (NOUVEAU)
28 rue Cassini, 
06300 Nice 
07 66 77 69 23

Chez Thérésa 
28 rue Droite, 
06300 Nice 
04 93 85 00 04

Lou Pelandroun
4 boulevard Joseph Garnier,
 06100 Nice
04 93 98 47 06 

Receta de Jou 
4 place de la Gare du Sud, 
06100 Nice 
09 86 25 35 03

Socca du Cours
6 rue Place vieille, 
06300 Nice 
06 80 28 18 77

Hors Nice

Les Halles du Mercantour
50 rue Docteur Cagnoli, 
06450 Saint Martin Vésubie 
04 93 03 20 32 

La Passion des Mets* (NOUVEAU)
29 avenue des Filagnes
06700 Saint-Laurent-du-Var
04 93 14 34 91

La Raïola du Béal 
Maison Galarato* (NOUVEAU)

1 avenue Cyrille Besset
06800 Cagnes-sur-Mer
04 93 73 72 50

Ce qu’il faut savoir
Les restaurateurs labellisés s’engagent à respecter les recettes, tiennent compte de la qualité des produits, ont une connaissance de l’histoire et du patrimoine niçois, soignent la qualité de l’accueil et de l’information, sont en conformité avec la réglementation en matière d’hygiène et de sécurité et apposent une plaque attestant leur labellisation sur leur vitrine. Le nombre minimum de spécialités niçoises obligatoires à la carte est de 3 pour la catégorie «Merenda e Goustaroun» et de 5, pour les restaurants,  de même le choix des recettes, validées en commission, est de 44 plats.

5 petites histoires insolites sur Nice

Parce que je suis de nature curieuse, et parce que j’adore aller fouiller dans le passé, je vous propose 5 petites histoires insolites concernant Nice. Alors non, je ne suis pas une historienne – j’aurais adoré – mais j’adore l’Histoire et plus particulièrement les vestiges et les monuments qui traversent le temps avec leurs secrets et leurs anecdotes. Voici ce que j’ai déniché…

L’ancien cinéma Idéal
Le saviez-vous ? Nice a un riche passé cinématographique qui se lit encore sur ses murs. N’avez vous jamais remarqué, au n°6 de la rue Maréchal Joffre, cette jolie façade où est indiquée « Idéal / Cinéma – Théâtre » ? Celui-ci a ouvert ses portes en 1908 et devient en 1934, le Studio 34, un cinéma d’art et d’essai puis spécialisé en cinéma pornographique dans les années 1970. Il ferme en 2000.

Le lavoir du Vieux-Nice (et son bourreau)
N’avez-vous jamais remarqué rue de l’ancien Sénat – dans le Vieux-Nice à proximité du Cours Saleya- un imposant lavoir en pierre de la Turbie ? C’est ici que, selon la légende locale, le bourreau lavait ses haches de décapitation. Car des condamnés à mort, il y en a eu et si pour le peuple c’était la pendaison, pour la noblesse c’était décapitation. Une histoire à perdre la tête !

Le Lavoir du Vieux-Nice - Crédit photo Anne Lombardo / Whataboutnice.fr
Le Lavoir du Vieux-Nice – Crédit Photo : Anne Lombardo / Whataboutnice.fr

Le Plongeoir… avant !
Si aujourd’hui le plongeoir est un restaurant branché cela n’a pas toujours été le cas. A la fin du 19e et jusqu’au début de la guerre, la rocher planté eu milieu de la mer, accueillait les dames de la Belle Époque venues boire un thé dans la réplique d’un bateau de pêche perché à plus de 6 mètres au-dessus des eaux.

Le Quai Rauba Capéu et Notre-Dame des fonds sous-marins
Vous savez d’où vient le nom de Rauba Capéu ? En niçois, cela signifie « vole chapeau » car c’est ici qu’il y a le plus de vent à Nice ! Situé au pied de la colline du Château, le Quai Rauba Capeu offre l’un des plus beaux points de vue de la ville. Mais saviez-vous qu’une douzaine de mètres sous la surface, une vierge est posée sur un rocher pour veiller sur les plongeurs : Notre- Dame des fonds sous-marins.

L’histoire de la Rue du Rocher
Cette petite impasse perpendiculaire au boulevard Gambetta – j’y ai vécu en étant étudiante – a la particularité d’avoir un rocher implanté tout au bout. Si son nom tient de ce rocher, saviez-vous que l’origine de celui-ci serait le vestige de l’exposition internationale de Nice qui a eu lieu en 1883 ?

Et vous, avez-vous des petites anecdotes sur Nice ?
 
Anne L. 

Expo photo : Piaf, Hallyday et Delon sur la Place Garibaldi

Exposition Paris Match « Nissa la Bella – Trésor de la Riviera » jusqu’au 20 octobre

Si vous êtes passés sur la Place Garibaldi ces jours-ci vous avez certainement dû voir les nombreuses photos qui ont été installés. En effet, depuis le 20 mai, l’exposition Paris Match a pris ses quartiers sur la place et met à l’honneur le Pays niçois d’hier à aujourd’hui.

Dans le numéro 583 de Paris Match, daté du mois de juin 1960, un journaliste du magazine écrit « Nice immortelle, c’est la Baie des Anges dont Raoul Dufy fit en 1927 une de ses plus célèbres œuvres. On lit l’âge de la ville sur ses toits : le rose c’est le passé — le blanc c’est la couleur du modernisme ». Près de 40 ans plus tard, en décembre 1999, Paris Match loue toujours le climat singulier de la ville, sa lumière incomparable et son architecture aux multiples influences.

D’année en année, le magazine ne cessera de dérouler dans ses pages, la liste des personnalités séduites par ce territoire d’exception : politiciens, chefs de gouvernements et figures de la royauté s’y ressourcent ; tandis que les artistes français et internationaux, du monde de la littérature à celui de la musique, en passant par le cinéma et les arts plastiques, s’en inspirent. Une alchimie particulière que Paris Match présente dans l’exposition Nissa La Bella – Trésor de la Riviera, indique un communiqué de la Ville.

Expo photo : Piaf, Hallyday et Delon sur la Place Garibaldi
ÇA ROULE POUR L’IDOLE
C’est bien à deux-roues que Johnny Hallyday arrive devant l’hôtel Le Negresco, en novembre 1967, mais privé de moteur. Son permis de conduire étant suspendu, il roule dans Nice à bicyclette, qu’il remet à un employé de l’établissement. © Georges MENAGER- André SARTRES / PARIS MATCH

Cette exposition a été imaginée par le Département Développement du célèbre magazine, à partir de ses fonds d’archives photographiques et de ses textes. « Les archives photos de Paris Match constituent un trésor iconographique unique en France et en Europe, un fonds culturel et historique que le magazine est fier de conserver et de partager. À travers cette exposition de clichés uniques, Paris Match raconte et rappelle à toutes les générations les nombreux trésors patrimoniaux de la ville de Nice, capitale de la Côte d’Azur, qui rayonne en France et dans le monde » a indiqué Gwenaëlle de Kerros, Directrice du Développement de Paris Match.

Au total, pas moins de 52 panneaux grand format, ornent la Place Garibaldi, coeur battant de la ville, entre le Port et le Vieux-Nice. On y croise ainsi Edith Piaf, Johnny Hallyday, Charles de Gaulle ou encore Alain Delon.

Infos pratiques : exposition « Nissa la Bella – Trésor de la Riviera », jusqu’au 20 octobre 2022, Place Garibaldi – visite libre

Expo photo : Piaf, Hallyday et Delon sur la Place Garibaldi
EN APARTÉ
Nous sommes en 1963. Alain Delon tourne La Tulipe noire, de Christian-Jaque,et Jane Fonda est elle aussi sur la Côte d’Azur, en repérage pour leur prochain film ensemble, Les Félins, de René Clément. L’actrice est venue saluer Delon dans les Studios de la Victorine.
Photo : François Pagès / Paris Match

Nice : j’ai testé le neurofeedback dynamique avec Nathalie Steinfels

Ma découverte du neurofeedback dynamique à Nice

Quand le cerveau sature, que l’on se sent stressé, dépassé, que l’on dort mal, que l’on manque de concentration, de confiance en soi, de créativité… on aimerait pouvoir appuyer sur un bouton off pour faire un reboot de son cerveau, pour réinitialiser le système et se sentir mieux. Et quand on se sent mieux, tout change autour de nous. C’est en quelques sortes le principe du neurofeedback dynamique qui va permettre au cerveau de se réorganiser grâce à un entrainement régulier.

Une séance de neurofeedback dynamique

Nathalie Steinfels - Crédit photo @Whataboutnice.fr / Neurofeedback Dynamique Nice
Nathalie Steinfels – Crédit photo @Whataboutnice.fr

Praticienne certifiée en neurofeedback dynamique et fondatrice de la méthode d’entrainement cérébral à Nice, Nathalie Steinfels – également orthoptiste – m’a proposé de venir découvrir cette technologie thérapeutique. La première fois que j’ai poussé la porte de son cabinet, situé au 24 avenue Paul Déroulède, c’était en février dernier. Je ne savais pas vraiment ce qui m’attendait car je n’avais jamais entendu parler de ce terme mais j’étais curieuse d’en savoir plus et de voir comment cela allait agir sur moi.

Il faut compter une heure par séance, sauf la première qui est un peu plus longue pour faire un état des lieux émotionnel et physique. Et avec Nathalie, on peut parler librement. Elle est bienveillante et à l’écoute. C’est une femme en or ! Lors de la première séance, je lui parlé de mon quotidien comme de mes peurs et de mes freins. On a aussi parlé enfance, avenir, enfant… en somme, un bilan mettant en lumière les blocages et ce qui empêche d’être heureux comme on aimerait l’être. Nathalie m’a alors installé dans un fauteuil confortable. Elle m’a disposé cinq capteurs sur la tête et les oreilles, ainsi qu’un casque audio. Le tout face à un écran. Elle a ensuite quitté la pièce, plongée dans le noir pendant 30 minutes. Et là, il n’y a rien à faire d’autre qu’à se laisser porter par la musique dans les oreilles et/ou – si l’on souhaite les regarder – par les animations graphiques sur l’écran.

Le cerveau et ses signaux électriques

Tout au long de la séance, on « entend » alors des microcoupures de son. Et tout est normal. En effet, les capteurs transmettent l’activité électrique du cerveau à un logiciel qui va analyser et créer ces microcoupures. Celles-ci vont donner l’ordre au cerveau de mieux fonctionner. Plus simplement : le cerveau produit des signaux électriques et ces signaux sont caractéristiques de l’état mental dans lequel on se trouve. Le neurofeedback dynamique va ainsi apprendre au cerveau à corriger spontanément les signaux instables pour en faire des signaux plus équilibrés et adaptés aux besoins du moment. Le cerveau fonctionne alors mieux et tout va de pair.

J’en suis à ma 9e séance. Chacune d’entre elles agissent – pour ma part – comme une méditation : je vois des images, des scènes que j’ai vécu, des souvenirs, des lieux, des choses totalement incongrues. Mais pas seulement, pendant les séances j’ai aussi des ressentis physiques : douleurs au cou, fourmillements dans les mains, crispation de la mâchoire, pleurs. Alors je vous rassure, le neurofeedback dynamique est une méthode non invasive. Les sensations physiques que je vous décris, je pensais les avoir enfouie. Elles apparaissaient lors de crises d’angoisses. Mais là, c’est comme si le cerveau va chercher en profondeur ce qui nous fait souffrir pour mieux s’en débarrasser.

La séance de neurofeedback dynamique se déroule assis confortablement sur un fauteuil – Crédit @Whataboutnice.fr

Pourquoi je continue les séances

Depuis que j’ai commencé, j’ai vu de nombreux changements en moi, et par conséquence autour de moi qu’il s’agisse de mon entourage proche, que social ou professionnel.

Je me sens plus apaisée, je dors mieux, je gère beaucoup mieux mon stress et mes périodes de surmenage. J’arrive à lâcher-prise (et ce n’est pas un vain mot). J’arrive à dire non (et ça change la vie), à (me) mettre des limites (aux autres), à ne plus me laisser envahir ou parasiter. Je me sens bien plus concentrée et efficace.

Physiquement, je n’ai presque plus de douleurs au ventre (j’étais parfois obligée de m’allonger tellement j’avais mal), et je ne souffre quasiment plus non plus de SPM (syndrome prémenstruel). Quant à mes moments d’irritabilités, là aussi, c’est le jour et la nuit. Et puis, il y a d’autres changements. Invisibles mais bien réels. J’ai l’impression d’avoir ouvert les yeux sur qui je suis et sur ce que je veux vraiment. Je ne vais pas rentrer dans les détails de ma vie privée mais c’est comme si ma raison et mon coeur s’alignaient enfin. Chaque chose se met en place et à la place où il doit être. Oui, il y a effectivement un je-ne-sais-quoi de « magique » dans cette technique. Bien sur, ce n’est pas un sans faute et il y a des moments où on « replonge » mais on ne reste pas au fond, on remonte plus vite.

Le neurofeedback dynamique va permettre aussi de réduire les troubles du comportement, l’hyperactivité, les insomnies, les addictions, les migraines, la confiance en soi, les acouphènes… et même d’augmenter ses performances sportives. Mais il n’est pas nécessaire d’avoir des troubles neurologiques, psychologiques ou psychosomatiques pour bénéficier de résultats. Idéalement une dizaine de séances permet de voir des changements.

C’est une méthode de bien-être qui permet d’améliorer son quotidien, de s’alléger… et pour tous les âges, même pour les enfants. Alors, certes, cela n’empêche pas les épreuves de la vie mais cette « thérapie du bonheur » va aider à mieux gérer ses émotions et ainsi à les surmonter plus facilement.

Plus d’infos : Nathalie Steinfels, orthoptiste & neurofeedback dynamique Nice ; 24 Rue Paul Déroulède / Tél. 06 86 83 81 08 / https://neurofeedback-nice.com / Tarif : 65 euros la première séance puis 60 euros les suivantes