Nice

Le Ligure : un restaurant insolite au coeur de Nice

Saviez-vous qu’en plein coeur de Nice, rue Biscarra, à moins de cinq minutes de l’avenue Jean Médecin, se cache un restaurant pour le moins insolite : Le Ligure.

En effet, une fois passée la porte de cet établissement de 750m2, vous entrez dans un petit Nice revisité où les principales rues et places de la ville s’y retrouvent, sur les murs peints et à travers des plaques accrochées. Un mur de photos d’époque retrace également la vie sur La Côte d’Azur, pour une ambiance nostalgique. Une agréable sensation d’être immergé dans la tradition niçoise mais aussi loin d’ici, quand on découvre l’incroyable patio lumineux et végétalisé rappelant les couleurs du sud.

Restaurant Le Ligure à Nice / WhataboutNice.fr
Restaurant Le Ligure à Nice / WhataboutNice.fr

A la tête de cet établissement inattendu, Sophie et Frédéric, les adorables gérants des lieux depuis 1989. Depuis plus de 30 ans, l’établissement était spécialisé dans l’accueil des groupes de tourisme ou lors d’évènements privés mais, suite à la crise sanitaire, ils ont décidé d’ouvrir leurs portes aux individuels, depuis le mois de juin.

A la carte, des spécialités niçoises comme la « Salade niçoise du Ligure » revisitée par le Chef, ou encore ses farcis et sa daube de boeuf. Au menu également une délicieuse salade de poulpe au citron ou un filet de daurade royale, sauce vierge ou crème de basilic. Le tout est à déguster à la carte ou via l’un des menus proposés (à 23 ou 30 euros).

512Restaurant Le Ligure à Nice / WhataboutNice.fr

Le restaurant Le Ligure est un petit trésor, entre tradition et modernité. Un moment hors du temps, pour une pause déjeuner ou un dîner entre amis ou en famille. Les lieux sont à l’image des propriétaires : chaleureux ! Et dans l’assiette, c’est simple et tout terriblement délicieux ! Une adresse que je vous recommande.

Plus d’infos : Restaurant Le Ligure, 15 rue Biscarra, 06000 Nice / Tel. 0493130608 / Ouvert du mardi au samedi de 12h à 14h et de 19h à 22h, elle dimanche de 12h à 14h / https://www.leligure.com

Restaurant Le Ligure à Nice / WhataboutNice.fr
Restaurant Le Ligure à Nice / WhataboutNice.fr
Restaurant Le Ligure à Nice / WhataboutNice.fr

Anne L. / WhataboutNice.fr 2020

Expo Street Art : « Art Make One Right » aux Puces de Nice

0

Encore une chouette exposition à voir à Nice ! Vous ne l’aviez peut-être pas remarqué mais depuis quelques années, à l’initiative de la Ville de Nice, des panneaux sont installés sur les façades extérieures des Puces de Nice – au Port – pour recevoir des expositions éphémères. Aussi, et depuis le 15 septembre, vous pouvez découvrir l’exposition de l’artiste ARTMOR1 : Art Make One Right.

Romain, c’est son nom, est un street-artiste. Peut-être – et sans le savoir – avez-vous déjà vu certaines de ses œuvres éphémères de çà et là dans divers endroits de la ville ou même à Saint-Paul de Vence, Tende ou même Saint-Etienne de Tinée. L’artiste est autodidacte en peinture depuis deux ans et demi. Son talent ? Il réalise des peintures via un système de pochoir en super-positionnant différentes couches de couleurs comme le ferait un sérigraphe. 

ARTMOR1 aime travailler sur le thème de l’enfance qui représente par sa symbolique la fragilité, l’insouciance, l’avenir, ainsi que sur le thème des personnalités qui inspirent son quotidien comme Agnès Varda, Romain Gary, Serge Gainsbourg…L’objectif de ARTMOR1 est de promouvoir le street art en faisant passer des émotions, des idées ou simplement une sensation. Et personnellement, je suis fan ! En voici un aperçu… 

Plus d’infos : Exposition éphémère « Art Make One Right » (en plein air), ARTMOR1 / Depuis le 15 septembre aux Puces de Nice / Quai Lunel – Port de Nice / ArtMakeOneRight sur Instagram

Art Make One Right / ArtMor1
Art Make One Right / ArtMor1
Art Make One Right / ArtMor1
Art Make One Right / ArtMor1

Journées du Patrimoine : 10 évènements à Nice et dans les alentours

Il y a encore quelques mois, on n’aurait jamais pu imaginer que les Journées européennes du Patrimoine puissent être maintenues, en raison du contexte sanitaire. Et pourtant, la 37e édition se déroulera bel et bien le week-end du 19 et 20 septembre prochain, et ce, autour du thème « Patrimoine et Education ». Le temps d’un week-end et partout en France, propriétaires publics et privés de monuments historiques, membres d’associations de protection et de valorisation du patrimoine, conservateurs du patrimoine, restaurateurs de biens et d’objets patrimoniaux, guides-conférenciers, architectes en chef des monuments historiques… vont se mobiliser pour accueillir les visiteurs dans le respect des recommandations sanitaires fixées par le gouvernement. A Nice, et dans les alentours, le patrimoine sera aussi en fête pendant 48h. Je vous ai sélectionné 10 évènements qui promettent de beaux moments culturels et artistiques (sur réservation). Tour d’horizon.

Les Journées du Patrimoine à Nice

Au MAMAC / Petites Figures – La transe des Pupilles
Le 19 Septembre de 15h à 16h30
« Il était un Truc… » embarque, le samedi 19 septembre les très jeunes enfants pour un voyage initiatique expérimental avec des films du monde entier, de toutes tailles, formes et durées à l’auditorium du MAMAC.

A la Bibliothèque Raoul Mille / Mille Patrimoines
Le 19 Septembre de 15h à 17h
« A vos craies » : atelier de dessin et de création d’une fresque éphémère.
« C’était mieux avant ? » : les enfants posent des questions aux grandes personnes sur l’éducation d’avant

A la Gare de Nice Ville / Autorails des années de 1960 et 1980
Le 19 Septembre de 08h30 à 18h
Découvrez des trains autorail des années 1960 et 1980 qui seront en circulation entre Nice, Monaco et Menton.

Musée de Préhistoire de Terra Amata / L’art préhistorique en famille
Le 19 Septembre de 14h00 à 15h30
Atelier en famille pour découvrir et pratiquer les techniques de l’art préhistorique (dessin, peinture, mains négatives, etc.).

Musée des Arts asiatiques / Exposition
Le 19 Septembre de 15h à 16h
Visite guidée de l’exposition « Enfers et fantômes d’Asie » : la figure du fantôme hante l’imaginaire asiatique depuis des siècles.

Mais aussi…

A Villefranche-sur-Mer
Le 19 Septembre de 14h à 17h
Visite guidée du port royal de la Darse de Villefranche sur Mer

A Beaulieu-sur-Mer
Le 19 Septembre de 09h à 10h30
Visite guidée « Sur les pas de la Belle Epoque »

A Villeneuve-Loubet
Le 19 Septembre de 10h à 13h : Découverte du Musée Escofier de l’art culinaire
Le 19 Septembre de 11h à 12h : Visite du Château de Vaugrenier

A Peymeinade au Mas de l’Olivine
Le 19 Septembre de 10h à 18h
Découverte des plantes à parfum du Pays de Grasse et de leur transformation en confiserie

Et vous, quoi de prévu pour les Journées du Patrimoines (masquées) ?

Plus d’infos sur https://journeesdupatrimoine.culture.gouv.fr

Zielinska : le fournil des pains aux blés anciens

Cela va faire bientôt un an qu’une boulangerie pas comme les autres a ouvert ses portes à Nice, au numéro 13 de la rue Penchienatti, à quelques minutes de la Place Garibaldi, et juste à côté de Carabacel : Zielinska. Derrière la jolie devanture rose framboise de ce fournil, Dominika, une femme incroyable qui n’est autre que la boulangère des lieux. Installée à Nice depuis 15 ans, Dominika est originaire de Varsovie.

Zielinska : le fournil des pains aux blés anciens
Dominika Zielinska, passionnée par les blés anciens

Aujourd’hui faiseuse de pains d’exception, elle est au départ historienne, passionnée par le Moyen-âge et les semences anciennes et rares. Son amour pour le pain est au départ une histoire de femmes. Elle le tient de l’enfance. « Je préparais toujours le pain avec ma grand-mère », se souvient Dominika. Ses racines ne l’ont jamais quitté jusqu’au jour où, elle a un premier déclic en visionnant le documentaire de Coline Serreau « Solutions locales pour un désordre global », dans lequel la réalisatrice y croise tout autour du monde des hommes et des femmes qui mettent en œuvre leurs propres solutions aux désordres environnementaux. C’était en 2010. Second déclic, elle travaille auprès de Roland Feuillas, emblématique meunier et boulanger de Cucugnan (Aude) qui ne travaille qu’avec des blés anciens.

La naissance de la boulangerie

Elle décide alors de joindre sa passion à son engagement écologique en devenant à son tour artisan boulanger et en ne travaillant qu’avec des blés anciens, non-modifiés, non hybridé par l’homme. « Quand on fait de la recherche sur les blés anciens et rares, on réalise que l’on se prive d’une biodiversité de dingue », explique t-elle. Elle ouvre alors son fournil en octobre 2019 sous le nom provisoire de Pétanielle & Barbu avant de lui donner son nom : Zielinska.

Zielinska : le fournil des pains aux blés anciens

Ici, c’est une équipe de nanas et sa fille, déjà, l’assiste au quotidien. « On travaille avec 6 farines biologiques différentes, des farines fraîches, semi-complètes, moulues sur les meules en pierre », ajoute t-elle. Au fournil, tout est préparé dans la plus pure tradition jusqu’à l’enfournement à la pelle : « Il faut beaucoup d’énergie pour préparer le pain, mais c’est très addictif, très sensuel. Comme un petit nuage qui file entre les mains ».

Zielinska : le fournil des pains aux blés anciens

Résultat, chaque pain sorti du four est une pur merveille et les saveurs sont à tomber : Touselle de Nîmes (blé tendre), Seigle gris, Kamut (blé de Khorasan), Pétanielle Noire de Nice (blé poulard) ou encore Engrain (petit épeautre). On y trouve aussi des pâtisseries au levain comme le Babka nature (une spécialité polonaise) ou la Pompe à l’huile. Zielinska c’est aussi une épicerie fine avec des conserves de variétés anciennes rigoureusement sélectionnées mais aussi des pâtes, des oeufs ou des infusions.

Soutenir Mavia Bakery au Liban

Pour venir en aide à un de ses confrères au Liban, qui a vu sa boulangerie soufflée par la terrible explosion du 4 août à Beyrouth, Zielinska a décidé de reverser 3% de toutes ses ventes à l’ONG Sadalsuud Fondation pour financer la reconstruction et le fonctionnement de cette boulangerie associative qui a réintroduit les blés anciens sur les terres libanaises et engagé des femmes démunies pour faire du pain. Dominika a même refait leur roulé au tahini et cardamome pour les soutenir. 

Vous l’aurez compris, franchir la porte de Zielinska, c’est avoir l’assurance de mettre à table du bon pain, celui que l’on déguste avec un peu de confiture, en tartine salée, dans un oeuf à la coque, avec du fromage… ou tout simplement nature. Un vrai bonheur à partager. 

Plus d’infos : Zielinska, 13, Rue Penchienatti 06000 Nice / 07 66 46 74 96 / Ouvert du lundi au samedi de 9h30 à 18h30 sauf mercredi et samedi fermé à 13h30 / https://www.petanielleetbarbu.fr

Anne L / Whataboutnice.fr – 2020

Nice : mes 10 adresses préférées pour boire un café

S’il y’a bien un moment que j’aime dans la journée, c’est celui de la pause café. Rien que le mot réveille à lui seul mes hormones du bonheur. Et si le matin, en partant travailler, je sens des saveurs de grains de café torréfiés qui s’échappent d’un troquet, je succombe.

Ce rituel est une dose d’endorphines assurée ! Deuxième boisson la plus consommée en France après l’eau, le café se consomme et se déguste à tout moment de la journée – du petit-déjeuner au dîner – et en toute occasion. Serré, allongé, avec un nuage de lait, avec ou sans sucre, décaféiné… à chacun son café. Certains l’aime noir, dans un grand bol, au réveil, d’autres le préfère en version ristretto, dégusté en shot au comptoir d’un bistrot. D’autres encore l’aime glacé ou avec une note caramélisé. Pour ma part, je l’aime dans son plus simple appareil : un expresso et sans sucre s’il vous plait !

Aussi, dès que je peux, et surtout le week-end, j’adore aller boire ce tant désiré et attendu petit kawa. Raison pour laquelle j’avais envie de vous proposer une sélection – non-exhaustive – de mes 10 endroits préférés à Nice pour déguster un café. Certains sont des institutions, d’autres des endroits avec un grain décalé, d’autres encore carrément originaux. Dans tous les cas, j’ai testé et approuvé le café !

Cafés Indien
Une institution à Nice ! C’est la dernière torréfaction artisanale de Nice. Elle est située dans le vieux Nice. Ici c’est l’assurance de boire un « vrai » café ! Celui-ci est décliné sous toutes ses formes et pour tous les goûts.
Où ? 35 Rue Pairolière

Les Distilleries idéales
Une autre institution à Nice que j’adore ! La décoration est magnifique et nous transporte dans un autre temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre. Un vrai bistrot, parfait pour une pause café… mais pas seulement !
Où ? 24 Rue de la Préfecture

Nice : mes 10 adresses préférées pour boire un café
Peppino Cantinetta dans le Vieux-Nice

Peppino Cantinetta
Toujours dans le Vieux-Nice, ce petit restaurant de la rue du Pont Vieux a des accents italiens. A la fois épicerie et « cantinetta » on y déguste des expresso plein de saveurs servis avec le sourire.
Où ? 8 rue du Pont Vieux

Caffè Vergnano 1882
Pour un expresso italien authentique rendez-vous au Caffè Vergnano, du côté de la rue piétonne. A toute heure, venez déguster un café dans ce petit établissement cosy.
Où ? 11, rue Halévy

Le Café du Palais
J’ai toujours aimé aller boire le café devant le Palais de Justice, pour l’ambiance qu’il règne. En face du Palais, c’est tout un défilé d’avocats et j’adore observer ce ballet. Et puis le café est très bon et bien servi !
Où ? 1, Place du Palais de Justice

Les Parleuses
Pour mettre de la lecture dans votre pause café, rendez-vous chez Les Parleuses, un café-librairie où vous pouvez déguster votre café en lisant des ouvrages de littérature française et étrangère. En face, l’espace est dédié aux enfants.
Où ? 18 rue Defly et 5 Place du Général Georges Marshall

Maison Margaux
En lieu et place d’un célèbre glacier, Maison Margaux a ouvert ses portes il y a plusieurs mois déjà. On s’y retrouve entre amis autour d’un bon café ou deux pour refaire le monde dans un décor chic et très parisien. J’adore la grande terrasse !
Où ? 2 Place Magenta

La Ronronnerie
La Ronronnerie est à café à chats où l’on peut venir se poser le temps de déguster un café en présence des petits félins qui se baladent en toute tranquillité dans les lieux. Détente et apaisement assuré !
Où ? 4 rue de Lépante

Kind&Co
J’y ai passé quelques heures à télétravailler post déconfinement. Ce restaurant est aussi un coffee-shop et tout est bio et « maison ». Une atmosphère chaleureuse et une décoration invitant au voyage.
Où ? 16 Rue Delille

Rosewood, rue Gioffredo

Rosewood
C’est le nouveau coffee-shop dont tout le monde parle ! Ici, il y a des roses partout et la décoration rappelle les cafés cosy londoniens. C’est délicat – girly aussi – et en plus le café est parfait et le sourire compris !
Où ? 44 Rue Gioffredo

Et vous quelles sont vos petites adresses favorites pour aller boire un café à Nice ?

Promenade côtière : découvrir Nice par la mer

Je vis à Nice depuis plus de 10 ans et j’ai encore une multitude de choses à découvrir sur cette ville qui offre tellement de facettes différentes. Aussi, j’ai eu envie de la voir différemment… par la mer. En effet, je vous embarque à bord du Méditerranée XII pour une jolie promenade côtière du Cap de Nice à la Promenade des Anglais, en passant par la célèbre Baie de Villefranche.

Ouvrez grands les yeux, cette excursion en mer, proposée par la compagnie maritime Trans Côte d’Azur, vous invite à naviguer au milieu d’un décor de rêve. Depuis le bateau, on peut observer de splendides édifices comme le Palais Maeterlinck ou d’incroyables villas comme le Château de l’Anglais.

Promenade côtière : découvrir Nice par la mer © Anne L. / Whataboutnice.fr 2020

Dans la Baie de Villefranche, on côtoie des yachts à la valeur insoupçonnée, et du côté du Cap Ferrat, on observe des villas que seul au Monopoly on pourrait s’offrir. Point d’orgue de la balade, le petit village de Villefranche-sur-Mer, qui, depuis la mer a, lui aussi, un tout autre charme avec ses façades colorées et les terrasses ombragées de ses restaurants.

Cette promenade côtière est commentée et ponctuée de petites anecdotes dont celle du Coup de canon de midi (que vous pouvez découvrir ici d’ailleurs). Vous serez tout simplement émerveillés par cette chouette sortie en mer, idéale pour les familles et les petits moussaillons !

Infos pratiques : La Promenade côtière de la compagnie Trans Côte d’Azur dure 1heure / Du 31 mars au 31 octobre, tous les jours (sauf le lundi) : départs à 11h ou 15h / Tarif à l’unité 18,5 euros sinon cette activité est comprise dans le Pass Côte d’Azur France (3 activités à 45€/ 5 activités à 65 €). Uniquement sur réservation.

Promenade côtière : découvrir Nice par la mer © Anne L. / Whataboutnice.fr 2020
Promenade côtière : la Baie de Villefranche-sur-Mer © Anne L. / Whataboutnice.fr 2020
Promenade côtière : Villefranche-sur-Mer © Anne L. / Whataboutnice.fr 2020
Promenade côtière : le Port de Nice © Anne L. / Whataboutnice.fr 2020

Anne L.

SOS Grand Bleu : à la rencontre des cétacés en Méditerranée

(Dernière MAJ : juillet 2020) – Aller à la rencontre des dauphins et des baleines en Méditerranée était un rêve de petite fille et aujourd’hui, c’est chose faite ! Il y a quelques jours en effet, grâce à l’association SOS Grand Bleu, j’ai passé une journée en mer pour observer des cétacés dans leur milieu naturel.

Reconnue d’utilité publique, l’association lutte depuis près de 30 ans, pour la protection de l’environnement marin et plus particulièrement des dauphins et des baleines, au sein du sanctuaire Pélagos.

Celui-ci s’étend sur 87 500 km2 au sein du bassin Corso-Liguro-Provençal et l’on estime d’ailleurs qu’entre 1000 et 3000 rorquals communs, ainsi qu’environ 25 000 dauphins bleu et blanc, fréquentent ce périmètre, en été.

C’est ainsi qu’un dimanche matin de septembre, ma fille et moi sommes parties pour une balade en mer que nous ne sommes pas prêtes d’oublier.

De belles rencontres en mer

Rendez-vous était donné à 8h45 au bout de la jetée du Port de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Sac à dos et pique-nique de rigueur (sans oublier du Mercalm en cas de mal de mer). Au total, nous étions une vingtaine a embarqué à bord du Santo Souspir, un magnifique gréement, qui n’est autre que la réplique exacte d’un caïque turc du 16e siècle. Une merveille au doux parfum oriental !

SOS Grand Bleu, à la rencontre des cétacés en Méditerranée / Whataboutnice.fr

Après avoir été chaleureusement accueillis par Arnaud et François, deux skippers diplômés d’Etat, et après une première explication et présentation de l’association et du bateau, nous avons mis les voiles sur le large.

Aucune vague en vue. Le trajet s’annonce des plus agréables. Chacun prend place sur le bateau, et pour certains, comme pour nous, le voyage débute assis sur la proue, horizon devant (et chevelure au vent). Le littoral commence à s’éloigner pour disparaître ensuite. Sans s’en rendre compte nous nous retrouvons en pleine mer en moins de deux !

En véritables passionnés, les 2 animateurs nous expliquent, tour à tour, les enjeux et les missions de l’association. Car au-delà de l’aspect ludique de ces sorties, il y a surtout une action pédagogique : apprendre à identifier les différentes espèces de cétacés (dauphins bleu et blanc, dauphin de Risso, globicéphale noir, grand dauphin, cachalot, rorqual commun) selon leur morphologie, leur couleur, leur vitesse de déplacement, leur comportement au sein du groupe. Mais aussi les dangers qui les menacent, et les moyens qui sont mis en œuvre pour les protéger.

Le Santo Sospir / SOS Grand Bleu
Le Santo Sospir / SOS Grand Bleu

Après 3 heures de navigation, pas de dauphins en vue mais la balade est exceptionnelle. Le bateau s’arrête le temps de quelques plongeons dans la grande bleue. Imaginez : nous sommes en plein milieu de la Méditerranée (plus de 2000 mètres de profondeur), avec pour seuls voisins, l’horizon, le ciel bleu et le soleil. Un décor de carte postal. On se laisse tout simplement porter et emporter par la beauté des lieux.

Dauphins… et baleines

SOS Grand Bleu, à la rencontre des cétacés en Méditerranée / Whataboutnice.fr

Par chance, dès que nous remontons sur le bateau nous apercevons au loin un ballet de dauphins blancs qui sautent et semblent s’amuser. Magique ! Ma fille n’en revient pas ! On les voit de loin mais ils sont bien là, si agiles et rapides ! Vite, ils disparaissent et nous reprenons la navigation en direction de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Certains s’endorment sur le pont, ce qui est mon cas et celui de Louise qui s’accorde une longue sieste bien méritée (3 plongeons depuis le bateau ça fatigue !).

Au loin, nous voyons de nouveau se dessiner la côte et l’arrivée se rapproche tout doucement, avec une petite déception – pour ma fille – je l’avoue : celle de n’avoir pas vu « plus » de cétacés dans leur milieu naturel. Mais justement, rappelons-le, nous sommes en pleine mer (et pas dans un zoo !) et la rencontre avec les mammifères marins n’est pas garantie à chaque sortie.

SOS Grand Bleu, à la rencontre des cétacés en Méditerranée / Whataboutnice.fr

En tout cas, rien que la sortie en mer est un moment incroyable et on apprend tout plein de choses ! C’est aussi l’occasion de ramasser des déchets (ballons, bouteilles en plastique, filets… ) et de réaliser le danger qu’ils représentent.

Soudain, un des passagers nous indique qu’il voit une « bosse noire » sur l’eau. Tout le monde se positionne en direction de la forme en question. Nous sommes à seulement 4,5 km des côtes, juste en face de Monaco. Au loin, on peut même apercevoir le Musée océanographique.

Un des skipper attrape ses jumelles et grimpe sur le mât. Après quelques instants, il nous annonce qu’il s’agit – non pas d’une – mais de deux baleines : des rorquals communs. Après la baleine bleue, et avec une longueur d’environ 25 mètres, et un point de 50 tonnes minimum, c’est le 2e plus grand animal vivant sur la planète et le plus bruyant des mammifères marins. Le spectacle est magique… et même émouvant.

SOS Grand Bleu, à la rencontre des cétacés en Méditerranée / Whataboutnice.fr
La plus belle des rencontres, au large de St-Jean-Cap-Ferrat / Whataboutnice.fr

Devant nous, des baleines. Rien que ça. Nous décidons alors de les suivre. Toutes les 4 minutes en moyenne, elles reviennent à la surface de la mer pour respirer. On admire le spectacle et on reste sans voix, appareils photos en main pour tenter d’immortaliser le moment. Un moment rare et intense et vraiment émouvant.

Au-delà de ça, on réalise surtout que nous ne sommes pas grand chose face à l’immensité de la mer et de ses habitants… et qu’il est important et impératif de les protéger par des actions de sensibilisation.

Les actions de SOS Grand Bleu

SOS Grand Bleu a déjà remporté de nombreuses victoires : interdiction totale des filets dérivants au niveau de l’Union Européenne, interdiction de la pêche à la thonaille, empêchement de quatre projets de delphinariums, contribution à la création d’un sanctuaire international pour les mammifères marins en Méditerranée (Sanctuaire PELAGOS), et participation à sa gestion.

Plus d’infos : du 15 avril au 15 novembre (tous les week-ends et jours fériés et presque tous les jours en juillet/août) / Départ à 8h45 précises du Port de Saint-Jean-Cap-Ferrat / Retour à 17h / Tarif : Adultes 60 € et enfants de – de 12 ans 40 € / Réservation auprès de SOS Grand Bleu 04 93 76 17 61 ou gb@sosgrandbleu.asso.fr / www.sosgrandbleu.asso.fr

Information Covid-19 : les sorties sont réalisées dans le respect des consignes sanitaires (port du masque obligatoire pour les plus de 12 ans lors des déplacements et regroupements (mini-conférence à bord), mise à disposition de solution hydro-alcoolique pour le lavage des mains).

Crédit photo : A.L / Whataboutnice.fr 2018 (sauf à la Une / Photo SOS Grand Bleu)

elit. Donec mattis quis Donec leo. ut velit,