Nice

Yann Arthus-Bertrand : une expo photo inédite dans différents lieux de Nice

0
Exposition « Legacy – Une vie de photographe réalisateur » dès le 24 septembre

C’est une exposition hors du commun qui nous attend à Nice ! En effet, en complément du « Nice Transition Days », Festival international d’innovations écologiques, la Ville vous propose une rétrospective sur l’ensemble du travail de l’incroyable photographe et réalisateur Yann Arthus-Bertrand, qui constitue un état des lieux de notre planète et dénonce l’empreinte de l’Homme et les atteintes à son environnement, à travers l’exposition « Legacy – Une vie de photographe réalisateur ».

Lion se faisant mordre par son lionceau, réserve nationale du Maasaï Mara, Kenya © Yann Arthus-Bertrand

Inédite dans sa scénographie et dans son format « hors les murs », cette exposition sera dévoilée dans différents lieux à Nice. Elle présentera ainsi 148 photographies iconiques de « La Terre vue du ciel » sur la Promenade du Paillon (en accès libre), 48 photographies issues de la série « Bestiaux » illustrant les rapports de l’homme à l’animal sur la Place Pierre Gautier (en accès libre) et une rétrospective du travail de Yann Arthus-Bertrand au Musée de la Photographie Charles Nègre (tarifs entrée musée), accompagnée de la diffusion de son nouveau film « Legacy ».

Dans ce dernier, présenté au Festival de Cannes en 2021, le photographe-réalisateur livre une vision sensible et radicale de notre monde qu’il a vu se dégrader en une génération. Une exposition à voir absolument !

Femme pêchant au filet sur un bras du Delta, Sud de Padmapukur, District de Khulna, Bangladesh (22° 15’ 58,86’’ N – 89° 11’ 42,63’’ E) © Yann Arthus-Bertrand

Plus d’infos : « Legacy – Une vie de photographe réalisateur » du 24 septembre au 16 janvier 2022 / Musée de la Photographie Charles Nègre au 1, Place Pierre Gautier / Tous les jours sauf le lundi de 10h à 18h / 04 97 13 42 20 – museephotographie.nice.fr

Boulangeries à Nice : mes 5 coups de coeur… et les vôtres !

On a tous dans son quartier une boulangerie favorite, celle pour qui on se damnerait pour sa baguette traditionnelle, pour un de ses merveilleux croissants au beurre ou une de ses délicieuses brioches au sucre ; Celle pour qui on serait prêt à attendre de longues minutes avant d’être servi… une boulangerie c’est sacré et quand on a trouvé la bonne on ne la quitte plus ! Parce que même si on est à l’heure de la « healthy food », on en oublie parfois de se faire plaisir, alors que de temps en temps, un petit-déjeuner (ou un goûter) avec de bonnes viennoiseries c’est tout simplement un régal ! Et je ne parle pas du pain, indispensable sur toutes bonnes tables qui se respectent.

Les boulangeries à Nice ne manquent pas ! Aussi, je vous propose une sélection de mes 5 boulangeries préférées dans la citée azuréenne où vous me trouverez à coup sûr pour faire le plein de bonnes petites choses. Mais pas seulement. À la suite d’un petit sondage lancé sur Instagram, je partage aussi vos adresses coups de coeur, de Nice à la Turbie en passant par Saint-Laurent-du-Var. Tour d’horizon.

Mama Baker
Située à 5 minutes du centre-ville, Mama Baker reste pour moi une adresse incontournable. Je vous en avais d’ailleurs déjà parlé sur le blog ! Ici tout est préparé avec des farines de meule issues de blés bio et français, de beurre AOP ou encore de sel de Guérande. Mes coups de coeur ? La baguette des amis et le gâteau au chocolat sans gluten.
Plus d’infos : Mama Baker, 13 rue Lépante / Du mardi au samedi 7h à 13h30 et 15h30 à 18h

La Boulangerie par Michel Fiori
Située dans le quartier de la gare, La Boulangerie par Michel Fiori est une institution. J’aime y faire un détour lorsque j’ai envie d’un (vrai) croissant au beurre ! La Boulangerie a en effet obtenu la Médaille d’argent du Meilleur croissant de la région PACA Corse. Et c’est sans appel : la viennoiserie est parfaite, cuite à la perfection, croustillante et tendre à la fois ! Coup de cœur également pour le pain au chocolat praliné. Un régal.
Plus d’infos : La Boulangerie par Michel Fiori, 19 Bd Raimbaldi/ Du lundi au samedi de 7h30 à 19h

Zielinska Fournil
Je vous en ai déjà parlé sur le blog : Zielinska est un fournil pas comme les autres ! Ici, les blés anciens et rares sont rois, ainsi que les farines fraîches. Résultat : chaque pain sorti du four est une merveille : Touselle de Nîmes (blé tendre), Seigle gris, Kamut (blé de Khorasan), Pétanielle Noire de Nice (blé poulard) ou encore Engrain (petit épeautre). On y trouve aussi des pâtisseries au levain comme le Babka… et tout est bio !
Plus d’infos : Zielinska, 13, Rue Penchienatti / Du lundi au vendredi de 9h30 à 18h30 et le samedi de 9h30 à 13h30

Boulangerie La Niçoise
On ne vient pas non plus par hasard dans cette boulangerie située rue Gubernatis. On vient pour sa baguette – la Niçoise – qui a gagné le trophée de la « Meilleure baguette des Alpes-Maritimes ». Un délice ! Mais pas seulement. Tout est bon ! Coup de cœur également pour le pain au charbon, ses viennoiseries… et ses meringues !
Plus d’infos : Boulangerie la Niçoise, 21 Rue Gubernatis / Du lundi au vendredi de 7h à 20h

Boulangerie J.Multari (Gioffredo)
Qui n’a jamais poussé la porte d’une des boulangeries Multari à Nice ! C’est en général ici que je m’arrête après mes runnings pour acheter des viennoiseries pour le petit-déjeuner de ma fille. Coup de cœur pour les brioches au sucre, à la fleur d’oranger et aux pralines roses ainsi que pour les palmiers feuilletés… à tomber. On y trouve aussi une variété de très bons pains aux céréales.
Plus d’infos : Boulangerie J.Multari, 22 Rue Gioffredo / Du lundi au samedi de 6h à 20h et le dimanche de 7h à 14h

Et vous quelles sont vos boulangeries préférées ? J’ai sélectionné 10 adresses de boulangeries à Nice mais aussi dans les alentours, parmi celles que vous m’avez indiqué.

A Nice

  • Boulangerie Lagache : 20 rue Arson
  • Boulangerie Frédéric Roy : 78 rue de France
  • Boulangerie Maritime : 11 rue Lascaris
  • Boulangerie L’Impériale : 10 Bd du Tzarewitch
  • Boulangerie Dom : 24 Rue Alphonse Karr
  • Boulangerie Jeannot : 8 Rue Saint-François de Paule
  • Boulangerie Carabacel : 9 Rue Pastorelli
  • Boulangerie Jean Marc Bordonnat : 19 Rue Barla

    Mais aussi :
  • Ma première Boulangerie : 23 Av. de la Victoire à La Turbie
  • Boulangerie Le Hangar : 778 Route des Vespins à Saint-Laurent-du-Var

Ces listes ne sont bien évidemment pas exhaustives ni figées alors n’hésitez pas en commentaire à indiquer vos adresses favorites. Bonne dégustation à tous !

Anne L.

Nice : reconstitution théâtralisée du coup de canon de midi

Chaque jour à midi pile, un coup de canon est tiré depuis la colline du château et surprend tout Nice. Même si nous autres niçois sommes habitués – que celui ou celle qui n’a jamais sursauté au son de la déflagration lève la main – pour les touristes, ce n’est pas toujours le cas !

Aussi, et dans le cadre de « Mon Eté à Nice 2021 » lancé par la Ville, chaque dimanche d’été, une reconstitution théâtralisée. L’occasion de comprendre d’où vient cette tradition et son histoire. Car oui il y a une histoire ! Je vous en avais d’ailleurs déjà parlé sur le blog.

Le coup de canon : la vraie histoire

Tir du canon / Crédit : Ville de Nice

En 1861, un gentilhomme anglais, Thomas Coventry, persuada la municipalité niçoise de tirer un coup de canon depuis la colline du Château pour marquer l’heure méridienne exacte. La légende dit que ce gentleman souhaitait rappeler l’heure du déjeuner à son épouse qui tardait à rentrer de sa promenade matinale, charmée par notre Baie des Anges et très bavarde…

Mais la réalité est bien différente. Thomas Coventry était passionné par les outils de mesure du temps. Il fit hisser un globe rouge à un mât sur le toit de l’hôtel Chauvain où il résidait, pour indiquer à l’artificier posté au château qu’il devait se préparer à tirer le canon de midi. Le 21 décembre 1863, le canon tonna ainsi pour la première fois. En 1867, Thomas Coventry donna son matériel à la Ville de Nice et, le 19 novembre 1875, un arrêté municipal institua « lou canoun de Miejour ».

En 1881, les artificiers se calèrent sur l’horloge de la tour Saint-François, puis sur l’horloge parlante à la radio après-guerre. La pièce d’artillerie fut remplacée à plusieurs reprises et le site de mise à feu transféré sous la plate-forme de l’esplanade. Depuis 1886, l’artificier déclenche une bombe de feu d’artifice, appelée « marron d’air ». Les techniques ont changé depuis 1863, une déflagration nous fait sursauter chaque jour à midi pile.

Rendez- vous ainsi jusqu’au 3 octobre (hors 22 août), Terrasse Nietzsche (Colline du château de Nice) pour revivre l’histoire avec la compagnie Théâtre d’Æther avec Frédéric Rey, Philippe Arnello & Rowena Cociuban (Costumes : Opéra Nice Côte d’Azur).

Plus d’infos : Ouverture des portes 11h15 / début 11h45 / Durée 30 mn / Masque et pass sanitaire exigé – https://www.moneteanice.fr

Trêve estivale et déconnectée pour Whataboutnice.fr

0

Chers tous, 

L’heure des vacances a sonné et avant de m’octroyer une trêve estivale, je voulais vous écrire ces quelques lignes par ici pour finir par une note très positive. « Positive » un adjectif qu’on entend et qu’on lit trop peu ces derniers temps. Positive donc.

Oui car Nice vient d’être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco et plus précisément « Nice, la ville de la villégiature d’hiver de Riviera ». Rien que ça. Alors non ça ne va pas changer la face du monde, ni même celle de Nice (quoique oui un peu quand même), mais après ces longs mois en apnée liés à la crise du Covid et après autant d’actualités anxiogènes, cette nouvelle est tombée comme si une chappe de plomb s’envolait au-dessus de la Prom’. Comme si on reprenait un peu de notre respiration pour accueillir (enfin) une bonne nouvelle au milieu de ce chaos sanitaire et médiatique. Ce titre, c’est l’aboutissement de 2 siècles d’histoire et de 10 ans de candidature.

« Il y a bientôt 10 ans, Nice s’est lancée dans un défi inédit pour elle : obtenir son inscription sur la Liste du patrimoine mondial au titre de la qualité et de l’originalité de ses bâtiments et de ses jardins issus de son exceptionnelle contribution à l’histoire du tourisme hivernal » a indiqué Christian Estrosi, Maire de Nice. Nice à l’Unesco, dites donc, c’est une sacrée fierté n’est-ce pas ?! La culture qui l’emporte sur le reste… on adore ! Alors désormais, quand j’irai courir sur la Promenade des Anglais, je me dirai que je foule un site classé que le monde entier nous envie. Chauvine moi ? Jamais ! 

En tout cas, par ces quelques lignes, je voulais vous souhaiter de très belles vacances (si c’est le cas pour vous aussi), et vous donner rendez-vous à partir du 16 août sur le blog. J’ai toujours plein d’idées d’articles dans les cartons (trop) et des projets (pleins) dont un qui – je l’espère – devrait voir le jour avant la fin de l’année. Affaire à suivre… En attendant, les valises sont presque bouclées et je suis prête à déconnecter.

A très vite et prenez soin de vous

#IloveNice ça c’est certain !

Anne

Trêve estivale et déconnectée pour Whataboutnice.fr / Photo Whataboutnice.fr / Août 2021
Trêve estivale et déconnectée pour Whataboutnice.fr / Photo Whataboutnice.fr / Août 2021

Eté : mes 5 idées de sorties à Nice

L’heure de l’été a sonné comme une libération et un air de vacances s’installe déjà sur notre chère Baie des Anges. On a tous envie de sortir et de profiter – tout en respectant les gestes barrières. A part les boites de nuits, tout a rouvert, des restaus aux musées, des cinémas aux théâtres. Que vous passiez l’été à Nice ou que vous y veniez en vacances (je sais que j’ai quelques parisiens parmi mes lecteurs), je vous propose 5 idées de sorties à faire à Nice et dans la région, payantes ou gratuites.

Se faire une expo photo
Le Musée de la Photographie Charles Nègre – sur la Place Pierre Gautier – vous invite à découvrir l’exposition « Sebastião Salgado Déclarations ». Photographe humaniste, voyageur infatigable, acteur environnemental engagé, Sebastião Salgado est aujourd’hui l’une des plus grandes signatures du Photojournalisme. A voir, jusqu’au 26 septembre.

Prendre de la hauteur
Nice compte de nombreux Rooftops – vous savez ces toits terrasses aménagés en bars ou restaus ultra hype et tendance – où vous pourrez siroter un verre ou manger un morceau avec une vue incroyable sur Nice, côté mer ou côté ville. Mes coups de coeur ? Le MoonBar, le Skylounge, le Calade Rooftop, le Farago ou encore l’EssenCiel. Les réservations sont vivement conseillées.

Assister à un concert
Tout au long de l’été, les festivals de musique sont de retours à Nice et partout dans la région. Du Nice Jazz Festival aux Nuits Guitares (Beaulieu), des Plages électroniques au Festival des Nuit du Sud (Vence), il y en a pour tous les goûts. Mon coup de cœur reste le Nice Jazz Festival qui propose cette année une belle programmation après une édition 2020 annulée. Je vous en avais parlé par ici. L’occasion d’en prendre plein les oreilles !

Aller déguster une glace
Qui dit été, dit glaces ! A Nice, il existe une multitude de glaciers qui rivalisent de saveurs les uns des autres. Mais attention, tous ne se valent pas ! Quelques artisans glaciers tirent leur épingle du jeu et restent des incontournables : Fenocchio, Arlequin Gelati, Cesar Milano, Néron Glacier ou encore Azzurro. Vous pouvez y aller les yeux fermés.

Se balader en bateau le long des côtes
Pour découvrir Nice différemment, embarquez à bord du Méditerranée XII pour une jolie promenade côtière du Cap de Nice à la Promenade des Anglais, en passant par la célèbre Baie de Villefranche-sur-Mer. Proposée par la compagnie maritime Trans Côte d’Azur, cette balade vous invite à naviguer au milieu d’un décor de rêve. On peut observer de splendides édifices comme le Palais Maeterlinck ou d’incroyables villas comme le Château de l’Anglais. A faire en famille.

Voici une première sélection d’idées de sorties que je mettrai à jour tout au long de l’été. Mais une chose est sûre, les idées ne manquent pas… alors n’hésitez pas à indiquer les vôtres !

Anne L.

Théâtre : le Festival de Commedia Dell’Arte investit les rues de Nice

L’été est de retour avec une belle programmation de festivals. Musique, danse, théâtre… il y en a pour tous les goûts. Un de mes premiers coups de coeur ? Le Festival de Commedia Dell’Arte de Nice, du 29 juin au 7 juillet.

Organisé par l’association la Semeuse, le festival propose de venir savourer un art théâtral traditionnel et populaire né en Italie au 16e siècle, basé sur le geste, la posture, le verbe et le masque. Tour à tour, acrobatie, jonglerie, escrime, mime, chant, danse, se succéderont au Centre Culturel de la Providence, sur la place Saint François, dans les quartiers de Las Planas et de l’Ariane ainsi qu’à Drap. Pour cette 6e édition, la Semeuse vous invite à redécouvrir des classiques comme Carmen de Prosper Mérimée ou Il Campielo de Carlo Goldoni dans une version populaire & accessible à tous les publics. Pour le plus grand bonheur de tous, la Compagnie Stivalaccio Teatro venue de la région de Venise, sera de retour avec son Don Quichotte.

Au programme 5 spectacles, six représentations, des œuvres en français et en italien et une trentaine d’artistes venus de nombreux pays voisins dont Carlo Boso, maître incontesté de la commedia dell’arte en Europe. Une belle occasion de (re)découvrir le théâtre ! En plus, les spectacles sont présentés en plein air et gratuits.

Plus d’infos : Festival de Commedia Dell’Arte de Nice, du 29 juin au 7 juillet ; www.commedia-nice.com / www.lasemeuse.asso.fr ; Tél 04 93 80 34 12

Sport : s’envoler avec le cerceau aérien chez Acasa Fit

Férue de course à pieds, j’en suis devenue accro depuis le premier confinement. C’est une soupape de décompression, un bol d’air, un moment pour moi et en plus c’est bon pour le coeur, le corps et l’esprit. Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez à quel point mon bonheur est d’aller voir la mer, tôt le matin, juste avant que le lever de soleil. C’est ma méditation active.

Au-delà du running, que je pratique presque tous les jours – et tant que mes jambes me le permettront je courrai – il y a aussi le yoga. Je tombe tout doucement dans la marmite, mais je n’arrive pas encore à avoir le même rythme que la course à pieds. D’autant que c’est un sport qui demande de l’assiduité. Ce que j’aime dans le yoga, c’est le temps qu’il faut prendre pour respirer, pour s’ancrer. C’est une prise de conscience de tout son corps et surtout, un égo à mettre de côté. Ce n’est pas une course aux postures. Il suffit d’écouter son corps. J’en fait 15 minutes le matin – 1 à 2 fois par semaine – avant la mise en route de « la maison » et ma journée se déroule beaucoup plus facilement. Même si on est sur du yoga amateur ! Quoiqu’il en soit, le sport est indispensable à mon équilibre.

A la recherche de la grâce avec le cerceau aérien

Je suis aussi la première quand il s’agit d’essayer de nouvelles activités sportives. C’est mon côté garçon manqué, peur de rien et tête brûlée ! Récemment, par exemple, j’ai testé le cerceau aérien et… gros coup de coeur ! J’ai eu la chance de découvrir cette activité grâce au blog, le temps d’un workshop entre professionnels chez Acasa Fit, une salle de sport privée à Nice fondée par la superbe Ramona.

Ramona, fondatrice d’Acasa Fit / Crédit Photo Acasa Fit

Et depuis, j’adore ce sport. Alors non, ce n’est pas un cours de hula-hoop où l’on enchaine les déhanchés. C’est une discipline à part entière, vraiment ludique, très physique mais accessible à tout le monde et à tous les âges. Le cerceau aérien permet d’apprendre des techniques de suspension et d’équilibre tout en enchainant des figures gracieuses sur, dans et autour du cerceau. Alors oui, avant d’atteindre la grâce et l’équilibre, il faut pratiquer quelques heures – quelques mois voire années – mais on peut vite progresser et se surprendre.

Si au premier cours j’ai eu l’impression de ressembler à une espèce de marionnette en bois toute emmêlée et coincée dans un cerceau tentant de comprendre comment mettre telle jambe ici et tel bras là, au second et troisième cours, j’ai réussi à enchainer quelques figures gracieuses mais loin d’être parfaites. Pour voir le résultat, c’est par ici ou par là !

Alors oui, ça travaille des muscles dont j’ignorais l’existence – comme ces petits muscles sous les bras ou dans le dos – mais c’est incroyable ce que le corps est capable de faire quand on lui fait confiance ! Bien évidemment avant d’attaquer des figures comme le Pierrot, le Peter Pan ou la Secrétaire, l’échauffement est de rigueur et pour cela, vous pouvez compter sur Mélanie, la coach de cerceau.

L’incroyable Mélanie, coach de cerceau / Crédit Photo Acasa Fit

Belle et talentueuse, Mélanie est une professionnelle de la discipline et a plus d’une corde à son arc : après une première vie de danseuse professionnelle, elle se forme à la capoeira puis au breakdance, au pole dance et enfin au cerceau aérien qu’elle enseigne aujourd’hui entre Nice et Monaco. Mélanie a ça dans le sang et quand elle est sur le cerceau c’est tout simplement magique, comme si elle dansait en apesanteur. Vous pourrez voir un aperçu par ici.

Les cours de cerceaux aériens se déroulent les samedi matin de 10h30 à 12h. J’adore y assister car c’est une vraie parenthèse et la bonne humeur est de rigueur Peu importe le niveau de chacune, on est là pour lâcher prise et s’amuser. C’est d’ailleurs ici aussi chez Acasa Fit que vous pourrez vous essayer à d’autres sports comme le yoga aérien avec Delphine ou l’acro yoga avec Léa & Georges. De quoi se challenger et se dépasser… ou juste d’essayer.

Plus d’infos : Acasa Fit, 8 rue Gubernatis à Nice / Du lundi au vendredi de 8h à 20h et le samedi de 9h à 12h / Tél. 09 84 36 13 82 /contact@acasa-fit.com / Plusieurs tarifs disponibles / www.acasa-fit.com

Anne L.

Sport : s'envoler avec le cerceau aérien chez Acasa Fit / WhataboutNice.fr
Sport : s’envoler avec le cerceau aérien chez Acasa Fit / WhataboutNice.fr