Nice

Insolite : Nice en side-car avec Retro Tour French Riviera

Cette année pour la Fête des Mères je n’ai offert ni parfum ni fleurs à ma chère maman. Rien de tout ça. Cette année, j’avais envie de lui offrir un moment original à partager ensemble et dont on se souviendrait longtemps. Après avoir erré sur le web pendant des heures, j’ai découvert Retro Tour French Riviera et c’est exactement ce que je souhaitais : de l’insolite, de l’inattendu et des souvenirs en vue.

Lancé à l’initiative de Rémi, en mars 2020 (juste avant le 1er confinement) Retro Tour propose des balades en side-cars pour (re)découvrir Nice et la Côte d’Azur… et c’est un véritable coup de coeur ! Quand ma mère découvre la surprise – rendez-vous était donné sur la Place du Palais de Justice en fin de journée – elle n’en croit pas ses yeux.

Après de sympathiques présentations et échanges avec le gentleman sider Rémi, elle s’installe à bord de la voiturette du magnifique side-car au look vintage – inspiré de la première Ural la M72. Quant à moi, je prends place derrière le pilote. Casques vissés sur la tête, c’est parti pour une virée rétro-chic de 45 minutes. Dès les premiers tours de roues, le vrombissement du moteur nous bercent. Nous prenons de la hauteur, direction le Mont Boron.

Le paysage est sublime avec une vue mer incroyable sur la rade de Villefranche-sur-Mer. On croise beaucoup de monde qui nous sourit et nous salue. Pas commun en effet de croiser un side-car ! On se croirait dans un film, à mi-chemin entre Indiana Jones et la Grande Vadrouille. Ma mère est aux anges. Moi aussi… une véritable gamine !

Pilote hors pair, Rémi est aussi un amoureux de la Côte d’Azur et ponctue la balade d’anecdotes et d’histoires sur la cité azuréenne. Après une pause au Fort du Mont Alban, juste avant le coucher du soleil, nous reprenons la route jusqu’au point de départ. On en profite pour faire quelques photos dans un cadre est magique et immortaliser cette parenthèse enchantée à bord du side-car Retro Tour French Riviera. Car, plus qu’une simple excursion, c’est un véritable voyage dans le temps.

Et parce qu’une image et une vidéo valent mille mots…

Insolite : Nice en side-car avec Retro Tour French Riviera – Vidéo Whataboutnice.fr
Insolite : Nice en side-car avec Retro Tour French Riviera – Crédit photo Whataboutnice.fr
Insolite : Nice en side-car avec Retro Tour French Riviera – Crédit photo Whataboutnice.fr

Plus d’infos : Retro Tour French Riviera au +33 6 23 87 74 79, par e-mail remi.gaultier@retro-tour.com ou via Instagram ; Prix à partir de 89 euros le Retro Classic Nice de 45 minutes (1 ou 2 passagers) / https://www.retro-tour.com/nice-french-riviera/

Anne L.

Nice Jazz Festival : découvrez la programmation de l’édition 2021

Ça va swinguer dans la cité azuréenne ! Le Nice Jazz Festival est en effet – et enfin – de retour cet été. Il reprendra ses quartiers Place Masséna du 12 au 17 juillet pour une nouvelle édition sur des airs de jazz, de swing, de pop, de folk ou encore de soul. Pas moins de quinze artistes français et internationaux sont attendus lors de cet évènement musical incontournable.

Catherine Ringer ouvrira le festival avec toute sa fougue, en chantant les Rita Mitsouko, et partagera cette soirée avec Christian Sands et les surprenants Gogo Penguin. Le mélange des genres sera au rendez-vous le lendemain avec Thomas Dutronc et son album de reprises au swing entêtant.

Thoams Dutronc © Yann Orhan
Thoams Dutronc © Yann Orhan

Suivront Brad Mehldau Trio ou véritable Everest du jazz, qui animera la soirée du 15 juillet avec la merveilleuse Angelique Kidjo, qui associe les musiques traditionnelles du Benin au Jazz, ou encore Roberto Fonseca’s Cuban Symphony et ses sonorités cubaines jazzy, une création du festival qui mobilise de façon inédite de très nombreux artistes niçois (l’Orchestre Philharmonique de Nice, le Nice Jazz Orchestra, le tout sous la direction de Pierre Bertrand).

Autre touche féminine, Ayọ vous fera vibrer avec ses succès très Folk-soul. Sans oublier Asaf Avidan, l’émotion à l’état pur, et l’hommage de Stefano Di Battista à Ennio Morricone.

La soirée de la clôture sera éclectique et festive avec Kyle Eastwood « Cinematic », Amazing Keystone Big Band. Et enfin Woodkid, l’artiste français aux multiples talents sera de retour après sept ans d’absence.

Christian Sands © DR
Christian Sands © DR

« Nous avons travaillé sur un format compatible avec les contraintes imposées par la crise sanitaire. L’occasion de proposer une nouvelle expérience aux festivaliers avec une grande scène unique place Masséna, un format 100% assis où la distanciation sociale sera possible, une jauge de 1672 à 2618 places selon les annonces gouvernementales, des référents covid sur place et un sens de circulation permettant d’éviter les croisements entre spectateur », a indiqué Christian Estrosi, le Maire de Nice.

La billetterie ouvrira le lundi 31 mai à 10h sur nicejazzfestival.fr (à partir de 29 euros la soirée)

Réouverture des musées : 10 expositions à ne pas manquer à Nice

Depuis le 19 mai, un vent de renouveau souffle dans nos vies avec la réouverture des terrasses des bars et des restaurants. Siroter un verre à l’ombre d’un palmier, déguster un petit café sur le Cours Saleya… on redécouvre les petits plaisirs simples. Mais depuis le 19 mai c’est aussi la réouverture des musées et des lieux culturels. Même si ces derniers se sont adaptés pendant les divers confinements pour nous proposer du contenu enrichi en ligne, fouler de nouveau les planches d’un musée – avec un protocole sanitaire renforcé – là aussi, niveau sensation, on redécouvre l’art comme il se doit. Aussi, pour cette réouverture artistique, je vous propose une sélection de 10 expositions à ne pas manquer dans les musées de Nice.

Jusqu’au 23 mai, le Musée de la Photographie Charles Nègre propose l’exposition de Pentti Sammallahti, Miniatures empreinte de délicatesse et de poésie.

Jusqu’au 30 mai, rendez-vous à la Galerie contemporaine du MAMAC avec l’exposition Ursula Biemann : Savoirs indigènes_Fictions cosmologiques. Celle-ci rassemble plusieurs œuvres vidéo de l’artiste Suisse avec une sélection focalisée sur les questions environnementales.

Jusqu’au 13 juin, la Galerie du Musée de la Photographie rend hommage à Charles Nègre, pionnier de la photographie avec l’exposition Nice, Sur les traces de Charles Nègre, avec la possibilité de jouer à l’escape game virtuel éponyme.

Jusqu’au 14 juin, le Musée Massena célèbre Antoine de Saint Exupéry, dont la vie extraordinaire et l’œuvre littéraire mondialement connue sont intimement liées à Nice, à son histoire et à son territoire. Son attachement à ses racines provençales fait de lui une des figures emblématiques de notre région.

Jusqu’au 5 juillet, l’ancienne pharmacie du Palais au Palais Lascaris propose, avec les Lascar(e)s du Palais, de découvrir le dialogue fertile entre les œuvres d’Annabelle Tatu et de Rice.

Jusqu’au 29 août, retour au MAMAC, avec She-Bam Pow POP Wizz !, Les Amazones du POP vous attendent hautes en couleurs, elles révèlent pour la première fois la contribution des femmes à l’histoire du POP Art 

Jusqu’au 31 octobre, au Musée des Beaux-Arts Jules Chéret, La Bataille des Beaux-Arts. Art et politique à Nice au XIXe siècle vous raconte l’émergence des expositions et des musées à Nice au XIXe siècle. Une occasion de découvrir l’histoire et les chefs d’œuvres du musée.

Jusqu’au 13 novembre, l’Artistique propose une exposition dédiée à La Télé de Moya. Exposition des premières recherches de l’artiste, de 1977 à 1982, utilisant la télévision dans son désir de devenir créature, un télé-artiste qui vivrait dans son œuvre. Visite commentée par Patrick MOYA un après-midi par semaine, sur réservation, places limitées.

Jusqu’à la mi-novembre, au Palais Lascaris toujours, ce sont cent portraits du18e siècle, réalisés par les plus grands portraitistes de l’époque et précédemment exposés au musée Lambinet de Versailles, qui sont présentés avec De la Cour à la Ville : cent portraits pour un siècle sous les règnes de Louis XV et Louis XVI.

Enfin, jusqu’au 23 janvier 2022, au Musée d’Archéologie Nice / Cimiez, Sosno squatte l’Antique avec 70 œuvres de l’illustre représentant de l’École de Nice installées dans le musée et sur le site archéologique, pour un dialogue entre les œuvres et l’Antiquité, chère à l’artiste.

Le saviez-vous ? Tous les Niçois et les habitants des communes de la Métropole Nice Côte d’Azur de plus de 18 ans peuvent bénéficier du Pass Musée de Nice qui permet d’accéder gratuitement aux 10 musées municipaux (tous ceux que j’ai cité sont concernés sauf l’Artistique – accès libre). Pour en bénéficier, il suffit de présenter une pièce d’identité et un justificatif de domicile de moins de 3 mois. Les enfants et les jeunes de moins de 18 ans sont admis gratuitement dans les musées sans devoir justifier d’une Carte Pass. Un ticket gratuit leur sera délivré à l’accueil des musées. Plus d’infos sur Nice.fr

Nice : tous en ligne pour la Fête des Mai

Pour la deuxième année consécutive et en raison de la crise sanitaire, nous sommes privés de la traditionnelle Fête des Mai qui prenait place dans les Jardins des Arènes de Cimiez chaque dimanche de Mai, pour célébrer l’arrivée du printemps. En familles ou entre amis, on adorait s’y retrouver pour revivre les traditions niçoises, ponctuées de danses et de musiques traditionnelles ou encore de spécialités culinaires nissardes. Le tout, autour d’un pique-nique ensoleillé et arrosé de rosé bien frais.

En attendant de pouvoir se retrouver en 2022, la Ville de Nice a redoublé d’imagination et a décidé de proposer une  « Bal(l)ade virtuelle des Mai » avec des contenus originaux à découvrir en ligne, sur le site Fetedesmai.nice.fr : le dessin « la Farandole » crée par l’association « Les Niçois d’Adèle », l’historique de la Fête des Mai, des photos d’antan, des recettes niçoises, des fabrications de pantins, des coloriages, des puzzles, un quiz culinaire. Pour les petits et les grands.

Il sera même possible d’assister à la retransmission de concerts folkloriques enregistrés pour l’occasion avec le concours de l’association Lou Cat. Au programme, dès le 7 mai, sur Youtube : Badin Badan, La Tremoulina, Les Ptites ouvreuses, Lo Cepon, Lu Barbalucou, Lu Musicant de la countea, Lu Ribaire, Mar et mountagnos, Pistou Connection, Zine… Vous l’aurez compris, il ne reste plus qu’à s’installer sur son balcon, dans sa cours ou dans son jardin pour une Fête des Mai (presque) digne de ce nom. 

Enfin, si vous avez l’occasion d’une balade dans le jardin des Arènes de Cimiez (port du masque obligatoire), vous pourrez assister à l’exposition du buste de la Reine du Carnaval 2020 « La Niçoise » (jusqu’au 30 mai) et de costumes traditionnels (tous les dimanches). Bonne fête des mai… et rendez-vous l’année prochaine sous les oliviers !

Plus d’infos : en attendant 2022, rendez-vous sur Fetedesmai.nice.fr

Mon incroyable shooting photo sous l’eau avec le photographe Aseed

0

Je ne suis pas la plus grande des nageuse, mais j’adore depuis toujours être dans l’eau. Alors, quand il s’agit de faire un shooting photo sous l’eau, c’est un rêve qui se réalise.

Il y a quelques mois, à la fin de l’été dernier, j’ai vécu une très belle expérience. Le photographe Frédéric Lefeuvre alias Aseed m’a proposé de participer à un shooting photo pas comme les autres… sous l’eau. J’avais déjà vu son travail de photographe sous-marin à Nice et faire des photos sous-l’eau faisait parti de ma ToDoList, alors, lorsqu’il m’a proposé impossible de refuser.

Rendez-vous était donné un matin de septembre, vers 7h, sur une des petites plages situées juste après la Réserve, à Nice. 25 degré dans l’air. Un temps idéal ! L’idée étant de faire le shooting au moment du lever du soleil. Côté tenue, bien évidement le maillot de bain était de rigueur alors j’ai opté pour un maillot une pièce noir. J’ai aussi emporté une jupe longue sur les conseils de Frédéric, pour des photos encore plus féérique.

Bien entendu, j’appréhendais un peu. Ce n’est pas tous les jours que l’on vit ce genre d’expérience inédite qui demande de se dépasser. Mais j’avais hâte et mon appréhension s’est assez vite dissipée en parlant avec le photographe. En effet pas besoin d’être la cousine de Jacques Mayol ou de Laure Manaudou pour jouer les modèles underwater ! Il suffit juste de savoir bien nager et si on a l’habitude de plonger avec un masque alors c’est encore mieux. Une bonne dose de confiance plus tard et en route pour le grand plongeon ! Enfin, quand je dis grand plongeon, on a seulement barboté quelques minutes, pour s’éloigner du bord, avant de commencer la séance. Frédéric, appareil photo au poing et palmes aux pieds ; Moi, masque sur les yeux et c’était parti ! Le but était de plonger ensemble et d’être synchro afin de réussir à faire les plus jolis clichés.

J’inspire une grande bouffée d’oxygène et me voilà au milieu de la faune et la flore aquatique. On n’imagine même pas la beauté des fonds à seulement quelques mètres de la plage. C’est fantastique, on se croirait dans un rêve, en apesanteur. On est resté dans l’eau 30 minutes et après l’appréhension du départ, je me suis vraiment amusée à faire la sirène. Plonger, re-plonger, tourner, se retourner, faire la planche sous l’eau, faire des bulles, nager, danser… c’était dans la boite.

D’ailleurs, avant de vous dévoiler les photos, je vous invite à visionner le backstage de la séance, réalisé grâce à l’aide du photographe Nao.k.

Les séances photos sous l’eau se déroulent entre Cannes et Monaco, pendant la période estivale lorsque la mer est calme, de début juin à fin septembre. Côte tarif, comptez 250 euros pour une séance de 1h à 2h et 25 photos. Vous avez également la possibilité de réaliser la séance à 2 et dans une piscine ! Quoiqu’il en soit c’est une expérience incroyable et inédite que vous ne regretterez pas ! C’est aussi l’occasion de sortir de sa zone de confort : un plongeon direct dans le monde du silence pour des souvenirs magiques, comme le montrent les photos ci-dessous…

Plus d’infos : n’hésitez pas à contacter Frédéric Lefeuvre (Aseed) via son site photo.aseed.fr / Tél. 06 07 41 99 41 / Facebook / Instagram

Shooting photo sous l’eau Whataboutnice.fr © Aseed 2020
Shooting photo sous l’eau Whataboutnice.fr © Aseed 2020
Shooting photo sous l’eau Whataboutnice.fr © Aseed 2020
Shooting photo sous l’eau Whataboutnice.fr © Aseed 2020
Shooting photo sous l’eau Whataboutnice.fr © Aseed 2020
Shooting photo sous l’eau Whataboutnice.fr © Aseed 2020
Shooting photo sous l’eau Whataboutnice.fr © Aseed 2020
Shooting photo sous l’eau Whataboutnice.fr © Aseed 2020

Nice : mes 5 idées pour profiter du Printemps, même confinés

Le printemps est là ! Les beaux jours qu’on attendait depuis plusieurs mois pointent enfin le bout de leur nez. Oui, mais, je vous l’accorde, il y a un hic : le confinement. Et au-delà des mesures restrictives, la morosité ambiante n’aide pas non plus à s’émerveiller de cette belle lumière qui nous inonde, ni de la douceur qui revient. Alors comme j’ai tendance à être une éternelle optimiste – même si râle aussi beaucoup – j’avais envie de vous lister mes 5 idées pour profiter au mieux du retour des beaux jours à Nice, même confinés.

Astuce n°1 : se (re)mettre au sport
D’accord on est confiné, d’accord les salles de sport sont fermées mais rien n’empêche de se (re)mettre au sport ! Il suffit de chausser ses plus belles baskets pour aller se défouler : courir dans le quartier d’abord puis se challenger et aller un peu plus loin à chaque fois. Pour se motiver, on télécharge une application pour enregistrer ses activités telles que Strava. Si on n’aime pas courir, on va marcher, on va faire des étirements… bref on se bouge et pour les lève-tôt – dont je fais partie – c’est même l’occasion de voir le soleil se lever (comme ici). Et sinon il y a toujours l’option : maison, tapis et coaching en ligne.

Astuce n°2 : aller prendre l’air
Ce nouveau confinement – aussi bizarre soit-il – nous donne cependant la possibilité de sortir autant de temps que l’on veut dans un périmètre de 10 kilomètres… ce qui laisse de nombreuses possibilités. En plaçant le curseur au centre de Nice, on peut, d’un côté aller jusqu’à Eze et de l’autre, jusqu’à Cagnes-sur-Mer. Et les jolis spots ne manquent pas sur la Côte d’Azur.

Astuce n°3 : cuisiner ensemble
Ce qui me rend vraiment heureuse c’est de cuisiner en famille. J’adore regarder ma fille casser les oeufs avec cette maladresse, la voir « touiller » à toute vitesse. Au printemps, ma mini cuisine est inondée de lumière et j’ouvre les fenêtres en grand. On adore se préparer un brunch « maison », dresser une jolie table dans notre petite cours au soleil et mettre la musique en fond. C’est d’ailleurs un de mes plus jolis souvenirs du 1er confinement. L’idée, en somme, est de mettre des saveurs et de la couleur dans nos journées.

Astuce n°4 : faire du tri
Faire du tri c’est miraculeux. L’idée est de tout sortir (entendez de tout jeter sur le lit) et de passer en revue chaque vêtement : on garde, on donne, on en fait un chiffon, on met en vente sur Vinted… mais on remet les compteurs à zéro. Les gros pulls d’hiver disparaissent pour laisser la place aux t-shirts et aux petites robes de printemps. Oui, on fait du tri et pas seulement dans les placards !

Astuce n°5 : acheter des fleurs
Que serait la vie sans fleurs ! Là aussi, si vous me suivez, vous savez à quel point j’adore m’acheter des fleurs (ou les cueillir, mais à Nice c’est plus difficile). J’aime avoir des fleurs à la maison, et au printemps, il y a de quoi faire : tulipes, pâquerettes, narcisses, renoncules… c’est une explosion de couleurs ! Et ça tombe bien : les fleuristes restent ouverts pendant ce 3e confinement.

Et vous, quelles sont vos petites astuces pour profiter du retour des beaux jours ?

Anne L.

Nice, il y a 75 ans : une Promenade des Anglais bondée

0




Au lendemain de ce troisième week-end confiné à Nice, je voulais partager avec vous une vidéo piochée dans les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina.fr). Si vous me suivez depuis un moment, vous savez à quel point j’aime aller flâner sur ce site car on y trouve de vraies pépites !

D’une façon générale, j’adore les vieilles photos et les archives qui révèlent des brides d’histoires ou des moments de vies. Aussi, dans cette courte vidéo, datée de février 1947, on y voit différentes vues de Nice… et surtout, la Promenade des Anglais bondée et noire de monde. On y voit les célèbres chaises bleues qui investissent la promenade. Le soleil est au rendez-vous.

C’était il y a près de 75 ans. Imaginez si, à cette époque, Marty McFly avait débarqué sur la Prom’ en DeLorean toute fumante pour prévenir tous ces badauds : « Dans 75 ans, vos arrières petits-enfants n’auront pas le droit de sortir à cause d’un virus mutant qui envahira le monde entier« . Un scénario de science-fiction…

Pour voir la vidéo : https://www.ina.fr/video/AFE00003719/vues-diverses-de-nice-video.html