La Cueilleuse Sauvage : des ateliers pour découvrir les fleurs et les plantes médicinales

1
La Cueilleuse Sauvage / Crédit Photo © Erwan / STUDIO 500GRAM
Interview de Marine Lafon, créatrice de La Cueilleuse Sauvage

Les fleurs et les plantes médicinales m’ont toujours intrigué mais je n’ai jamais pris le temps de pousser ma curiosité au-delà, faute de temps et d’outils de connaissances. Aussi, quand Marine, initiatrice de « La Cueilleuse Sauvage », m’a proposé de participer à un de ces nouveaux ateliers à Nice, pour apprendre à prendre soin de soi avec les plantes… je n’ai pas hésité. Rendez-vous était donné le temps d’un dimanche après-midi, au sein du restaurant O’Quotidien. Nous étions un petit groupe réuni autour d’une table et pas à pas, guidé par les connaissances, la douceur et l’amour de la talentueuse Marine pour les plantes, nous avons confectionné différents soins : un baume apaisant, une huile de beauté, un vinaigre pour les cheveux ou encore un sel de bain. Un moment unique, hors du temps, ressourçant et apaisant.

Je vous propose une rencontre avec cette femme extraordinaire, qui souhaite faire découvrir et partager son univers à travers des ateliers thématiques.

La Cueilleuse Sauvage / Crédit Photo © Whataboutnice.fr / 2019
Whataboutnice.fr – Marine, que faisais-tu avant de te lancer dans l’aventure des plantes médicinales ?
L’incroyable Marine, la Cueilleuse Sauvage / Crédit Photo © Erwan / STUDIO 500GRAM

Marine – « Avant cette nouvelle aventure, je travaillais dans la communication et le montage de projets dans l’économie sociale et solidaire. J’ai toujours essayé de travailler pour des projets qui ont du sens. A Paris, je travaillais sur des questions d’alimentation pour des publics marginalisés ainsi que sur la lutte contre le gaspillage alimentaire »

WAN – Quel a été le déclic qui t’a donné envie de changer d’univers? 

Marine – « Je n’ai pas la sensation qu’il y ait eu un avant et un après : ça a plutôt été un cheminement. Ma mère m’a rappelée récemment que, petite, je lui disais souvent que je voulais travailler avec les plantes. A Paris, ma bibliothèque était déjà emplie de livres sur les plantes et je partais faire des cueillettes dans la forêt de Fontainebleau !

Le vrai tournant, ça a été la décision de s’installer dans ce coin de nature sauvage dans lequel j’habite aujourd’hui et être en lien permanent avec les plantes avec lesquelles je co-habite sur mon lieu de vie. Cela me permet de les connaitre plus intimement et de tisser des liens forts avec elles. »

La Cueilleuse Sauvage / Crédit Photo © Erwan / STUDIO 500GRAM
WAN – Quels sont les objectifs de tes ateliers ? 

Marine – « Je souhaite créer des espaces de soin et de re-connexion à soi grâce à la rencontre avec les plantes médicinales que je cueille. Des moments hors du temps pendant lesquels on s’émerveille de la beauté des fleurs et l’on crée des soins de beauté infusés de leur médecine. Les plantes ne sont pas qu’une somme de principes actifs. Ce sont des êtres vivants qui parlent au vivant qui est en nous.

Chacune à sa personnalité, sa manière bien à elle de se révéler. Je guide donc les participantes de mes ateliers à developper une approche sensible et intuitive des plantes. Qu’elles apprennent à ressentir quelles plantes les attire, ce qu’elles révèlent de nous. Pour cela, on apprend à être en présence, à se relier à notre intuition, à éveiller nos sens : prendre le temps de les gouter, sentir, toucher afin d’être à l’écoute de ce que les plantes ont à nous dire. Je cueille toutes les plantes que j’emmène en atelier. Ce sont principalement des plantes sauvages que je cueille avec une intention de soin et de respect »

La Cueilleuse Sauvage / Crédit Photo © Erwan / STUDIO 500GRAM
WAN – Si tu devais choisir une seule fleur, qu’elle serait-elle et pourquoi ? 

Marine – « L’aubépine. Elle fleurit à Beltane (1er mai), fête celtique de célébration du retour vers la lumière, de l’abondance et de la fertilité. C’est la grande plante du coeur en phytothérapie, à la fois au niveau physique que psychique. Elle nous apprend à sortir du mental et à nous relier à notre intuition, à cette connaissance spontanée qui vient du coeur, qui ne passe pas par l’analyse ou le raisonnement. A faire confiance en cette boussole intérieure qui nous guide pour incarner ce que nous sommes.

Sa croissance lente et robuste nous enseigne aussi l’ancrage, l’alignement et la constance. Je l’aime aussi car elle fait preuve d’une grande générosité et compassion pour les êtres qui l’entourent. Ses fleurs très mellifères, régalent les abeilles. Elle abrite de petits animaux qui trouvent refuge sous ses belles épines et ses baies, riches en amidon, sont nourrissantes pour les oiseaux qui en font de précieuses réserves en début d’hiver. C’est un arbre sacré dans de nombreuses traditions et on dit qu’elle sert de refuge aux fées. »

La Cueilleuse Sauvage / Crédit Photo © Erwan / STUDIO 500GRAM
WAN – Quels sont tes objectifs à long terme et tes projets de vie ? 

Marine – « Continuer à construire mon lieu de vie, une oliveraie perchée entre mer et montagne, où nous apprenons chaque jour à donner vie à un éco-lieu respectueux du vivant. Un espace de célébration de notre lien profond avec la nature, un laboratoire d’apprentissage sur le vivre ensemble et de production de produits artisanaux (huile d’olive) pétris de soin et d’attention.

A terme, j’aimerais transmettre mon amour pour les plantes sur ce lieu : emmener les gens avec moi en randonnées-cueillettes et les relier profondément à la Nature, à leur Nature. Se souvenir de notre co-évolution millénaire avec ces plantes compagnes et ressentir à quel point nous sommes liés aux cycles naturels.

Je me sens au début du chemin. Chaque plante est un être si complexe et subtil que sa connaissance s’inscrit dans une temporalité longue, surement infinie. J’ai ouvert un livre écrit dans une langue tissée d’une alchimie de parfums, de couleurs, de formes, de principes actifs, de synergies… J’apprends à la déchiffrer. Petit à petit. Avec beaucoup d’humilité et une profonde révérence pour cette merveilleuse complexité. Avec la confiance que ce qui doit m’être révélé, le sera en temps et en heure. »

La Cueilleuse Sauvage / Crédit Photo © Erwan / STUDIO 500GRAM
Prochains ateliers
  • Prendre soin de soi avec les fleurs et les plantes médicinales – 9 juin / Prendre soin de soi avec les fleurs et les plantes médicinales – 7 juillet / Tarif 60 euros / personne de 14h30 à 19h30
  • Plus d’infos et inscription sur http://www.lacueilleusesauvage.com / Marine au 06 78 34 19 92

1 COMMENTAIRE

  1. Interview hyper intéressante !
    Je ne connais vraiment rien dans domaine mais ton article donne vraiment envie de se pencher sur la question!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire.
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.